« Judy, portée disparue » de Anne Cassidy

Comme je l’ai souhaité l’entendre parler de nouveau… Mais c’est le silence qui la remplaça.

Judy, petite fille de cinq ans, a disparu dans la rue par un froid après-midi de novembre, alors qu’elle était sous la responsabilité de sa grande soeur Kim. Huit années ont passées et Kim n’a cessé de porter en elle une grande culpabilité tempérée par le secret espoir de retrouver sa soeur. Or voilà que des coïncidences mystérieuses, la découverte d’un indice, une émission de télévision sur les enfants disparus vont remuer douloureusement les souvenirs et peut-être apporter du nouveau à l’enquête.

Encore une fois, j’ai décidé de sortir un bouquin qui traînait dans ma PAL depuis un bail et je ne le regrette pas. C’est loin d’être un coup de cœur mais j’ai passé un bon moment auprès de Kim, c’est quand même le principal !

Kim est une jeune fille de 17 ans qui n’arrive pas à faire le deuil de sa sœur, disparue alors qu’elle n’avait que 5 ans, 8 ans plus tôt. Elle était sous sa garde ce soir-là, c’est elle la responsable de ce drame, elle en est certaines. Alors, quand une amie lui parle d’une jeune fille avec qui elle correspond et qui ressemble étrangement au portrait vieilli de Judy diffusé lors d’une émission télévisée, et qu’en plus de ça, certains détails collent avec de nouveaux indices découverts par la police, elle ose à peine y croire !

Très vite, on se prend d’affection pour Kim. C’est une jeune fille totalement déboussolée et la culpabilité qu’elle ressent est extrêmement touchante. Toute sa vie a basculé à partir de ce soir-là ! Ses parents ont monté une association pour les enfants disparus et ne ratent pas une occasion de rappeler l’histoire de Judy, ils ne tiennent pas à ce que leur petite fille tombe dans l’oubli. Mais Kim n’a pas grand-chose pour dépasser son chagrin, et elle ne s’ouvre pas beaucoup. Pas même à Pam, sa psychologue, qui la suit depuis de nombreuses années..

Tout au long de ce récit, nous allons suivre l’avancée de l’enquête de police mais Kim va également nous partager ces souvenirs. Ceux de cette longue soirée, les questions de la police, l’inquiétude et la tristesse de ses parents, mais aussi la relation quelque peu conflictuelle qu’elle entretenait avec sa sœur, aussi jeune soit-elle … De nombreux sentiments vont se croiser ; la culpabilité bien sûr, l’espoir, la déception, mais également la stupeur, l’effroi, et l’indignation …

Je ne bougeais plus et respirais à peine. Je la fixai jusqu’à ce que mes yeux se troublent. Je sentis mon visage me brûler et ma gorge se comprimer sous le chagrin.

Concernant l’intrigue à proprement parler, je dois quand même dire que j’ai trouvé le début un peu long. Certes, Kim est très attachante mais j’avais cette sensation plutôt dérangeante de me plonger dans une lecture qui n’aurais pas réellement de fin … Finalement, la plume d’Anne Cassidy est très agréable à suivre et aussi très émotive, ce qui fait qu’une fois que l’on entre dans son histoire, il est difficile d’en sortir. Et encore plus lorsque je pense avoir découvert le dénouement mais que j’en suis à mille lieues; on se prend une belle claque, il faut le souligner !

En bref, un récit principalement basé sur le côté psychologique d’une famille qui ne peut faire son deuil en l’absence de réponses à leurs nombreuses questions. Un récit qui ne m’a certainement pas touché à sa juste valeur mais qui m’a quand même fait passer un bon moment. Mais surtout, un récit très bien écrit, et porté par un personnage très attachant !

Publicités

Top Ten Tuesday #32

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous dans lequel chaque blogueur doit répondre à une question en donnant un top 10. Ce rendez-vous a été créé par The Broke and the Bookish et repris, sur la blogo française, premièrement par Iani, et ensuite par Froggy. Il est, normalement, hebdomadaire mais je le ferais uniquement lorsque les questions m’en donneront l’envie ^^

Pour ce mardi 5 juin 2018, le thème est :
Les 10 romans qu’on à aimé malgré une couverture peu attrayante

   

