« La 5è vague » de Rick Yancey

La 5è vague

Comment vous y prendre pour débarrasser la Terre des humains ? Faites-nous perdre toute humanité.

Notification 5

Article - Résumé

1ère Vague : Extinction des feux
2e Vague : Déferlante
3e Vague : Pandémie
4e Vague : Silence

La 5e Vague arrive…
Ils connaissent notre manière de penser. Ils savent comment nous exterminer. Ils nous ont enlevé toute raison de vivre. Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir…

À l’aube de la 5e Vague, sur une bretelle d’autoroute désertée, Cassie tente de Leur échapper…Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser Leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés…
Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu’à ce qu’elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son seul espoir de sauver son petit frère, voire elle-même. Du moins, si Evan est bien celui qu’il prétend… Mais la jeune fille doit d’abord faire des choix : entre confiance et paranoïa, entre courage et désespoir, entre la vie et la mort. Va-t-elle baisser les bras et accepter son triste sort, ou relever la tête et affronter son destin ? Car ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort.

Article - Mon avis

Depuis sa sortie, ce livre attend sagement dans PAL. Mais, étant donné que l’adaptation cinématographique est programmée pour le 27 janvier 2016, il était grand temps de l’en sortir. Et je ne le regrette pas, j’ai passé un très bon moment.

Depuis qu’un vaisseau extraterrestre est apparu dans le ciel, c’est une véritable hécatombe qui s’abat sur l’humanité ! Après l’impulsion magnétique qui les a plongés dans le noir, les tremblements de Terre et l’épidémie meurtrière ; peu nombreux sont ceux ayant survécus aux différentes vagues qu’ont lancées les Autres. Les Autres, ce sont Eux, ces extraterrestres qui nous ressemblent tant, à nous, humains. Au milieu de ce chaos, Cassie n’est pas la seule survivante. Mais, ses parents sont morts et elle ne peut faire confiance à quiconque. Comment savoir si la personne qui se trouve en face de nous est des nôtres ou des Autres ? Si elle veut retrouver son petit frère, emmené par des soldats dans un camp militaire, elle va devoir se débrouiller seule ! C’est alors qu’elle va croiser le chemin d’un jeune homme mystérieux : Evan Walker. Elle ne lui fait pas totalement confiance mais il est le seul à pouvoir l’aider, avant que la 5è vague ne soit lancée.

La première règle si l’on veut survivre à la 4è vague est simple :
ne faire confiance à personne.

À la lecture des premiers chapitres, je suis restée assez perplexe quant au choix de l’héroïne principale. Je trouvais que Cassie se préoccupait de futilités dans un monde où rien, sinon votre vie, n’a d’importance. Mais, très vite, je me suis attachée à cette jeune adolescente qui pense être, peut-être, la dernière humaine sur Terre. On s’aperçoit rapidement que ces sarcasmes ne sont qu’un moyen de communication, ce qui lui permet de rester en vie sans devenir folle. L’auteur arrive à la rendre tellement humaine qu’on a l’impression de la sentir à nos côtés, de l’entendre nous chuchoter son histoire, son périple vers sa promesse … Nous découvrons alors une jeune fille pleine de courage et déterminée à retrouver la seule famille qui lui reste : son petit frère Sammy !

Cependant, tout le livre n’est pas uniquement centré sur Cassie et nous offre quatre points de vue différents. Deux sont à la troisième personne du singulier ; et les deux autres, à la première, dont celui de Cassie et de Zombie. J’ai particulièrement accroché avec ce dernier ! Zombie est un jeune homme que les militaires ont formé à la guerre contre les Autres. C’est un personnage à la tête bien pleine et qui, malgré le climat ambiant, reste attentif à ceux qui l’entourent.

Nous allons également faire la connaissance d’un autre personnage important, celui d’Evan Walker. Je ne vais pas dévoiler tout le mystère qui l’entoure mais j’ai beaucoup aimé sa philosophie, même s’il n’a pas forcément retenu toute mon attention …

Et puis, bien sur, on découvre les Autres ! Ces extraterrestres qui ne sont ni tout verts, ni tout petits, ni énormes, qui ne tirent pas sur tout ce qui bouge avec je ne sais quelle arme inconnue. Non, non ! Ils sont physiquement comme nous et il est donc impossible de savoir qui est qui, impossible de faire confiance sur simple parole. Ils ont un plan et se montreront impitoyables et très patients pour qu’il soit mené à bien. Autant dire que c’est tout le contraire de ce qu’on a déjà pu voir ou imaginer quand on nous parle d’extraterrestre. Là est toute l’originalité de ce récit !

Le seul moyen de rester en vie : rester seule. Ça c’est la règle numéro 2.

Outre le fait d’avoir des personnages principaux attachants et plutôt complets, c’est l’histoire dans son entièreté qui a retenu mon attention ! On peut clairement dire que l’auteur à une imagination débordante et le souci du détail. Chaque vague nous est expliquée afin que nous puissions prendre conscience de son impact et de ses conséquences sur l’humanité. Cette invasion extraterrestre est des plus diaboliques et l’ambiance pesante dans laquelle évoluent nos personnages ne faits qu’accentuer ce côté sombre.

L’intrigue regorge de révélations, d’actions et de suspense. On se surprend à être sur le qui-vive, à froncer les sourcils ou encore à sentir son cœur accélérer à chaque rebondissement. On ne s’ennuie pas, bien au contraire, on a soif d’en apprendre toujours plus !

Rick Yancey nous emporte dans un monde apocalyptique très intéressant ! Dès les premières lignes, les questions affluent et ne trouveront des réponses que sur la fin. Une fin qui ne me donne qu’une envie, lire la suite !

C’est difficile de prévoir ce qui va arriver,
quand ce qui arrive n’est pas ce que vous avez prévu.

