« L’Impératrice Némésis » de Coralie Martin

Article - Présentation

Derrière moi, mon bonheur. Mon présent, ma damnation.

Notification 4

Article - Résumé

Les vampires sont des monstres suceurs de sang. Leur société est pleine de certitudes, d’arrogance et de stupidité archaïques. Et j’en fais partie.
Mais qu’importe d’appartenir à leur race, tant que cela me permet de détruire celui qui m’a rendue immortelle – celui qui a tué mon enfant, mon amant et prit ma liberté.
Mais mon objectif n’est pas du goût des Anciens. Ma tête est mise à prix. Paria, chassée et morte-vivante, je dois assouvir ma Némésis afin de vivre pleinement une dernière fois…

Article - Mon avis

Je remercie les Éditions Baudelaire pour ce partenariat.

Dans « L’impératrice Némésis », nous allons rencontrer Marie Dandeleau, une jeune femme en quête de vengeance. Elle veut retrouver cet homme qui l’a tant fasciné, mais qui la révulse à présent. Cet homme qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui ; son maître. La peur est bien présente, mais seul son but compte : le tuer !

Durant son voyage, Marie va nous conter son passé. Entre nostalgie et désespoir, nous allons découvrir les faits marquants de sa vie et faire connaissance avec les personnes qui resteront à jamais dans son cœur. Ainsi, nous apprenons qu’elle avait un avenir tracé : promise au riche Seigneur Gonzague de Bauchefort, elle lui donnerait un enfant et occuperait sa place en tant que femme. Ce qu’elle fît ! Mais, l’arrivée de cet étrange apothicaire a bouleverser ces projets … En lui volant sa vie, son humanité, et ce qu’elle avait de plus cher, cet homme lui a également forgé un caractère déterminé et sombre. Loin de ce qu’elle était avant.

On peut clairement dire que le titre de ce récit est en parfaite adéquation avec le thème principal : la vengeance ! Elle en est le fil conducteur du début à la fin, Marie ne vivant que pour ça. Et qui la damnerait, après avoir vu son enfant se vider de son sang devant ces yeux ? Seul la mort de ce vampire, de son maître, la délivrera de ce sentiment.

Mais ce que cet individu m’a fait est bien pire : il m’a créée et il m’a donné une illusion de liberté, le fantasme que je pouvais faire mes propres choix sans tenir compte des autres.

Marie a eu une enfance des plus agréables, entourée par l’amour de son frère et de ses parents. Mais ; née à une époque où les femmes ne sont considérées que comme de jolies choses pouvant fournir une descendance ; Marie, elle, a soif d’apprendre. C’est pour cette raison qu’elle écopera du surnom de « femme savante ». C’est aussi ce qui lui fera faire la pire des rencontres : son Maître !

Marie est un personnage intelligent ! Bien décidée à ne pas faire figure de plante verte au sein du palais, elle s’imposera auprès de son mari et du conseil ; peu importe les regards en coin qui lui seront lancés ou la mauvaise réputation qui lui sera donnée. Son caractère bien trempé, avec une touche d’ironie bien placée, ne va que s’accentuer avec la perte de son humanité. Marie est prête à tout pour détruire celui qui a anéanti sa vie !

À ce jour, Marie n’a pas réellement d’attache et préfère d’ailleurs les éviter en vue du combat à venir. Mais, sans compter sa famille, Marie retiendra l’existence de deux personnes ayant eu un rôle important dans sa vie.

Tout d’abord, Marie-Edith. Une jeune catin de caractère et débrouillarde qu’elle décide d’engager en tant que femme de chambre, maîtresse de son mari et oreille attentive du château en son absence. Toujours à veiller sur elle dans les pires moments, Marie-Edith deviendra rapidement son amie, sa confidente, son soutien.

Mais également Bastien, cet être sanguinaire qui deviendra son amant. Poli et prévenant, il l’aidera à se recentrer sur elle-même. Mais son sort sera celui qui scellera à jamais sa décision.

Le bonheur, nous le gardons un peu près de nous sans nous rendre compte de ce qu’il est réellement puis, dans un soupir, il s’envole.

Mis à part l’histoire, j’ai apprécié plusieurs points dans ce roman. Notamment l’originalité de la narration. En effet, chaque chapitre commence par une partie en italique où Marie nous explique ces pensées, ces états d’âme, ce qu’elle vit actuellement … Pour ensuite nous plonger dans son passé, ses souvenirs, ses explications sur le comment de sa transformation ainsi que le pourquoi de sa soif de vengeance.

Chaque souvenir n’est pas forcément donné dans un ordre chronologique mais le style d’écriture de l’auteure aide beaucoup à sa compréhension. À la fois délicat et poétique, elle choisit ces mots avec soin afin d’avoir l’impact souhaité sur le lecteur qui n’en reste que plus attentif. Et, le fait de choisir une narration personnelle accentue encore ce sentiment de proximité avec Marie. Si ce n’est quelques répétitions qui restent assez rares, nous sommes totalement plongés dans cet univers, dans cette attente de son histoire.

De plus, Coralie Martin revient aux sources du légendaire vampire : cruel, cynique, manipulateur, méchant, sanguinaire, … Non pas que je ne sois pas fan des récits vampiriques que l’on peut lire aujourd’hui, loin de là ! Mais je dois dire qu’il est très agréable de retourner à la base même de cette créature mythique. D’autant qu’elle ne s’est pas arrêtée là et qu’elle y a construit toute une hiérarchie complexe qu’il est intéressant de découvrir.

Étonnamment, c’est à la guerre que je ne fuis pas. Je suis dans mon élément, dans le présent, car je savoure par anticipation l’extase du sang coulant dans la gorge et le savoureux sentiment d’avoir tué ses ennemis.

Un seul bémol vient ternir tous ces compliments : la fin ! Chacun l’interprète comme il le souhaite mais, pour ma part, je me suis retrouvée déconcertée. J’attendais une confrontation digne de la haine qu’éprouve Marie envers ce vampire qui lui a tout prix. Et finalement, pas grand-chose … C’est beaucoup trop rapide et sans réelle tension. Je ne sais pas si une suite est prévue mais je l’espère car j’aimerais en savoir plus !

En bref : Coralie Martin nous plonge facilement dans son univers grâce à une écriture entrainante et fascinante. Son héroïne, Marie, est touchante de par son histoire et sa détermination à assouvir sa vengeance. On retrouve enfin des vampires digne de leurs rangs, assoiffé de sang et sans pitié. Le coup de cœur n’était pas loin, mais c’était sans compter sur la fin que j’ai trouvée trop vite expédiée. Dommage …

Partenariat
Logo Baudelaire

Publicités

Une réflexion sur “« L’Impératrice Némésis » de Coralie Martin

  1. Pingback: [Partenaire Editeur #5] Les éditions Baudelaire | D-Dream Bouquine

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s