R.O.S.E. L’embaumeur de Montmartre – Fleur Hana
Et si on se prostituait – Eva Giraud
Pour un sourire de Théo – Maddie D.
Je vais mettre les trois dans le même sachet car elles se ressemblent pas mal quand même … Je ne suis vraiment pas fan de ce combo « ombre + fond beige / brun + titre sans réel effet ! Je trouve que ça donne des couvertures trop tristes, rien ne ressort réellement …

 

Électrosensibles – Jérôme Duez
Premier appel du paradis – Mitch Albom
À choisir, j’ai une large préférence pour la couverture de « Premier appel du paradis, qui ne me déplaît pas réellement. Je trouve juste que, quitte à jouer sur une couverture simple et typographique, autant y aller jusqu’au bout et accentuer au mieux cet aspect. Un peu comme pour la couverture de « Enfants de la paranoïa » ou celle de « Seconde Chance » par exemple …

   

Et je renaîtrai de mes cendres – Laurence Finet : En soi, j’aime bien cette couverture ! Je ne suis juste pas fan du noir et blanc, j’ai toujours cette impression d’avoir une couverture top terne …
L’impératrice Némésis – Coralie Martin : Beaucoup trop sombre à mon gout, sans relief … Et un peu trop cliché / facile pour de la bit-lit !
Comment j’ai mordu Damon Salvatore – Rose Darcy : Clairement, c’est tout ce que je déteste (sorry sorry ^^) ! Un fond qui n’a pas grand intérêt, un titre qui n’est clairement pas mi en valeur, le nom de l’auteur qui semble posé là par dépit … Je suis désolé mais l’histoire méritait véritablement mieux !

 

M – S’telle : Clairement le genre de couverture sur laquelle je ne me retourne pas … Rien ne la met en valeur, c’est plat, sans sel, sans poivre et sans épices (Je regarde trop Cristina Cordula …) !
La chambre des merveilles – Julien Sandrel : J’ai longuement hésité à savoir si je voulais la mettre dans ce top ou pas … Une fois le livre lu, je comprends mieux cette couverture et je commence même à l’apprécier. Mais il est vrai qu’à la réception, sans avoir lu le résumé ni la note des éditions, elle ne m’a pas forcément donné envie …

Et vous, une couverture que vous n’avez particulièrement
pas aimé alors que vous avez adoré le récit ?

Contes et comptines à toucher : « Jack et le haricot magique »

« Jack et le haricot magique »
de la collection Contes et Comptines à toucher
Éditions Milan

Haricots magiques, poule aux oeufs d’or, ogre… tous les ingrédients sont là pour un nouveau conte célèbre à toucher ! Jack échange sa vache contre trois haricots magiques. Quelle surprise lorsque la tige d’un haricot pousse jusqu’au ciel !

Aujourd’hui (avec un jour de retard, on remercie les microbes …), on se retrouve pour parler d’un livre qu’Ethan commence à beaucoup apprécier : « Jack et le haricot magique » ! Il l’a reçu alors qu’il était tout petit mais, on ne va pas se mentir, je le trouvais beaucoup trop joli pour lui laisser à manipuler quotidiennement. J’avais beaucoup trop peur qu’il ne le casse ou l’abîme. Mais aujourd’hui, à 18 mois, je suis déjà plus confiante ^^ Bien que, … Je reviendrais sur ce point plus tard.

Clairement, ce n’est pas forcément par l’histoire qu’il est intéressé mais bien par les différentes matières qui composent les illustrations. Je vois bien qu’il aime passer ces doigts sur les pages afin d’en découvrir les différences de textures et les quelques reliefs d’impressions. Et puis, c’est un livre donc il ne se lasse pas; il fait partie de ceux qui se retrouvent très souvent dans ses mains et qu’il aime redécouvrir encore et encore !

Cependant, je découvre qu’ils sont conseillés à partir d’un an ! J’aurais juste envie de préciser : accompagné ! Je ne lui aurais clairement pas donné les yeux fermés alors qu’il n’avait qu’un an. La dernière page du livre contient une partie qui se développe quand on l’ouvre, et je pense sincèrement qu’elle n’aurait pas survécu plus de 10 minutes …. Encore aujourd’hui, je fais très attention quand je le vois avec ce livre dans les mains.

À propos du prix qui est de 13,90€ l’unité, même si je trouve que c’est un peu élevé, ça les vaux largement. Le livre est de bonne qualité, contient plusieurs matières, certaines parties sont imprimées en relief, la tranche est bien épaisse et solide, la couverture est parfaitement rigide … Et puis, les illustrations sont très jolies !