En bref : conquise par ce monde apocalyptique qui pourrait être le nôtre, je suis passée à pas grand-chose du coup de cœur. Je ne saurais dire ce qu’il m’a manqué car l’histoire est originale et élaborée méthodiquement, les personnages sont attachants et dotés d’émotions fortes, le tout raconté d’une plume très agréable. J’espère sincèrement que le film sera aussi bien retranscrit !

« L’Édit d’Alambrisa » d’Alix D’Angalie

LEC Alambrisa

Dans cette contrée libre et rayonnante, la noblesse n’était pas héréditaire mais réservée à une élite, les hommes et les femmes les plus méritants, les plus savants, les plus âgés, et surtout les plus habiles du monde entier : le Conseil.

Notification 5

Article - Résumé

À l’issue d’une ère de guerres sanglantes, les Hommes sont parvenus à développer une civilisation aussi pacifique que prolifique. Tellur est un monde en Paix, un rêve devenu réalité au prix de sacrifices incommensurables… et grâce à l’Édit d’Alambrisa.

Plus de trois mille six cents ans après la rédaction de l’Édit d’Alambrisa, Sicara Narki accède au prestigieux statut d’Apprentie et intègre le lieu de formation des Mages les plus puissants de Tellur, sous l’égide du plus mystérieux des professeurs.

Mais elle est loin de mener au Conservatoire la vie studieuse et sereine à laquelle elle a toujours aspiré. Une série de drames sans précédent vient perturber la Paix d’Alambrisa et très vite, l’Apprentissage de Sicara prend une tournure inattendue et dangereuse qui changera du tout au tout le cours de son existence…

… et peut-être même la civilisation de l’Édit tout entière.

Article - Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Monde Premier pour ce partenariat.

J’ai reçu ce partenariat il y a déjà quelque temps mais j’avoue en avoir repoussé la lecture à cause de son nombre de pages assez élevé. Au vu du résumé, j’avais principalement peur d’avoir une histoire tirée en longueur … Mais, finalement, j’en ressors agréablement surprise !

Pourtant, l’histoire de base est assez classique : nous rencontrons Sicara Narki, une jeune douée venant des bas quartiers et qui va avoir la chance d’intégrer l’école la plus prestigieuse de la Cité d’Alambrisa. Auprès de son maître, qui n’est pas des plus loquasse, elle va pouvoir s’exercer à la maîtrise de son don. Mais la Cité d’Or, dont les lois de l’Édit sont inculquées depuis la plus tendre enfance afin de garder la paix définitivement instaurée depuis la guerre, n’est pas aussi prospère qu’il n’y paraît. Un traître se cache entre ces murs et il est bien décidé à la faire tomber.

Ce qui fait le succès de ce récit, c’est tout ce qu’il y a autour ! Les personnages, auxquels on s’attache très rapidement ; le rythme, qui passe de soutenu à plus lent afin de nous laisser respirer un peu ; l’intrigue, qui nous fait cogiter plus que jamais sur l’identité du coupable … Même les décors et la topographie du continent sont à découvrir tellement ils nous apparaissent facilement, comme si on y était !

Le sang qui fait battre tous les cœurs ne doit être rependu. [Édit]

Comme je le disais, le récit est assez long. Et, malheureusement, il débute assez lentement … L’auteur commence par nous faire découvrir son monde et la Cité d’Alambrisa. Sa ville et ses ruelles escarpées ou la population vit heureuse, l’école et son labyrinthe de couloirs ou chaque apprenti va et vient selon le bon vouloir de son maître, … Nous découvrons également son fonctionnement, ou Privelins (personnes sans don) et Doués se côtoient en harmonie. Mais, même si cette partie reste intéressante et assez importante pour la suite, elle n’en reste pas moins légèrement trop longue à mon gout

Heureusement, une fois cette centaine de pages passée, nous plongeons dans une histoire que nous allons découvrir complète, ou chaque intrigue est bouclée, et portée par des personnages forts !
Parmi ceux-ci se trouvent bien évidemment Sicara et son maître, Ergej Ienisei.

Sicara est âgée de 21 ans lorsqu’elle intègre le conservatoire. Elle avait déjà tenté sa chance il y a 10 ans, mais avait échoué en perdant tous ces moyens. Aujourd’hui, son don n’a pas faibli et elle est plus motivée que jamais à redorer le blason des Narki et faire honneur à sa tante, disparue … Mais l’apprentissage auprès de son maître ne sera pas de tout repos et Sicara nous montrera sa détermination et son courage à plusieurs reprises. Nous allons également découvrir une demoiselle très attachée à ces valeurs, qui peut se montrer pleine de ressources et, heureusement, au vu de sa facilité à s’attirer des ennuis. Il faut aussi souligner que ses meilleurs amis, les jumeaux Den Helden, ne sont pas non plus des plus téméraires ^^

Ienisei est l’opposé de Sicara. À première vue, il semble charismatique et mystérieux, froid et désagréable. Mais cette façade qu’il se donne va s’effriter petit à petit au contact de son apprentie, ces barrières vont tomber et ces secrets, être dévoilés. Nous allons alors le découvrir plus attentif, à l’écoute, souriant même ! On finit par comprendre ces actes, son attitude aussi détachée, et il en devient attendrissant, finalement.

Même si au départ, leur collaboration semble vouée au désastre, ils vont apprendre à se découvrir, se connaître, se confier. Une certaine forme de complicité va s’installer, non sans heurts, et c’est très agréable à suivre !

En réalité, elle profitait de la moindre occasion d’être distraite pour éviter de penser au lendemain. Le passé étant un sujet tout aussi douloureux, il ne lui restait pour échappatoire que le présent et ses maigres divertissements.

