« 127 heures » de Aron Ralston

Après avoir été absorbé un moment par la musique, me voilà tout souriant, heureux. C’est tout ce que j’aime. De la bonne musique, une solitude totale, de grandes étendues sauvages, la tête vide. Cette sensation revigorante de me promener tout seul, à mon propre rythme, me libère l’esprit.

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région. Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : un rocher se détache au-dessus de lui et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de
déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations… 127 heures plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il prend la plus grave décision de son existence. S’il faut survivre,
son seul espoir est de s’amputer le bras. Au-delà d’un récit d’aventure, au-delà d’un film qui déchaîne déjà les passions, 127 heures est le vrai témoignage édifiant d’un homme qui a su aller au bout de lui-même et reconquérir sa liberté coûte que coûte.

Aujourd’hui, c’est avec une chronique assez courte que je viens étant donné que, sur ce livre de 304 pages, je n’ai pas été plus loin que la 92 … Je déteste abandonner un livre en cours de route mais sincèrement, je ne ressentais aucun plaisir à tourner les pages, juste un profond ennui …

Je pense que tout le monde connaît un peu l’histoire d’Aron Ralston non ?! C’est un randonneur passionné qui, le 26 avril 2003, prend la décision, un peu sur un coup de tête, de partir explorer le parc national du CanyonLands, dans le centre de l’Utah. Sauf que, par un coup de malchance, il va se retrouver avec le bras, à hauteur du poignet, coincé entre une énorme pierre et le canyon en question. Commence alors un long récit …

Les chapitres nous racontant son récit dans l’Utah sont sincèrement intéressants. On découvre un homme courageux, qui cherche les moindres solutions pouvant le sortir de cette impasse ! Malheureusement, les autres chapitres nous racontant ses multiples ascensions et expériences de vies m’ont ennuyé. J’avais cette désagréable impression de lire bien souvent la même chose …

Clairement, on ressent la passion d’Aron dès les premières lignes ! Mais le récit est bourré de références, que ce soit des montagnes, des canyons, des sites de rafting, du matériels spécifiques, et bien d’autres encore … Et, lorsque l’on n’a aucune attirance pour ce sport et aucune connaissance dans ce domaine, toutes ces références alourdissent très rapidement le texte et rendent la lecture nettement moins attirante …

Malgré tous ces points négatifs, je suis quand même curieuse de découvrir comment Aron a réussi à prendre la décision et surtout à avoir le courage de ce souper le bras, mais je regarderais le film pour le découvrir …

En bref, une lecture abandonnée sans réel regret ! Trop de références, une sensation de répétitions désagréable, un grand ennui … Je regarderais le film pour le coup !

Publicités

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.