La collection « Contes et comptines à toucher« contient plus d’une trentaine de titres qui plairont aussi bien aux petites filles qu’aux petits garçons. Quelques titres en particulier me font de l’œil comme le classique « Petit Poucet » ou encore « Le vilain petit canard », mais aussi « Pirouette, Cacahuète » et tant d’autres …

 

« Le journal de ma disparition » de Camilla Grebe

Je ne crains pas la mort, je crains de me perdre. C’est pourquoi ce journal revêt une telle importance. Pour retracer ma vie, mais aussi pour me rappeler qui je suis. J’existe. Pour quelque temps du moins.

Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.

Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.
Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…

Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

De sa plume fluide et au gré de rebondissements imprévisibles, Camilla Grebe nous offre un nouvel opus étourdissant où les secrets enfouis et les différentes intrigues s’entrelacent magistralement. Une lecture à couper le souffle.

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Levy pour ce partenariat.

En toute objectivité, je ne suis pas une addict de polars ! Mais ça ne veut pas dire que je n’aime pas, loin de là, c’est juste qu’il faut que j’en aie envie. Et c’était le cas lorsque j’ai vu ce titre disponible sur NetGalley, j’ai tenté ma chance, avec succès !

Me voilà donc transportée à Ormberg, petite ville suédoise en apparence tranquille, mais où deux corps ont été retrouvés au même endroit à huit ans d’intervalle. Nous allons suivre l’enquête de l’intérieur grâce à Maline, jeune flic ambitieuse, c’est elle qui avait découvert le premier squelette 8 ans plus tôt, lors d’une soirée avec ses amis dans les bois. Elle sera entourée d’autres enquêteurs tels que Manfred, Andreas, Hanne et Peter. Ce dernier sera porté disparu du jour au lendemain et Hanne, sa femme, sera retrouvée à l’orée du bois, dans un état second … Mais nous allons aussi suivre Jake, un jeune adolescent mal dans sa peau …

Lorsqu’on est l’objet d’une enquête policière, plus rien ne reste caché. Que vous soyez coupable ou victime, on va remuer votre linge sale et exposer aux quatre vents vos secrets les plus honteux.

Parmi tous les personnages que nous allons découvrir, j’ai particulièrement été touchée par deux d’entre eux, deux générations opposées : Hanne et Jake !

Hanne parce que c’est une personne fragile, atteinte de déficience cognitive, qui va noter chaque détail de ces journées dans un petit carnet afin de pouvoir garder la face devant ses collègues. Et ce carnet va nous montrer tout son désarroi face à cette maladie … Sans lui, elle ne peut plus faire semblant !
Et Jake, tout simplement parce qu’il est jeune, que sa mère est décédée et que son père perd totalement pied. Et parce que ce « mal qui le ronge » le rend extrêmement fragile et mal dans sa peau … On a envie de le protéger, de l’aider à faire face aux regards des autres et à s’assumer pleinement !

À travers le regard de Jake, mais aussi celui de Maline, nous allons prendre pleinement conscience de la difficulté d’être différents dans une petite ville où tout le monde se connaît et y vit depuis des générations. Ormberg est une ville en plein déclin, frappée par la crise économique, la fermeture d’entreprise locale, le chômage, … L’arrivée des migrants n’a malheureusement rien arrangé, exacerbant ce sentiment d’insécurité, de peur, de conflits, …

J’écris le journal de ma disparition. Pas physique, mais métaphorique – car chaque jour qui passe, je m’enfonce un peu plus dans le brouillard.

Concernant l’intrigue, je l’ai trouvé en demi-teinte. J’ai tout d’abord été transportée sur place, à découvrir l’enquête, les personnages, la ville d’Ormberg, … J’ai trouvé le tout très intéressant et le fait de commencer le récit par un flashback de la découverte du premier squelette nous plonge directement au cœur de l’affaire. Le style d’écriture de l’auteur, très fluide et extrêmement agréable à lire aide beaucoup également.

Ensuite, j’ai malheureusement trouvé quelques longueurs, le texte perd de son rythme et nous, notre attention … Néanmoins, cela ne dure pas, fort heureusement ! Dès la deuxième moitié du récit, l’enquête reprend de plus belle et chaque révélation est une surprise. Tout comme le dénouement, que je n’avais pas du tout vu venir, c’est ce que j’aime dans un polar !