Un autre point positif à souligner selon moi : le rythme ! Il se calque sur l’intrigue et nous pousse à tourner les pages encore et encore. Les actions s’enchainent mais sont entrecoupées de périodes plus calmes, qui pour le coup, rendent le récit plus réaliste et nous permettent également d’assimiler les informations importantes qui sont disséminées çi et là. Alors que l’on croit le coupable démasqué, le récit change d’orientation et nous prouve qu’il faut se méfier des apparences …

Au final, l’auteur a réussi à me surprendre ! Non seulement parce que, contrairement à ce que je pensais, l’histoire n’est pas tirée en longueur ; mais aussi grâce à la tournure qu’elle prend et l’évolution qu’elle permet au personnage. L’identité du traître est démasquée alors que jamais, au grand jamais, il ne serait entré dans ma liste de suspects ! Certaines scènes que j’avais secrètement espérées, mais que je n’aurais jamais cru possible à cause de l’Édit si ancrée dans le cerveau de la population, se produisent enfin. Et cette fin, qui est belle, tout simplement …

Alix D’Angalie nous prouve que, tout comme son Héroïne, Sicara, elle maîtrise son don ! Et c’est grâce à une écriture vivante et entrainante qu’elle nous transporte dans son univers avec une grande facilité.

En bref : Je ne sais pas vraiment ce qui me manque pour que ce soit un coup de cœur mais on y est presque ! Alix d’Angalie nous offre une histoire complète et qui tient la route. Les personnages, principaux ou secondaires, sont attachants et le rythme permet à l’intrigue d’être mise en valeur.
J’espère sincèrement vous avoir donné envie de le découvrir car il en vaut la peine.

Partenariat
Logo Monde Premier

« En apesanteur » de Rachel Berthelot & Rose Darcy

Article - Présentation

Apprends-moi à être drôle ; je t’apprendrai à insulter les inconnus de façon convenable.

Notification 5

Article - Résumé

Ally est une jeune femme brisée par son dernier petit ami en date.
Kyle, lui, ne veut plus voir de femme, même en peinture.
Le point commun entre ces deux victimes de l’amour ? Un vol.

Alors que New York et Las Vegas leur ouvrent les bras pour débuter leur célibat, ils vont se voir confrontés à un imprévu… de taille.

Qui a dit que les hommes et les femmes sont tous les mêmes ?
Et pour vous, ce serait pile ou face ?

Article - Mon avis

Comme toujours, je remercie les Éditions Sharon Kena qui m’ont permis de découvrir ce roman, écrit à quatre mains, en avant-première !

À même pas 30 ans, Ally et Kyle sont remplis de désillusions. Sortant d’une rupture difficile et supportant mal la tromperie dont ils ont été victimes, ils décident tous deux de faire un break dans leur vie, de prendre un nouveau départ et ce, en direction des États-Unis, histoire de changer d’air. Leur résolution est simple : plus de relations amoureuses ! Mais le hasard va les réunir sur le même vol, côte à côte … Vont-ils réussir à tenir leur résolution ?

Justement, c’est parce que ça n’est pas elle, ce côté impulsif, aventurière, qu’Ally a la furieuse envie de le faire. Pour une fois, elle va se la jouer Julia Roberts.
Et puis, c’est tout !

Cette romance, tout en simplicité, nous transporte dans cet avion pour les 140 pages à venir. Pour moi, l’originalité se trouve justement là, dans le fait qu’on ne quitte pas cet avion ! Tout se passera durant les quelques heures de vol, ils ne peuvent y échapper, et le côté éphémère de la chose fait que nous n’avons pas l’impression que tout va trop vite entre nos deux tourtereaux, bien au contraire, c’est assez naturel ! Même s’ils n’ont pas envie de plonger, tête la première, dans une nouvelle relation vouée à l’échec, ils comptent justement en profiter un maximum malgré tout, se lâcher tant qu’ils le peuvent et ils ont raison ! Leurs résolutions peuvent bien attendre un petit peu non ?

À propos des personnages justement, je les ai trouvés très drôles et attachants. Ally pour son côté impulsif et piquant ; Kyle, tout simplement pour son côté charmeur mais attentionné. Je ne vous en dirais pas vraiment plus sur eux étant donné qu’à part leur relation amoureuse chaotique respective, leur passé n’a pas vraiment d’importance ; et leur caractère se laisse découvrir pour plus de surprises.

D’abord assez froid et timide, ils vont finir par discuter et, petit à petit, apprendre à se connaître et devenir complice. Ils se cherchent beaucoup aussi, l’attirance est là et ils ne peuvent le nier, ce qui va nous donner quelques scènes parfois cocasse, parfois sensuelle.

Ce mec l’ensorcelle. Il lui a jeté un sort dont elle ne peut se défaire. C’est une addiction.

Ce livre, écrit en duo, est une petite merveille ! On reconnaît la patte de Rose Darcy et l’ensemble me donne envie de découvrir Rachel Berthelot. À la fois simple et efficace, il est également très frais et plein de tendresse. Parfaitement bien écrit, les auteures ont su lier l’humour et l’amour en jouant sur les deux voix, par le point de vue féminin d’Ally et le point de vue masculin de Kyle. Il saura vous émouvoir mais également vous faire sourire, à de nombreuses reprises !

Parfaits pour un moment de détente assuré, certains passages font partie de ceux que l’on n’oublie pas. Notamment pour la fin ! Que j’ai trouvé quelque peu sadique et frustrante, bien que surprenante. Malgré tout, et même si vous n’allez pas comprendre, j’ai juste envie de répondre à la question du résumé en disant … PILE, obligatoirement ! ^^

En bref, c’est chaleureusement que je vous recommande ce court récit qui vous transportera, je l’espère, aux côtés d’Ally et Kyle dès le 17 février prochain grâce aux Éditions Sharon Kena. Je suis sur qu’une fois fini, vous en redemanderez !

