« L’erreur de Toborel » d’Emmanuelle Amadis

Article - Présentation2

– Nous voulons garder notre libre arbitre, nous ne voulons pas devoir obéir aveuglément à une autorité que nous n’avons pas choisie, et qui n’œuvre pas toujours pour notre bien.

Notification 4

Article - Résumé

Deux forces s’affrontent. L’une cherche une arme, l’autre fait son possible pour qu’elle ne la trouve jamais, il en va de sa survie. Mais quand elles se défient à l’échelle cosmique depuis des générations, il y a forcément des dommages collatéraux, des batailles qui empiètent sur des planètes insouciantes, qui influent sur la vie d’innocents.
Ayame est la première de sa planète à assister à l’un de leur combat aérien et sans l’avoir voulu, simplement parce qu’elle se trouvait au mauvais moment, elle devient, pour un temps, la protectrice d’Yvon.
Conscient que leur guerre aura des conséquences dramatiques sur sa planète, Yvon lui propose de la sauver, mais la jeune femme refuse de se déraciner, persuadée qu’elle n’est pas faite pour une vie dans l’espace à bord d’un vaisseau alien.
Pourtant, quand sa planète est envahie, asservie, elle commence à regretter son choix, et c’est presque morte qu’Yvon la retrouve lorsqu’il vient lui faire ses adieux.
Ayame l’a sauvé, il ne peut pas en faire moins. Alors il l’arrache à son monde pour lui offrir une chance de survivre. Mais comment réagira-t-elle à son réveil quand elle comprendra qu’aucun retour chez elle n’est possible ?
Pourra-t-elle s’adapter à sa vie ? S’adapter à lui ?
Il n’a pas agi sur un coup de tête, mais sur un coup de cœur, et s’il ne sait pas encore quelles épreuves il devra surmonter, il sent qu’Ayame mérite qu’il se batte pour elle.

Article - Mon avis

Comme toujours, je tiens à remercier les Éditions Sharon Kena pour ce service presse. J’avais déjà lu le premier tome de « Sarangins » du même auteur et encore une fois, je ne suis pas déçue ! J’ai même été surprise d’y voir un lien entre les deux, tout en ayant une histoire totalement différente.

Dès le début, j’ai eu un doute ! Je m’attendais à lire une romance sur fond de sciences fiction alors que la première scène me faisait penser un à mélange d’action et d’aventure. Finalement, pas du tout ! C’est bien la romance qui domine toute la première partie. Elle nous fait également découvrir un monde futuriste où chaque peuple occupant une planète est sous la menace d’une seule et même personne voulant dominer tout l’espace : Toborel !

C’est dans cette même partie également que nous faisons la connaissance d’Ayame, d’Yvon et de son peuple.

Ayame est une jeune femme de caractère mais avec une certaine sensibilité qui la rend très attachante. Ascellia, sa planète, est sous le contrôle de Toborel qui a asservi toute la population par la peur et la répression! En danger, elle est sauvée par Yvon qui la conduit alors, grâce à son chasseur, jusqu’à sa colonie. Rapidement, ils ne sauront se passer l’un de l’autre et iront jusqu’à faire l’impensable afin de ne pas être séparé. On ressent leur amour sincère et cela ne les rend que plus appréciables et touchants. Leur histoire est belle malgré les malheurs qui la composent !

Tu crois toujours que je suis forte, mais c’est toi qui me donnes ma force. Je peux surmonter ça, mais seulement si tu es là, seulement si tu parviens à me faire croire que tout ira bien pour toi.

Concernant Toborel, on ne sait pas grand-chose sur lui si ce n’est que, d’après les écrits, il serait vaincu par les Hamrains, le peuple d’Yvon. Une « création » serait la cause de sa perte. Les Hamrains sont donc à sa recherche pour le combattre alors que Toborel la recherche pour la détruire.

Dans la deuxième partie de ce roman, nous plongeons pleinement dans l’action au côté d’Edréa, la fille d’Ayame et Yvon. Même si le changement de situation est assez soudain et perturbant, il relance l’intrigue afin de nous embarquer un peu plus dans cette histoire.

Edréa, bien décidée à faire tomber Toborel, peu importe le prix que cela lui en coutera, est déterminée ! Très douée, que ce soit aux commandes d’un chasseur ou lors d’un combat au corps-à-corps, rien ne pourra la détourner de son objectif. Surtout qu’elle s’est trouvé un allié en Wulver, du peuple Soakyl, qui souhaite la mort de Toborel tout autant qu’elle.

La force, ce n’est pas de devenir insensible et de résister à tout, affirma-t-il avec tendresse, c’est d’être capable de se relever après chaque séisme.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce récit est le fait que nous ne soyons pas envahis par des thermes extrêmes au nom totalement impossible à retenir. Certes, nous avons plusieurs peuples (Ascelliant, Hamrain, Soakyls, …) ayant chacun leur propre technologie ! Mais tout ça reste parfaitement compréhensible et agréable à lire. Les descriptions sont présentes afin de nous dépayser facilement sans pour autant nous plomber le texte. Le seul bémol étant la longueur des chapitres ! Je pense sincèrement que certains auraient pu être divisés en deux ou trois parties … Surtout que l’auteur à une écriture riche et fluide qui rend la lecture très agréable.

En bref, il est clair que je n’ai pas trouvé ce récit totalement addictif dû aux longueurs des chapitres qui alourdissent un peu le tout. Mais il est malgré tout intrigant et intéressant ! Emmanuelle Amadis nous transporte encore une fois dans son univers particulier. Les personnages sont attachants et leur amour est décrit avec passion. Je dis OUI !

Partenariat
Logo Sharon Kena

Publicités

Une réflexion sur “« L’erreur de Toborel » d’Emmanuelle Amadis

  1. Pingback: [Partenaire Editeur #2] Les éditions Sharon Kena | D-Dream Bouquine

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s