En bref, un polar qui nous emporte dans une intrigue digne de ce nom et très bien ficelée. Dommage pour les quelques lenteurs dans la première moitié du roman mais le style très fluide de l’auteur ainsi que ces personnages intéressants et attachants, et son environnement très aboutis, nous font oublier les petits points négatifs pour ne retenir que les positifs !


« Un arbre, un jour… » de Karine Lambert

Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse.

Du haut de mes trente-deux mètres, je les regarde vivre sur la place du village. Depuis cent trois ans, je partage leurs nuits et leurs jours, j’effeuille leurs amours et parfois j’envie leurs cris de joie. En ce matin de printemps, un avis d’abattage est cloué sur le platane centenaire qui ombrage ce village de Provence. Entraînés par un petit garçon effronté, sept habitants s’unissent pour découvrir qui souhaite la mort du géant.
Ensemble, ils combattent cette sentence absurde, tandis que l’arbre les observe et vibre avec humour et philosophie au rythme de leurs émotions et de leurs conflits. Qui l’emportera… le pouvoir ou la solidarité ? Aux premiers jours de l’été, Clément, Suzanne, Fanny et les autres ne seront plus les mêmes.

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Levy pour ce partenariat.

Lorsque j’ai reçu cette proposition de lecture, je vous avoue que j’ai hésité pendant quelques instants. J’avais peur de tomber sur une lecture trop « gnangnan », où un arbre nous parlerait pendant plus de 250 pages en mode « protection de la nature ». Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien, c’est comme ça ^^ Et finalement, je ne regrette pas du tout d’avoir accepté car, non seulement j’ai été agréable surprise ; mais en plus de ça, j’ai passé un super moment !

Nous allons donc suivre l’histoire de ce platane de 32 mètres, installé sur la place du village. En plus de 100 ans, il en a vu des villageois ! Certains profitant de la fraîcheur de son ombre, d’autres grimpants à ces branches, … Pourtant, Monsieur le Maire a décidé qu’il était temps de libérer l’espace, il sera donc abattu ! La raison viendrait de sa solidité ; personne n’y croit …

Cet avis d’abattage va être le déclencheur de nouvelles relations entre les villageois ; mais aussi d’un formidable élan de solidarité et de générosité. Chacun ayant un souvenir, une histoire ou une attache particulière avec ce platane qu’ils connaissent depuis toujours ; ils sont tous prêt à donner un peu de leur personne afin de le sauver ! Et c’est aussi grâce à la détermination et la motivation du petit Clément que tout va être rendu possible !

Comme je le disais, chaque personnage qui composent ce merveilleux petit village à son histoire, mais c’est malgré tout pour cet arbre que j’ai eu un réel coup de cœur ! Le fait de le faire interagir à sa façon en fonction des évènements qui se passent autour de lui ; lui qui ne comprend pas toutes cette agitation au début, en tant qu’arbre ; le fait paraître si vivant ! On ne peut que prendre pitié de sa situation et nous aussi, vouloir faire partie de la rébellion !

S’ils [les hommes] étaient conscients que je peux aussi avoir peur ou mal ou être fatigué, agiraient-ils autrement avec moi ? S’ils ressentaient que j’aime leurs caresses, m’en donneraient-ils plus souvent ? Suis-je à leurs yeux un être vivant au même titre qu’eux ?

Je découvre Karine Lambert via cette publication et je pense sincèrement me procurer prochainement les précédentes car je suis tombée sous le charme de sa plume ! Elle est pleine de douceur, de charme, et de fluidité. Le thème principal peut paraître très léger mais il aborde pourtant une panoplie de sentiments très différents. J’ai été étonnée de ressentir autant de compassion et de peine pour un « simple » arbre, parce que clairement, pour être tout à fait honnête avec vous, ce n’est pas du tout mon genre ^^ Mais je me suis un peu mise à la place de ces villageois car j’habite sur une place où j’ai vue sur une bonne dizaine d’arbre ; et j’espère sincèrement qu’ils y resteront pendant encore de longues, très longues années …

En bref, j’ai passé un très agréable moment avec cette lecture. Je n’ai pas vu le temps passer et j’adore ça ! C’est un récit plein d’émotion, de tendresse, de douceur, et d’unité que je vous conseille sincèrement. Karine Lambert a un style d’écriture qui vous transporte avec une facilité plutôt déconcertante ! Et, cerise sur le gâteau : elle est Belge ♥, une qualité non négligeable n’est-ce pas ? #Humour #BelgeEtFier


« 127 heures » de Aron Ralston

Après avoir été absorbé un moment par la musique, me voilà tout souriant, heureux. C’est tout ce que j’aime. De la bonne musique, une solitude totale, de grandes étendues sauvages, la tête vide. Cette sensation revigorante de me promener tout seul, à mon propre rythme, me libère l’esprit.