Partenariat
Logo Sharon Kena

« Wave » de Sonali Deraniyagala

Article - Présentation

Je me suis poignardée avec un couteau à beurre. J’ai lacéré mes bras et mes cuisses. J’ai cogné mon crâne de toutes mes forces contre le coin en bois de la tête de lit. J’ai enfoncé des cigarettes dans les paumes de mes mains. Je ne les fumais pas, je les laissais brûler ma peau. Encore et encore. Mes garçons.
Je ne les serrerai plus contre moi. Que faire de mes bras ?

Notification 5

Article - Résumé

Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l’Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons. Wave raconte l’histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l’insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d’horreur. La matière de ce livre, c’est la peine impalpable, indescriptible de la narratrice. Sonali Deraniyagala réussit un récit poétique, sans concessions et incroyablement digne sur comment survivre à l’inimaginable.

Article - Mon avis

Comme toujours, je tiens à remercier les Éditions Kero pour ce nouveau partenariat et pour leur patience.

Dès l’annonce de sa publication, ce livre m’a intrigué ! Non seulement pour l’histoire mais j’étais également curieuse de découvrir la manière dont ce malheur nous serait raconté. Et quel malheur ….

Le temps nous était compté. Nous devions faire vite. J’en étais certaine. Mais j’ignorais ce à quoi je tentais d’échapper.

La vie peut parfois être cruelle, et elle l’a été avec Sonali Deraniyagala ! Alors qu’elle passait les vacances de Noël dans son pays natal, elle a tout perdu. Parents, mari, enfants, amis … La vague a tout emporté sur son passage sans qu’elle ne comprenne réellement ce qui se passait.

Le début de ce témoignage nous prend directement à la gorge. On se rend compte à quelle vitesse cette vague est arrivée, arrachant tout sur son passage et laissant des familles dévastées. Pas le temps de se mettre à l’abri, de prévenir qui que ce soit … Elle embarque ces enfants et essaye de s’échapper comme elle peu mais trop tard, la vague est là, juste derrière eux …

Je ne me suis pas arrêtée pour mes parents. Je ne me suis pas arrêtée pour frapper à la porte de mes parents qui occupaient la chambre juste à côté de la nôtre, sur la droite, alors que nous nous élancions. Je n’ai pas crié pour les prévenir. Je n’ai pas frappé à leur porte ni appelée leurs noms. Alors que je passais devant leur porte, une fraction de seconde, je me suis demandé si je devais le faire. Mais je ne pouvais pas m’arrêter. Cela nous ferait ralentir. Nous devions continuer à courir. Je tenais fermement les mains de mes petits garçons. Nous devions sortir de là.

Sonali Deraniyagala nous offre un récit assez décousu mais criant de vérité. Sous une plume à la fois poétique et sincère, elle nous raconte comment elle a survécu à cette tragédie, comment elle a réussi, petit à petit, à relever la tête, à se souvenir sans être submergée par sa triste réalité. Non sans difficultés …

De Yala à Londres, en passant par Colombo et New York, elle nous explique comment, au fur et à mesure du temps, elle s’est rouverte aux autres. Le texte est parfois répétitif, parfois « brouillon » même lorsque l’on passe d’une destination à une autre, d’une année à l’autre, en un éclair. Mais c’est sa façon à elle de nous livrer son histoire, sa solitude, sa tristesse, ces rechutes, son désespoir, … Sans oublier son courage et cette volonté quasi inébranlable qui la fait avancer, coute que coute !

Certes, je m’attendais légèrement à plus d’émotions car qu’il s’agit là d’un témoignage et non d’une fiction. Mais ce livre n’a pas été publié pour nous faire pleurer ! Ce n’est pas de l’imaginaire, c’est la vie réelle, sa vie ! On ne peut tout simplement pas s’identifier à l’héroïne vu qu’elle nous raconte son propre vécu. Alors oui, on ressent tous ces évènements avec un certain recul et il est difficile d’entrée dans ce récit corps et âme. Mais je pense également que c’est le choix de l’auteur. Son choix de nous partager son histoire avec certaines barrières, ces mêmes barrières qu’elle a maintenues entre elle et ce désastre pendant des années. Son choix de nous parler de ce tsunami, de sa famille, de ses souvenirs avec un certain détachement, une certaine distance

Par moments, je me sens responsable de leur mort. Je dois payer pour avoir été une mauvaise mère, celle qui a causé leur disparition. Nous les avons emmenés au Sri Lanka cette semaine-là. Steve et moi. Même si ce n’est pas la première fois, même si c’était une histoire de tectonique des plaques, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’ils ont été tués et qu’ils comptaient sur moi pour les protéger. J’hésite à parler de l’intensité avec laquelle je les couvais, la confiance aveugle qu’ils avaient en moi.

L’intérêt de cette lecture n’est pas l’action ou encore le suspense. Tout est dans l’émotion, le ressenti ! Bien que dévoilé avec retenue, tous ces sentiments sont sincères et nous arrivent d’une façon un peu déstabilisante. Certes, le moral est plombé mais on finit par se dire que finalement, on est heureux avec ce que l’on a.

« Wave » est également une belle leçon de courage ! Jamais elle n’oubliera son mari et ses enfants, Steve, Vikram et Malli ; ni ses parents, Aachchi et Seeyal. Ils seront toujours dans son cœur et dans son âme. Sonali nous fait ouvrir les yeux sur la vie, sur le fait de relativiser et de profiter de toutes ces petites choses qui nous semblent insignifiantes mais qui sont si importantes une fois disparue.

À la fermeture de ce livre, tout ce que je souhaite, c’est que Sonali puisse, un jour, à nouveau être pleinement heureuse.

Partenariat
Kero

« Désarme-moi – Tome 1 : Douce capitulation » de Caroline Tillman

Article - Présentation

– J’aime beaucoup la nouvelle, dit Jane en souriant aux autres. Une fille qui place « vibromasseur » pour son premier jour de boulot, elle est faite pour nous.

