« Extramuros » de Philippe Nicholson

Article - Présentation

Pendant des années, tout le monde à cru impossible le « grand retour en arrière ». Ça ne pourrait pas arriver, il y avait trop d’argent, trop d’enjeu. Pourtant, c’est arrivé. Aujourd’hui il y a deux mondes. Celui des zones et l’autre. Celui de l’électricité, d’Internet, de l’accès à la connaissance et aux soins ; et celui de la misère. L’un se nourrit de l’autre.

Notification 4

Article - Résumé

Quand les entreprises auront pris le pouvoir, de quel côté du mur serez-vous ?

Dans un monde confronté à de fortes chaleurs et à une pénurie d’électricité, des zones d’affaires se sont multipliées. Elles assurent le confort et la sécurité des employés de grandes sociétés, séparés par de hauts murs électrifiés du commun des mortels aux conditions de vie de plus en plus difficiles. Les zones d’affaires, s’accaparant énergie et richesse, sont vite devenues plus puissantes que les pays qui les accueillent. L’Espagne vient de leur céder une de ses régions pour y édifier le premier état-entreprise, Evergreen. Mais dans le monde, la révolte gronde et la résistance s’organise. Le jeune Max souhaite en faire partie. Il va être entraîné malgré lui dans un engrenage qui risque non seulement de bouleverser sa vie, mais de changer la face du monde.

Devant la menace d’un monde gouverné par les entreprises, chacun va devoir se positionner et se confronter à sa propre vision de la résistance. Philippe Nicholson signe le polar politique du XXIe siècle.

Article - Mon avis

Un grand merci aux Éditions Kero pour ce nouveau partenariat qui m’a permis de découvrir cet auteur. Je ne regrette pas du tout mon choix et, encore une fois, je suis conquise par leur publication !

Nous plongeons donc, tête la première, dans un futur assez proche où le réchauffement climatique est en pleines expansions ! Les entreprises ayant les moyens financiers nécessaires sont devenues si puissantes que différents états leur ont emprunté de l’argent afin de pouvoir se remettre des dernières crises. Petit à petit, ces entreprises se sont transformées en zones d’affaires protégées par de hauts murs aux portails magnétiques, créant ainsi des villes dans les villes.
À l’intérieur, on vous offre sécurité, confort, santé, travail, … On y suce l’énergie vitale de la terre sans remords afin de combler cette gourmandise énergétique ! Alors qu’à l’extérieur, les villes ne sont que ruine et pauvreté … On y vit avec les moyens du bord, pas d’électricité, de technologies modernes, de moyens de communication ; très peu de travail mais également peu de médecins et d’accès aux soins !

C’est dans cet univers que nous allons rencontrer Max ! Habitant avec sa mère, Nina, dans une Zone en Irlande ; il se rend de temps en temps à Marseille afin de rendre visite à son père, Fjord, qui lui, vit en dehors des Zones, entouré de sa machine à café.
Mais lorsque les Zones vont envahir une région de l’Espagne afin de satisfaire leur soif de pouvoir et devenir un pays à part entière, Max s’engage alors au côté O’Connor, un homme peu recommandable faisant partie du mouvement contestataire. Le sachant en danger, son père va tout abandonner afin de le retrouver !

Philippe Nicholson nous propose donc un roman mélangeant dystopie et thriller politico-économique. Ce que j’ai fortement apprécié c’est que la dystopie n’en est pas vraiment une ! Certes, nous ne vivons actuellement pas dans un monde tel que celui d’Extramuros. Mais, l’auteur ne fait qu’exacerbée notre situation actuelle et nous fait ouvrir les yeux sur ce que pourrait devenir notre futur. Ce qui nous donne un scénario très plausible et intéressant !

Sur un rythme soutenu, l’intrigue nous est dévoilée petit à petit grâce à l’alternance de point de vue de plusieurs personnages. Que ce soit dans les zones, en dehors des Zones ou au sein du mouvement contestataire, chacun nous dévoile ses sentiments et ces motivations afin de nous tenir embarqué ! L’ensemble est bien ficelé et avance à grande vitesse.

Au-dessus d’elle, les étoiles brillent sans doute, mais elle n’en voit aucune. Elle a une moue désabusée. Elle se souvient que petite elle n’aimait pas s’endormir dans le noir. Son père lui avait installé une veilleuse dans un coin de sa chambre, mais elle n’était jamais tout à fait rassurée. La nuit, elle se relevait pour allumer le couloir de l’appartement. Pourtant, maintenant, elle voudrait parfois que toutes ces lumières s’éteignent. Histoire de pouvoir se reposer ne serait-ce qu’une nuit.

Ce roman est non seulement addictif de par son environnement mais également grâce à ces personnages ! Tous font de leur mieux afin de mener la meilleure vie possible, même si ce n’est pas toujours facile …

Max est un jeune garçon qui vit entre deux mondes et qui peut, de ce fait, avoir une vision globale de la répercussion des Zones. Un peu tête brulée, il va suivre le mouvement contestataire sans vraiment y réfléchir mais en croyant sincèrement à un monde meilleurO’Connor, quant à lui, est un personnage à double face ! Je ne l’ai toujours pas réellement cerné car une certaine ambiguïté tourne autour de sa personnalité.
Fjord, le père de Max, se dit libre en vivant hors Zone mais rêve secrètement de pouvoir y habiter un jour. Déterminé, il fera tout ce qu’il peut afin de sauver son fils, quitte à y perdre quelques plumes … Quant à Nina, sa mère, on ne la connaît que très peu …
Ted Muller Smith est le méchant de l’histoire, c’est lui qui est à la tête du projet « Evergreen » ! Manipulateur à souhait, il va tout faire pour porter son projet a bien sans se soucier des conséquences …

Chaque action des différents personnages est étroitement liée et nous découvrons de cette manière toute l’intrigue de ce roman ! De plus, l’écriture est très agréable et fluide, ce qui permet une lecture sans encombre. Différents discours et descriptions sont également présents afin que nous réalisions à quel point ce monde est divisé et comment la vie y est bien différente selon l’endroit où nous vivons.

Seule déception pour moi : la fin ! Que j’ai trouvé trop rapide et pas totalement aboutie. Il me manquait un petit quelque chose …

En bref, nous avons là un roman très intéressant porté par de forts personnages et dont l’environnement instable mais réaliste nous fait réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons ! Petit bémol sur la fin mais ça reste malgré tout un livre que je vous recommande !

Partenariat
Kero

Publicités

Une réflexion sur “« Extramuros » de Philippe Nicholson

  1. Pingback: [Partenaire Editeur #3] Les éditions Kero | D-Dream Bouquine

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s