Le 26 avril 2003, Aron Ralston, jeune homme de vingt-sept ans, se met en route pour une randonnée dans les gorges de l’Utah. Alpiniste expérimenté, il collectionne les plus beaux sommets de la région. Pourtant, au fin fond d’un canyon reculé, l’impensable survient : un rocher se détache au-dessus de lui et emprisonne son bras dans le mur de rocaille. Le voilà pris au piège, menacé de
déshydratation et d’hypothermie, en proie à des hallucinations… 127 heures plus tard, comprenant que les secours n’arriveront pas, il prend la plus grave décision de son existence. S’il faut survivre,
son seul espoir est de s’amputer le bras. Au-delà d’un récit d’aventure, au-delà d’un film qui déchaîne déjà les passions, 127 heures est le vrai témoignage édifiant d’un homme qui a su aller au bout de lui-même et reconquérir sa liberté coûte que coûte.

Aujourd’hui, c’est avec une chronique assez courte que je viens étant donné que, sur ce livre de 304 pages, je n’ai pas été plus loin que la 92 … Je déteste abandonner un livre en cours de route mais sincèrement, je ne ressentais aucun plaisir à tourner les pages, juste un profond ennui …

Je pense que tout le monde connaît un peu l’histoire d’Aron Ralston non ?! C’est un randonneur passionné qui, le 26 avril 2003, prend la décision, un peu sur un coup de tête, de partir explorer le parc national du CanyonLands, dans le centre de l’Utah. Sauf que, par un coup de malchance, il va se retrouver avec le bras, à hauteur du poignet, coincé entre une énorme pierre et le canyon en question. Commence alors un long récit …

Les chapitres nous racontant son récit dans l’Utah sont sincèrement intéressants. On découvre un homme courageux, qui cherche les moindres solutions pouvant le sortir de cette impasse ! Malheureusement, les autres chapitres nous racontant ses multiples ascensions et expériences de vies m’ont ennuyé. J’avais cette désagréable impression de lire bien souvent la même chose …

Clairement, on ressent la passion d’Aron dès les premières lignes ! Mais le récit est bourré de références, que ce soit des montagnes, des canyons, des sites de rafting, du matériels spécifiques, et bien d’autres encore … Et, lorsque l’on n’a aucune attirance pour ce sport et aucune connaissance dans ce domaine, toutes ces références alourdissent très rapidement le texte et rendent la lecture nettement moins attirante …

Malgré tous ces points négatifs, je suis quand même curieuse de découvrir comment Aron a réussi à prendre la décision et surtout à avoir le courage de ce souper le bras, mais je regarderais le film pour le découvrir …

En bref, une lecture abandonnée sans réel regret ! Trop de références, une sensation de répétitions désagréable, un grand ennui … Je regarderais le film pour le coup !

« Louméria – Tome 1 : La Bague des Légendes » de Camille Huot

Ils sont en moi ses pouvoirs, que tu le veuilles ou non ! Tu me demandes de les mettre de côté, de faire comme s’ils n’existaient pas. C’est comme si tu ME demandais de ME mettre de côté, d’occulter ce que je suis. Ces pouvoirs existent parce que j’existe !

Lorsque Ethan découvre sa véritable identité, sa vie d’adolescent bascule. L’origine de ses étranges pouvoirs lui est révélée, et il se retrouve propulsé dans le monde mystérieux de Louméria. Une planète à l’agonie, une prophétie, et quatre élus potentiels pour sauver un peuple d’une mort certaine. Face aux redoutables créatures de ce monde en perdition, Ethan est en danger. Parviendra-t-il à surmonter les épreuves et à dissiper la révolte qui gronde ?

Je remercie chaleureusement les Éditions Calepin pour ce partenariat.