Notification 5

Article - Résumé

Fort Holabird, Maryland. Rina James, lieutenant et médecin de l’US Army, quitte son ancienne base militaire de l’Oklahoma pour tenter de repartir du bon pied. Après plusieurs années de service et d’exil dans ce monde d’hommes, elle a fait ses preuves et les mène à la baguette aussi bien l’arme au poing que dans son lit. Sous ses airs de femme sûre d’elle, elle a enfoui de profondes blessures qui l’empêchent de regarder vers l’avenir. Bien décidée à ne jamais s’engager pour la vie, elle se consacre entièrement à sa carrière et à ses amants de passage. Toutefois sa rencontre avec le beau et si agaçant Aidan pourrait sérieusement compliquer ses aspirations…

Article - Mon avis

Avant de vous donner mon avis complet sur cette lecture, je tiens à remercier Caroline Tillman pour cette proposition de partenariat. Mais je tiens également à lui présenter mes excuses pour ce monstrueux retard …

Je dois bien avouer que, sur le coup, lorsque j’ai reçu cette proposition, j’ai hésité. Pourquoi ? Simplement parce que je ne suis pas très portée sur les romances érotiques que je trouve bien souvent trop fade … J’ai finalement accepté, espérant une jolie surprise et … Ce fut le cas !

Contrairement à ce que je pensais, l’érotisme n’est pas omniprésent. L’auteur nous offre également une véritable histoire de fond avec un personnage principal qui porte le fardeau d’un lourd passé familial, incluant l’érotisme comme une échappatoire, une manière pour elle de ne pas s’attacher à ses différents amants.

J’ai donc eu le plaisir de découvrir une très jolie romance où tout n’est pas joué d’avance. Avoir une héroïne médecin dans un milieu militaire est déjà intéressant. Mais ajouté à cela le fait qu’elle porte avec elle un passé très intriguant, le tout raconté d’une plume soignée et maîtrisée, je ne pouvais qu’aimer !

Dès les premières pages, nous comprenons que Rina n’est pas une femme totalement sûre d’elle ! Victime d’une agression étant plus jeune et rejetée par sa famille, elle est seule ! Elle tente tant bien que mal de se reconstruire mais ne croit plus du tout en l’amour. Elle mène sa vie comme elle l’entend et fuit dès qu’une relation devient trop sérieuse.

Concernant ce passé tumultueux, j’ai beaucoup aimé le fait que l’auteur nous en dévoile quelques bribes par-ci par-là, ni trop, ni trop peu à la fois. Un peu à la manière du flashback en début de certains chapitre mais parfaitement inséré dans le récit présent. C’est ce qui m’a réellement donné envie d’en savoir plus et c’est aussi grâce à ça qu’on s’attache à Rina, qu’on la comprend !

Mais l’auteur est un peu machiavélique ! Car le passé de Rina va la rattraper. Et non seulement elle va l’affronter mais parfois même, le provoquer. Et là, j’ai été totalement embarquée ! Non seulement par curiosité mais aussi par envie de voir Rina plus confiante, plus sereine, plus apaisée. Derrière ma liseuse, je n’avais qu’une envie, la soutenir dans cette épreuve. Sa famille lui manque, l’éloignement lui pèse et ça se ressent.

Tout le monde avait une famille. D’une façon ou d’une autre. Même les orphelins pouvaient recommencer, fonder leur famille pour ne plus être seuls. Elle, avait été priée de sortir de la vie des membres qui composaient la sienne. Sa sœur l’avait trainé dans la boue, puis devant les tribunaux. Personne n’avait voulu lui donner de seconde chance.

Ensuite, il y a bien évidemment la romance ! Une romance parfaitement bien menée qui va réunir Rina et Aidan. Une relation qui, au départ, devait être sans lendemain mais dont les sentiments vont prendre le dessus. De plus, l’auteur nous offre l’homme presque parfait : doux, attentionné, patient, prévenant, gentil, drôle, … Que demander de plus ?

Niveau érotisme, je suis plutôt contente car, comme je le disais au début, ce n’est pas ce qui ressort le plus de cette lecture. Et même si, vous le savez, je préfère quand tout est suggéré, je n’ai pas été dérangée par ces quelques scènes. On ne tombe pas dans le trash ou dans les clichés, ce qui est fort appréciable !

Soit, vous l’aurez compris, j’ai véritablement passé un très bon moment avec cette lecture ! L’auteur a su faire passer différentes émotions à travers des personnages très intéressants. Le tout dans un décor intrigant ! Les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte tellement le récit est passionnant et parfaitement bien écrit.

Ce premier tome se termine sur une révélation on ne peut plus troublante, j’ai donc hâte de pouvoir lire la suite !

Partenariat
Caroline Tillman

« Seconde chance » d’Alexandre Jaqua

Article - Présentation

Oui ? Non. Si, c’est moi ! Non, voyons, ce n’est pas moi. Si ce n’est pas moi, alors qui suis-je ? Je ne sais pas. Je dois être Grégory.

Notification 5

Article - Résumé

« Vous n’existez pas. »

Cette simple phrase suffit à faire basculer la vie douillette et sans histoire de Grégory Hectolitre. Lorsqu’il vient chercher son diplôme au lycée, ceux qu’il côtoie depuis des années ne le reconnaissent pas : aux yeux du monde, sa vie n’est qu’un leurre, une histoire inventée de toutes pièces.

Perdu dans cette réalité qui le dépasse, Grégory doit survivre comme il peut et tenter de dénouer les fils de ce mystère. Chaque détail revêt soudain une importance insoupçonnée, à commencer par sa rencontre inattendue avec Elena. Qui est cette jeune fille plutôt secrète qui lui offre spontanément son aide ? Pourquoi s’intéresse-t-elle tant à lui ?

