« La chambre des merveilles » de Julien Sandrel

Pour toujours,  il y aurait cet avant, cette minute précédente que je désirerais figer pour l’éternité, ces sourires, ces bonheurs fugaces, ces photographies gravées à jamais dans les replis sombres de mon cerveau.

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.
Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.
Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Levy pour ce partenariat.

Lorsque j’ai reçu ce service-presse, je suis restée plutôt dubitative ! La couverture ne m’inspirait pas trop et le résumé ne me déclenchait rien de particulier. La note de l’éditeur par contre, elle, me promettait une lecture intense et un joli coup de cœur ! C’est donc avec cette promesse en tête que j’ai commencé à tourner les premières pages et finalement, à avoir hâte de le découvrir. Et là, je peux vous dire que j’ai été conquise dès les premiers chapitres !

Conquise par le style d’écriture surtout ! L’auteur a une plume qui nous emporte en quelques mots, quelques phrases. Le fait de nous livrer un récit à la première personne du singulier dans ce genre de situation fait que nous avons cette impression d’être aux côtés de nos personnages, de vivre toutes ces aventures avec eux ! Les émotions sont transmises de façon assez intense, c’est particulier, mais tellement agréable à la fois. Et puis, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce live est bourré de bons sentiments et d’optimisme. Il nous montre à quel point il ne faut jamais baisser les bras, même dans les situations les plus noirs.

Conquise également par le personnage de Thelma ! Carriériste au plus haut point, c’est une femme qui à décider d’élever son enfant, Louis, seule et de l’assumer pleinement. Mais en ne vivant que pour son travail, Thelma va se rendre compte qu’elle est passée à côté d’une bonne partie de la vie de son fils. L’accident va tout remettre en question ! Elle va et enfin se consacrer à elle, ainsi qu’à la guérison de son fils. Elle est bien décidée à lui donner envie de sortir de ce coma, lui montrer que la vie en vaut la peine ! C’est une battante, baisser les bras ne fait pas partie de ces options. Tout ce long parcours qui va lui permettre de se redécouvrir est extrêmement émouvant et plein de vie.

Et puis, il y a Louis ! Un merveilleux petit garçon qui, depuis son lit d’hôpital, va suive le parcours de sa mère avec beaucoup de compassion et d’humour. Intérieurement, il jubile et aimerait être présent à ses côtés. Malheureusement, extérieurement, les moniteurs ne donnent aucun signe d’une quelconque activité cérébrale …

L’instinct maternel, c’est voir ce que les autres ne peuvent pas voir, c’est ressentir au plus profond de soi la variation de l’autre.

Suivre cette maman qui réalise tous les rêves de son fils n’est pas de tout repos ! Le lecteur passe par une palette d’émotions très diverses. Dans un premier temps, les doutes et le sentiment de culpabilité de Thelma donnent une ambiance assez sombre … Mais, par la suite, le récit se voit rempli d’humour, drôle, touchant, vivant et surtout étonnant ! Plus le récit avance, plus il laisse place à une seule et simple question : Louis va-t-il sortir de ce coma ? Et je dois dire que j’ai été plutôt surprise par la fin … À la fois émouvante, touchante et épatante !

En bref, je ne sais pas vraiment quoi vous dire d’autres si ce n’est de filer dans votre librairie au plus vite ! Julien Sandrel sait transporter le lecteur dans son récit et jouer avec les émotions. Il ne s’agit pas uniquement d’une émouvante histoire d’amour entre une mère et son fils, il y a également plein de petites choses autour qui font que ce livre est un très joli coup de cœur.


Publicités

Une réflexion sur “« La chambre des merveilles » de Julien Sandrel

  1. Pingback: Top Ten Tuesday #32 | D-Dream Bouquine

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.