Encore une fois, c’est avec beaucoup de retard que je lis la dernière publication des Éditions Calepin … Mais d’un autre côté, je me dis que c’est toujours quelques mois de moins à attendre le tome suivant ! #ToujoursVoirLeBonCôté Après tout, rien que le prénom du personnage principal aurait dû présager une très bonne lecture n’est-ce pas ? ^-^

Nous allons donc faire la connaissance d’Ethan, un jeune garçon pas tout à fait comme les autres étant donné qu’il est doté d’étranges pouvoirs ! Sa vie va changer du tout au tout lorsqu’il va découvrir qu’il est peut-être l’élu destiné à sauver Louméria. Malgré sa volonté de bien faire, l’adaptation dans ce nouveau monde n’est pas des plus simples et va même faire remonter certains souvenirs douloureux …

Heureusement, Ethan va se lier d’amitié avec deux de ces compères : Ylia et Nathan ! Ensemble, ils vont faire face aux différentes épreuves qui désigneront l’élu qui recevra la Bague des Légendes et sauvera Louméria.

Ezekhiel, quant à lui, se met volontairement à l’écart ! Certains d’être l’élu, il est prêt à tout pour gagner chaque épreuve et repousser quiconque se mettra entre lui et la bague ! Il est hautain, froid et naturellement mauvais !

Vous l’avez compris, c’est une panoplie de personnages que vous allez rencontrer ! Tantôt gentil et attentionné tels Qu’Arthur Ewindor, leur mentor ; ou Olga Poultine, le professeur d’Ethan. Tantôt détestable à souhait comme Pavel Starn, le professeur d’Ezekhiel … Cependant, j’ai un gros coup de cœur pour le personnage de Mme Bonnemine qui va se montrer extrêmement gentille et de très bons conseils.

Aucune expression ne se lisait sur son visage, comme s’il avait été statufié, les mains croisées sur ses genoux. Prêt à découvrir son destin, avide de savoir enfin.

Je vais volontairement vous en dire le moins possible sur le monde imaginé par l’auteur car je pense sincèrement qu’il doit être découvert au fil de la lecture ! Cependant, je dois quand même souligner que j’ai beaucoup apprécié le fait d’avoir un semblant d’Harry Potter par certains aspects de l’histoire sans pour autant me retrouver dans une pâle copie, loin de là ! Camille Huot nous transporte dans un monde bien à lui, peuplé de créatures effroyable mais surtout, terriblement abouti ! Rien n’est approximatif, il sait où il nous emmène ! Chaque description nous transporte sur cette planète inconnue et le style est tellement fluide et sans accroche que ce livre se dévore très rapidement !

En bref, je reste assez évasive sur l’univers de ce premier tome car il mérite d’être totalement découvert par la plume de l’auteur ! Les personnages sont sympathiques à souhait, ou totalement détestables pour d’autres. J’ai été plongée dans ce récit de la première à la dernière ligne et je n’ai qu’une hâte, découvrir la suite afin de savoir qui sera l’élu et surtout, si Louméria sera sauvé !


Lumilivre, le livre qui s’allume : « Joyeux anniversaire »

Le 27 ! C’est une bonne date pour publier ce rendez-vous non ? Ethan à 17 mois aujourd’hui, ça se fête ! Bon, je ne vous dis pas que je vais vous poster un « Ethan Bookine » tous les mois parce que clairement, je vais tomber à court de livre à un moment ou un autre ^-^ Mais s’il y en a, ce sera la 27, c’est décidé ! Et aujourd’hui, je vais donc vous parler d’un livre qu’il a reçu pour souffler sa première bougie, le 27 novembre dernier …

« Lumilivre, le livre qui s’allume »
de chez PlayBac Éditions

Il a reçu un titre parmi les 6 qui composent la collection :
« Joyeux anniversaire »
illustré par Romain Guyard

 

Encore une fois, c’est un livre avec lequel Ethan aime beaucoup jouer ! L’histoire est toute simple, le petit Gabin fête son anniversaire et nous allons l’aider à souffler ces bougies. Grâce au petit bouton jaune situé dans le coin inférieur droit, l’enfant va pouvoir allumer le four pour faire cuire le gâteau, allumer les guirlandes décoratives, allumer les bougies, … Bref, ça l’amuse d’allumer et d’éteindre encore et encore les minis ampoules.

Personnellement, j’ai un faible pour les illustrations qui sont vraiment jolies et colorées sans pour autant être trop criardes. C’est un livre réellement agréable à feuilleter et j’avoue que je serais curieuse de découvrir le « Bonne nuit autour du monde » !

Le seul petit bémol serait peut-être le prix, que je trouve légèrement élevé : 10,90€ / pièce … Ça reste un budget ! Mais c’est vrai que c’est un joli petit cadeau quand même pour un premier anniversaire.