Déterminé à obtenir des réponses, Grégory est prêt à tout, même à affronter son passé. Mais il est loin de se douter de ce qu’il va découvrir…

Article - Mon avis

Puisque nous sommes le 27 novembre, jour de parution officielle de cette nouvelle publication des Éditions Calepin, autant en profiter pour partager mon avis avec vous !

Gregory Hectolitre est un jeune étudiant en terminale scientifique. Enfin, c’est ce qu’il croit … Car une fois au lycée pour récupérer les résultats de son baccalauréat, son nom ne se trouve pas sur la liste. Pire, la directrice de l’école lui affirme qu’il ne l’a jamais passé et que son nom ne figure même pas dans les registres. C’est à ni rien comprendre …. Pour couronner le tout, alors qu’il se fait contrôler par un gendarme sur la route pour rentrer chez lui, celui-ci lui apprend qu’il n’y a aucune trace de son existence nulle-part et que la voiture qu’il conduit n’a même jamais été fabriquée  …
Tout son petit monde s’écroule, il n’existe pas. Mais Grégory est bien décidé à obtenir des réponses, à comprendre !

Je n’étais pas fou, c’était le monde qui l’était devenu …

Dès le début, l’intrigue est présente ! L’existence de Gregory est mise en doute et attise notre curiosité quant au fait d’une telle possibilité. Des souvenirs inexistants, une vie entière transformée en un énorme point d’interrogation et un personnage totalement dans le brouillard. Tous ces éléments nous amènent à réfléchir et font que nous sommes transportés assez rapidement !

Cette intrigue va vraiment être le fil conducteur de ce livre ! Non seulement parce que les révélations arrivent au compte-gouttes mais surtout parce que aucun indice ne nous est donné concernant le dénouement. Nous avançons petit à petit, à la même vitesse que Gregory, et c’est ce que j’ai vraiment apprécié. C’est ce qui nous permet de ne pas lâcher notre livre du début à la fin.

L’auteur manie le suspense aussi bien que la plume ! Alors que nous pensons avoir compris, on se rend compte que non, nous avons simplement été bernées par les mots de l’auteur, par sa manière d’amener les choses. Il arrive à faire en sorte que l’on fasse confiance aux différents personnages alors que certains mériteraient certainement plus de méfiance ! Tout ça grâce à une plume réfléchie, attractive et fluide. Les chapitres sont plutôt courts et les pages se tournent à vitesse grand V, du coup, il est difficile de poser notre lecture !

Une semaine plus tôt, je n’étais plus personne. Aujourd’hui, je n’étais plus sûr de pouvoir déterminer qui j’étais.

Les personnages sont, tout comme l’intrigue, très bien aboutis !

Gregory est rapidement attachant de par sa situation. On a de la peine pour lui, qui se retrouve seul alors qu’il ne sait même pas qui il est vraiment. Il est perdu, et nous aussi ! Cependant, il ne perd pas son humour tout du long et c’est très agréable. Il est également motivé à retrouver sa vie, son identité, mais également prêt à explorer d’autres horizons ! C’est un personnage qui a du caractère, qui est courageux, et qui n’a pas peur d’affronter l’inconnu.

Il y a aussi Elena, cette jolie blonde très énigmatique que Gregory rencontre à la gare. Elle est drôle, sympathique, et lui propose même de l’héberger quelques jours. Journaliste, elle voit en lui et son histoire un futur article sensationnel. Mais, au bout de quelques jours, alors qu’il découvre des micros et des caméras miniatures planqués dans tout l’appartement, ces explications ne sont pas claires, elle lui cache quelque chose … Tout du long, je n’ai pas su sur quel pied danser avec elle, elle me paraissait suspecte alors que bizarrement, j’avais malgré tout cette envie de lui faire confiance.

Elle avait plutôt l’air de la bonne amie avec qui l’on boit un verre au bar. Et cela tombait bien car c’était exactement ce dont j’avais besoin. L’amie, pas le bar.

Le fait que tout nous soit raconté à la première personne du singulier nous permet plus facilement de prendre la place de notre protagoniste principale, Gregory ! Nous sommes donc transportés dans un monde parallèle, dans une vie qui n’est pas la nôtre mais dont nous ressentons quand même ce besoin de découvrir la vérité !

L’auteur nous offre un parfait suspense avec tout ce qu’il faut : de l’action, une bonne intrigue et des révélations dosées comme il faut ! La fin se découvre mais ne se devine pas, ce qui permet de l’apprécier à sa juste valeur.

Je n’ai pas envie de vous en dire plus sur l’histoire sous peine de spoiler, comme toujours … Mais sachez que, si vous êtes adeptes des suspenses, vous ne serez pas déçu !

Il ne vous reste plus qu’à vous diriger vers la boutique des Éditions Calepin pour vous le procurer 🙂

Partenariat
logo-calepin

Et n’oubliez pas le concours, il vous reste une semaine pour tenter votre chance !

Concours Seconde Chance

« Les chroniques de Gyeon – Tome 1 : Tempête de feu » de Céline Mancellon

Article - Présentation

– Votre problème … votre problème est que vous n’avez pas l’esprit ouvert !
– Parce que je déteste les courants d’air ! répliqua-t-elle sèchement.

Notification 5

Article - Résumé

Ère de Gyeon – Année du dragon rouge – Pays de Koro

Choisir le futur roi, voilà la responsabilité de la princesse Aijee. La jeune femme doit échanger sa liberté contre un époux afin d’assurer la pérennité du trône. Quatre candidats sélectionnés parmi les notables devront la conquérir même si un seul fait battre son cœur : cet homme ténébreux qui l’attire à en oublier la raison.

Clans, combats, complots, guerres et amour. Ouvrez la porte du pays des pluies et vivez son histoire.

Article - Mon avis

Comme toujours, je voudrais remercier les Éditons Sharon Kena pour cette masse chronique. Autant j’avais été déçue du livre proposé pour la première, autant cette fois, je suis aux anges !

