« Mer agitée » de Christine Desrousseaux

Là-bas. Ces deux syllabes semblent contenir un dangereux trou noir ou champ gravitationnel si intense qu’il est impossible de s’en approcher sans courir le danger d’y être englouti.

Sur une plage désertée par les estivants, Jean se plonge dans l’eau glacée. Quel que soit le temps, il part nager, pour oublier son corps trop vieux, oublier son petit-fils Léo, enfermé dans sa chambre et replié sur lui-même depuis son retour d’Afghanistan. Léo qui crie la nuit, Léo qui lui fait peur. À quel moment s’est envolé l’enfant rieur dont il était si proche ? Le jour où sa mère a disparu sans laisser de traces ? Ou lors de l’une de ses missions ?
Un soir, Léo, ivre, agresse une jeune fille. Il s’en tire à condition de présenter ses excuses. Mais quand une adolescente disparaît quelques jours plus tard, Jean va devoir affronter les gens du village qui voient en Léo un suspect idéal et deviennent de plus en plus hostiles. Lui-même commence à douter : et si ce petit-fils tant aimé avait commis l’irréparable ?

Je remercie chaleureusement les Éditions Kero pour ce partenariat.

Je vous avoue que je ne sais pas réellement par où commencer pour cette chronique car, même si je soulève beaucoup de points positifs, je n’ai pas réussi à être touchée par cette lecture … Je vous explique !

Nous suivons Jean, septuagénaire, au travers du journal de ces baignades. Car depuis quelque temps, ces petites escapades pour aller nager sont devenues comme une lubie, un besoin vital afin de s’échapper de son quotidien. Elles l’aident à réfléchir, à faire le point sur sa vie mais aussi sur celle de Léo, son petit-fils revenu habiter chez lui depuis son retour d’Afghanistan. Mais Léo n’est plus le même, il se renferme dans sa chambre et ne se livre que très peu, voire pas du tout … Alors, le jour où, dans ce petit village où tout le monde se connaît, le corps d’une jeune fille violée et étranglée est retrouvé non loin de leur maison, les villageois ne mettent pas longtemps à désigner un coupable, à croire que la présomption d’innocence n’existe pas !

J’ai beaucoup aimé les personnages ! Tout d’abord celui de Jean, un grand-père très attentionné et qui aimerait pouvoir aider son petit-fils à se reconstruire. Vivant seul depuis la mort de sa femme, il est très heureux d’avoir de la compagnie, comme au bon vieux temps où Léo venait passer ses vacances chez lui. Certains de son innocence, il ne peut cependant rien faire pour lui si Léo continue de se murer dans le silence. Léo quant à lui est un personnage assez sombre. Atteints de troubles de stress post-traumatiques, il n’a pas l’air décidé à se faire aider. D’autant que sa mission en Afghanistan ne semble pas être la seule cause de ces cauchemars à répétition … En effet, la disparition inexpliquée de sa mère alors qu’il n’avait que 6 ans est encore bien présente dans son esprit !

Quand je sors de l’eau, ma peau est rage. Je ne sens plus rien. Anesthésiée. Léger soudain. Comme si j’avais laissé l’enveloppe de mon corps là-bas, dans les vagues, la pesanteur du corps. C’est une sensation pas désagréable.

C’est concernant le récit en lui-même que je suis plutôt indécise ! D’un côté, j’aime le style « journal intime » et le fait d’utilisée les baignades de Jean pour faire avancer l’intrigue. Nous suivons ces réflexions et ces interrogations par rapport à l’état de son petit-fils, mais également sur son propre corps, son âge avancé et ces réactions à chaque immersion dans cette eau de plus en plus froide. Mais d’un autre côté, ces baignades ralentissent le rythme, certains jours n’apportant pas grand-chose à l’histoire …

Et puis il y a ces quelques chapitres, s’intercalant ici et là, qui nous offre le récit d’Antonia, la maman de Léo ; ce qui est extrêmement intéressant et va nous permettre de comprendre sa disparition ! Ces chapitres redonnent un peu de peps au récit et ils ont le mérite de réveiller notre attention.

Mais malheureusement, tout est tellement prévisible qu’il nous manque un sérieux effet de surprise pour relever l’intrigue … Et c’est d’autant plus dommage que j’ai beaucoup apprécié le style de l’auteur, très fluide et tout en simplicité ! Les descriptions, les métaphores, les émotions, tout est très juste et se lit sans anicroche. Ça aurait réellement pu être une bonne lecture !

Parfois, la nuit est un combat et nos armes sont impuissantes à repousser les ombres qui nous assaillent.

En bref, je n’ai malheureusement pas réussi à entrer complètement dans le récit et je n’ai, de ce fait, pas été touchée par les personnages et leurs histoires … L’intrigue, trop prévisible, ne m’a pas aidé non plus ! Cependant, je relève beaucoup de points positifs ; comme la plume de l’auteur que j’ai beaucoup apprécié pour sa justesse et sa sincérité !


Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.