Vous pouvez retrouver toute la collection et plus d’informations juste ICI !

 

« Chroniques Lunaires – Tome 2 : Scarlet » de Marissa Meyer

Le petit chaperon rouge était jeune et tendre, et le loup savait qu’elle serait encore plus savoureuse que sa grand-mère.

Bien loin de l’asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autres choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.

/ !\ Certifié sans spoiler ! Mais je ne garantis rien concernant le premier tome … / !\

Je vous retrouve enfin avec mon avis concernant le second tome de la saga des Chroniques Lunaires : Scarlet ! Et si Marissa Meyer c’est, cette fois, inspirée du Petit Chaperon Rouge, on en est quand même vachement loin et c’est particulièrement ce que j’aime dans cette saga ! L’auteur à totalement remanier le conte à sa sauce et le résultat est plutôt impressionnant et très original !

Nous allons donc rencontrer Scarlet, une jeune femme, vivant et travaillant à la ferme avec sa grand-mère. Malheureusement, cette dernière a disparu depuis près de deux semaines et, faute d’éléments, la police a fini par classer l’affaire. Mais, dotée d’un fort caractère et de beaucoup de détermination, Scarlet est bien décidée à ne pas laisser tomber sa seule famille.

Contrairement à Scarlet qui reste assez banale, le personnage de Loup est beaucoup plus complexe ! C’est un lutteur de rue et nous ne savons clairement pas sur quel pied danser pendant une bonne partie du récit. Tantôt protecteur et attentif, il se révèle parfois plus agressif et reste très mystérieux. Cependant, le duo qu’il forme avec Scarlet est très intéressant ! Ils apprennent à se découvrir tout en se méfiant l’un de l’autre …

– Le plus stupide, ce n’est pas d’essayer de te protéger, dit Loup en ramenant son regard sur Scarlet. C’est de croire que ça pourra faire une différence.

Nous allons également retrouver Cinder, pour mon plus grand plaisir ! Au courant de sa véritable identité, c’est maintenant son passé qui va nous être dévoilé ; et nous allons comprendre en quoi la famille de Scarlet y est impliquée. Loin d’elle l’idée de reprendre sa place de souveraine légitime, elle veut juste retrouver sa liberté et surtout, elle est déterminée à connaître les moindres détails de son histoire.

Cinder pourra également compter sur la confiance de Thorne, un jeune homme rencontré à la prison de Neo-Beijing. Il a un petit côté hautain et immature qui peut parfois être agaçant mais, finalement, il se révèle loyal et plutôt amusant.

Comme vous le comprenez, les personnages de ce second tome ajoutés à ceux du premier, commencent à être nombreux ! Cependant, l’histoire ne s’éparpille pas et chacun d’eux à son rôle à jouer. Nous en apprenons également plus sur les lunaires ainsi que les plus sombres secrets de la reine Lévana ; et nous découvrons que l’univers imaginé par l’auteure va beaucoup plus loin que ce que l’on peut découvrir dans le premier tome ! L’intrigue est très rythmée du début à la fin, et c’est aussi grâce à l’alternance des chapitres consacrés à Scarlet, Cinder et le prince Kai. Ce système permet d’entretenir un bon suspense où chaque révélation s’emboîte parfaitement l’une dans l’autre. À voir la tournure que ça prend, j’ai réellement hâte de découvrir la suite et ce que Marissa Meyer nous réserve pour chacun d’entre eux, ça risque d’être très intéressant !

Elle se sentait obligée d’aller là-bas. Pour comprendre où elle avait vécu toutes ces années perdues et qui avait pris soin d’elle, qui d’autre connaissait son grand secret.

En bref, ce second tome des « Chroniques Lunaires » tient ces promesses et ne fait que tirer cette saga vers le haut ! Marissa Meyer nous entraine dans son histoire de la première à la dernière ligne. De nouveaux personnages, un univers intéressant et une intrigue palpitante, que demander de plus ?? La suiiite !!

Version #7

Après plus de 2 ans, je me décide enfin à faire peau neuve !

Et, pour marquer le coup, j’ai fait appel à une illustratrice que j’aime beaucoup : Petit Lardon
Encore un grand merci a toi ma petite Juliette !! J’aime trop ♥
N’hésitez pas à lui rendre visite, juste ICI !

Dites-moi ce que vous en pensez via un petit commentaire,
ça fait toujours plaisir ^^