Pourtant, je dois bien avouer que c’était plutôt mal parti niveau « motivation ». Lors du sondage pour le choix de lecture de cette masse chronique, ce livre était celui qui m’intéressait le moins. Le résumé est plutôt pas mal mais la couverture ne m’attirait pas, mais alors pas du tout. Elle est très jolie, je ne dis pas contraire, Vay à fait un super travaille. Mais tout ce qui est Japon médiéval, samouraï, épée et le reste ne m’intéresse pas vraiment …
Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier à sa première impression !

Pour résumer rapidement ; Aijee, Princesse du pays des pluies de Koro, va devoir choisir un époux parmi 4 prétendants afin qu’il accède au trône. Les rendez-vous s’enchainent, Aijee a fait son choix. Mais, le roi va venir lui faire une révélation bouleversante qui va tout changer …

Dès le début, je m’attendais à une romance sans grand suspense. J’étais persuadée du choix d’Aijee et donc, de la suite de l’histoire. Et là, surprise ! Vers la fin de la première partie, tout change ! Nous ne sommes pratiquement plus dans une romance mais dans une intrigue mêlant complots, alliances, trahisons et politiques. Le récit est relancé et mon attention est à son comble.

Avant de vous faire l’éloge de ce livre, je voudrais juste souligner quelques points négatifs. Point qui n’ont certainement pas gêné tout le monde mais pour ma part, le début de ce récit à été assez laborieux. Pourquoi ? Premièrement, tout simplement parce que je n’ai aucune connaissance des thermes japonais et que l’auteure en utilise quand même pas mal. Et deuxièmement, parce qu’un même personnage peut être nommé de deux ou trois façons différentes dans le même paragraphe. Moi qui ai un gros problème pour ce qui est de retenir les prénoms une fois que les personnages sont trop nombreux, je me suis très souvent retrouvée perdue. Heureusement, j’ai sorti ma solution-miracle : faire des fiches personnages ^^

Le devoir et l’amour. Deux faux amis qui peuvent faire souffrir ou rendre heureux.

À part ça, je dois dire que je n’ai rien de négatif à relever ! L’intrigue est très prenante, les personnages sont complexes et la plume de l’auteur nous emmène avec elle dans un sujet qu’elle maîtrise à la perfection ! Les descriptions sont nombreuses mais sans longueur. J’ai parfois dû relire certains passages pour être sur d’avoir bien compris, particulièrement lors des combats qui sont très détaillés, mais rien qui ne viennent entacher ma lecture.

Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est le fait que la fin ne peut pas du tout se deviner ! On est surpris tout le temps. Céline Mancellon nous donne des brides d’informations tout en nous laissant dans un suspense très prenant.

Celui qui se perd dans la haine et ma vengeance souffre. Celui qui continue d’avancer trouve la paix de l’âme.

Au fur et à mesure que les personnages évoluent, ils changent ! Mais ils restent malgré tout fidèles à eux-mêmes et c’est ce qui les rend très réalistes.
J’ai beaucoup aimé Aijee ! Même si au début, son comportement d’enfant gâtée m’a un peu exaspéré, je l’ai trouvé par la suite pleine de maturité et de courage ! J’ai également apprécié la relation qu’elle entretient avec sa suivante, Toenie. Elles sont très touchantes toute les deux.
Quant à Chunzy, dès le départ, il me semblait suspect de par son métier d’assassins et je le trouvais trop à la botte de son père. Et finalement, on le découvre plutôt romantique et attentionné tout en gardant ce petit côté ténébreux qui fait craquer Aijee.
Un autre personnage qui m’a intrigué est celui de Myun. Je n’ai pas réussi à le cerner, à savoir si ses intentions étaient bonnes ou pas … Il est bien sympathique mais son comportement m’a interpelé.
Et j’ai un petit « faible » pour Kyaan, je ne sais pas trop vous expliquer pourquoi … Certainement parce qu’il essaye en vain de garder ces sentiments pour lui et que je trouve ça plutôt chou ^-^

En conclusion, ce premier tome est une réussite ! Malgré un début laborieux, je suis rentrée dans l’histoire pour ne plus la lâcher. Les rebondissements sont nombreux, le suspense est présent du début à la fin. Et quelle fin ! Jamais je n’aurais pu l’imaginer ! Elle est belle, mais tristounette quand même … Et ne nous donne qu’une envie, celle de lire la suite ! Même si, d’après ce que j’ai pu comprendre, les personnages ne seront pas forcément les mêmes … J’ai, malgré tout, très hâte de la découvrir mais également de découvrir l’auteure, Céline Mancellon, à travers ses autres récits.

Vous l’aurez compris, c’est un presque coup de cœur que je ne peux que vous recommander encore et encore, je suis sûr que vous ne le regretterez pas.

Partenariat
215026_143892205695287_140672_n

« Saulnier et la petite morte » de Caterine Coss

Article - Présentation

À première vue on dirait un vieux râleur, un blasé mais je pense qu’en fait c’est un homme sensible que la misère du monde emmerde profondément.

Notification 4

Article - Résumé

Pierre Saulnier, lieutenant de police à l’ancienne ne supporte rien ni personne, encore moins ses collègues qui le lui rendent bien. Usé et désabusé, il traîne sa vie comme on traîne un vieux boulet et noie parfois sa triste existence dans l’alcool.

Pourtant, en ce matin frileux de décembre, Saulnier est loin d’imaginer qu’il est sur le point de se lancer dans une enquête bien particulière, une enquête qui va bouleverser sa vie…

Qui aurait cru qu’une Petite Morte….

Article - Mon avis

Avec (encore) un train de retard, voici enfin mon avis sur la 4ème publication des Éditions Calepin dont j’ai fait la couverture : Saulnier et la petite morte ! À première vue, l’histoire me semblait intéressante, sans plus. Mais c’était sans compter la plume additive de Caterine Coss et sa très belle leçon de vie.

