« La symphonie des abysses – Livre 1 » de Carina Rozenfeld

La symphonie des abysses

Le vent cascade le long du Mur, presque en silence. Une brise caresse la surface de l’eau, la plissant à peine. Le cri des mouettes, tournant là-haut, se mêle aux rires des enfants. Ce sont les seules musiques autorisées. Les seules notes qui résonnent dans le village. Le reste n’est que réminiscences…

Notification 3

Article - Résumé

Un chant de liberté s’élève du fond des abysses, mais comment répondre à son appel quand un mur infranchissable vous en sépare ?

VOUS PENSIEZ ÊTRE AU PARADIS ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise…
Un mur infranchissable.

IL VOUS FAUDRA D’ABORD VIVRE EN ENFER :
ARTICLE 1 : Tout contact physique, toute marque d’amour sont proscrits.
ARTICLE 2 : Il est interdit de chanter, d’écouter ou de faire de la musique.
ARTICLE 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.

VOUS N’ÊTES PERSONNE
VOUS APPRENDREZ À OBÉIR

Article - Mon avis

Quand j’ai appris que Carina Rozenfeld allait publier un nouveau roman, je n’ai pas cherché plus loin et l’ai acheté dès sa sortie. Ayant totalement adoré « Phaenix » (012), j’avais hâte de retrouver la plume si envoutante de l’auteure. Finalement il est passé, comme beaucoup d’autres, par la case PAL pour n’en sortir qu’il y a peu ^-^

Je me suis donc plongée dans ce récit avec beaucoup d’attente (peu être trop ?) pour en ressortir avec un avis en demi-teinte … Et, pour couronner le tout, je ne sais pas par où commencer ma chronique pour ne pas trop m’éparpiller ^-^

/ !\ Risque de spoiler / !\

Tout d’abord, je tiens quand même à souligner que je suis toujours aussi admirative et envoutée par la plume de Carina Rozenfeld ! Ce fut un véritable plaisir de plonger dans cette histoire, de découvrir chaque parcelle de ce monde imaginaire grâce à une écriture toujours aussi visuelle, fluide et même poétique. Les pages se tournent à une vitesse totalement folle !! Malgré cela, et à mon grand regret, je n’ai pas été totalement convaincue par ce récit

La cause principale ? Le rythme ! L’histoire est divisée en 2 parties mais, selon moi, elle comporte trois phases importantes. Et j’ai trouvé que les deux premières avançaient légèrement trop lentement, notamment à cause de longues périodes narratives et explicatives qui alourdissent le texte mais qui sont également, je pense, nécessaire à une bonne compréhension de l’intrigue et du monde instauré.

Premièrement, nous allons découvrir Abrielle, une jeune fille vivant dans un petit village entouré d’un mur électrifié et donc, infranchissable. Les règles sont simples mais strictes : le chant est interdit, aucune violence envers un membre de la communauté, et respect du couvre-feu ! Si ces règles sont bafouées, c’est la peine de mort qui pourrait être appliquée. Pour les villageois, la vie y est plutôt paisible. Mais pour Abrielle, c’est une autre histoire … Dès son plus jeune âge, emportée par l’hymne glorieux de la nature, elle s’est laissée aller à fredonné une musique innocemment, faisant d’elle une Réminiscente. Depuis, elle est surveillée de près et ne rêve que d’évasion. Elle aimerait tant découvrir ce qui se cache derrière ce mur qui entoure l’entièreté de l’Atoll et ne plus se sentir oppressée par ces lois lui interdisant de vivre pleinement …

Au fur et à mesure de son histoire, nous allons découvrir une jeune femme courageuse et déterminée à vivre libre, quitte à vivre seule. Débrouillarde et attentive ; c’est un personnage auquel on s’attache assez rapidement.

Elle se faisait violence, jour après jour, pour ne laisser jaillir aucune note, pour cacher ses réminiscences mais sa mère le savait, Braden le savait et Wilrick l’avait rappelé à tous : elle était condamnée au silence. Pour le restant de ses jours.

Ensuite, c’est avec Ca et Sa que nous allons faire connaissance. Eux aussi vive dans une ville entourée par ce même mur infranchissable et régie par une loi absolue : tout contacte physique ou marque d’affection est totalement interdit ! Dans le cas contraire, la peine est toujours la même : l’humiliation et la mort.

Et je peux clairement dire que c’est cette partie qui a le plus retenu mon attention. Non seulement parce que nos deux protagonistes sont touchants, mais surtout pour l’originalité du récit ! Il est intéressant de découvrir leur passé, leur présent et d’imaginer leur avenir. Je ne développerais pas par peur de trop spoiler, je dirais juste que l’écriture peut paraître déroutante au départ (notamment à cause de leurs « prénoms » très ressemblant qui peuvent porter à confusion) mais qu’elle n’en reste pas moins agréable une fois qu’on a pris le pli (c’est mystérieux tout ça dites donc ^^)

Nous ne sommes ni l’un ni l’autre,
et nous sommes la promesse des deux à la fois.

Et enfin, bien sûr, les chemins de tout ce beau monde vont finir par se croiser et l’aventure va pouvoir commencer. J’ai aimé assister à la naissance de leur amitié, au choix de chacun et de leurs conséquences. Découvrir à leurs côtés le mystère de l’Atoll qui nous laissera de plus en plus perplexe quant à son utilisé. Les scénarios possibles sont nombreux et j’ai hâte de pouvoir apporter des réponses à toutes mes questions ! Et surtout, va-t-on en savoir plus sur cette Symphonie des Abysses que seuls certains ont la chance d’entendre ?

Dans le premier tome de cette duologie, Carina Rozenfeld est obligée d’instaurer son nouvel univers. Malheureusement, et comme je le disais au début, ses nombreux passages narratifs sont intéressants mais parfois trop longs … Les descriptions prennent pas mal de place et certaines répétitions peuvent être légèrement lassantes. Malgré cela, elle fait preuve d’une imagination débordante et innovante ! Même si l’action manque cruellement, j’ai été emportée par ma lecture de la première à la dernière ligne. D’autant plus que les sujets abordés sont totalement d’actualité et très bien abordés, tels que l’acceptation de soi et l’affirmation de son identité sexuelle.

La mélodie était alors devenue plus grave, plus triste. Un regret, une nostalgie qui avait pris Aby aux tripes. Quelque chose vivait là-dessous, quelque chose qui avait le droit de chanter, de faire de la musique, sans frontières, sans limite. Quelque chose qui l’attendait, elle, Abrielle.

Je ne suis pas déçue par ce récit car, comme je l’ai dit, j’ai passé un super moment. C’est juste que je j’attendais, je rêvais, un nouveau coup de cœur à la hauteur de ce que m’avait fait ressentir « Phaenix ». Ce n’est pas le cas pour cette foi mais j’ai quand même hâte de découvrir la suite !

En bref : un récit novateur, original et intéressant. Malgré quelques longueurs, l’intrigue est bien ficelée et ne peut que décoller par la suite. Carina Rozenfeld nous offre encore une fois une écriture très visuelle et envoutante, qui vous transportera comme un éclair dans ce nouvel univers aux côtés de personnages uniques.

Publicités

2 réflexions sur “« La symphonie des abysses – Livre 1 » de Carina Rozenfeld

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s