Pierre Saulnier, lieutenant de police depuis déjà quelques années, est un homme brisé par la vie. Bourru et blasé, il traine des pieds et ne vois que le mauvais de ce que la vie peut lui offrir. Mais, alors qu’il enquête sur le meurtre de Marion, une jeune fille dans la fleur de l’âge assassinée de plusieurs coups de couteau, Saulnier va devoir faire face à un événement des plus inattendus : le fantôme de la petite morte va entrer en contact avec lui afin de l’aider dans son enquête. Mais pas que …

Nous allons donc suivre l’enquête de Saulnier concernant l’assassinat de Marion. Une enquête en apparence plutôt banale mais qui va se révéler être beaucoup plus que ça ! En effet, alors que le lieutenant piétine magistralement dans son enquête, Marion va se manifester à lui par le biais de son ordinateur. Même si elle est bel et bien morte, son esprit est décidé à retrouver son assassin !

Dès les premières lignes, le ton est donné concernant l’état d’esprit de Saulnier ! Il râle, ne s’intéresse à rien, il est du genre pessimiste et cette enquête l’ennuie plus qu’autre chose …
Mais, suite à sa « rencontre » avec Marion, ce personnage va évoluer. Il va devenir plus « vivant », plus ouvert et épanouit. Et même si nous sommes toujours dans l’enquête, j’avoue l’avoir relégué au second plan et m’être plus intéressée aux états d’âme de ce personnage car son évolution est vraiment belle à voir et très bien amenée !

J’ai également bien apprécié le personnage de Marion, la jeune fille assassinée. Lorsqu’elle évoque son passé, nous comprenons qu’elle n’a pas eu une vie facile. Marion a quitté Paris pour Grenoble mais, une fois sur place, elle s’est retrouvée seule … Les Leroy l’ont soutenue et aider en lui donnant un logement ainsi qu’un travaille. Elle était appréciée de tous au restaurant, que ce soit les clients ou des Leroy, ces employeurs. Les chapitres la concernant nous permettent de mieux la connaitre étant donné que, dès le début, elle meurt alors qu’elle n’avait que 23 ans et toute la vie devant elle.

Le lien qui va unir nos deux protagonistes est vraiment beau ! On sent parfaitement le côté bénéfique qu’apporte Marion à Saulnier ! Depuis la mort de sa femme et de son fils de 7 ans dans un grave accident de voiture, il s’est refermé sur lui-même. Marion va le faire revivre, lui redonner du courage ! Il va être plus joyeux, plus enjoué, et va reprendre soins de lui.

Marion va également nous permettre d’avoir un point de vue différent sur le lieutenant. Elle parle de lui avec beaucoup d’affection, ce qui lui donne un petit côté très attachant qu’on ne lui attribuerait pas au début.

En conclusion, Caterine Coss nous offre un récit policier qui, tout en faisant évoluer son enquête, fait également évoluer la psychologie des personnages. Si vous cherchez un roman avec une enquête détaillée, là, par contre, je vous dirais que ce n’est pas le livre qu’il vous faut ! Mais pour ma part, le côté fantastique et relationnel mi en avant est largement suffisant pour me faire apprécier ma lecture. De plus, l’auteur à une plume entrainante et maitrisée ! Elle réussit à nous faire passer par différentes émotions grâce à des personnages très attachants et à une histoire maitrisée du début à la fin !

Bref, si vous êtes à la recherche d’un roman à mi-chemin entre le policier et le fantastique, n’hésitez pas !

Partenariat
logo-calepin

« Bora Bora’s Bitches – Spine off : Gode Save The Pine » de Jacinthe Nitouche

Article - Présentation

– Tu fais chier, Phillis.
– Oui, je sais, c’est un don.

Notification 5

 Article - Résumé

Âmes sensibles et personnes à la santé fragile s’abstenir... si tu ne supportes pas la vulgarité et que le langage cru te donne de l’urticaire ceci n’est pas pour toi…

Je me regarde dans le miroir et remercie dame Nature de m’avoir autant gâtée. J’ai de grands yeux gris et des cheveux noirs coupés très courts pour faire ressortir mes traits fins. Je mesure 1,67m et je suis parfaitement équilibrée. J’aime mettre en valeur ce que je vois. Pourquoi cacher ce don qu’on m’a offert ? Ce serait un sacrilège. Je ne vous l’ai peut-être pas dit, mais j’ai une très grande confiance en moi qui me permet de me sortir de toutes les situations sans en pâtir. C’est grâce à elle que je survis dans cette jungle. Je n’ai pas peur de rencontrer des problèmes dans ce monde parce que je suis les problèmes. Je peux vite devenir ton pire cauchemar. Je suis ce qu’on appelle une garce ! Et je l’assume totalement. Pour le moment, c’est même ma seule raison de vivre.

Article - Mon avis

Comme toujours, je voudrais dire un grand merci à EdiBitch pour cette lecture en avant-première ! Bon, ok, mon avis a mis du temps à arriver et je suis sûr que beaucoup d’entre vous l’ont déjà lu du coup mais que voulez-vous, il y a des périodes comme ça ou rien ne va et le retard s’accumule …

Soit, revenons à nos moutons … Ou plutôt, à notre bitch ! Parce que Jacinthe Nitouche nous offre encore une fois, grâce à ce « spine-off » de la grande BA (et ne pensez pas à « bonne action » quoique, ça fonctionne aussi ^^ Comprenez plutôt « Bitch Attitude« ) !

J’imagine que vous avez déjà tous lu « Bora bora’s Bitches » (Quoi ?? Pas encore ?? Mais t’attends quoi ??) et que, de ce fait, vous connaissez déjà notre héroïne du jour, j’ai nommé : Phillis, une de nos quatre morues préférées (avec Jaja, Jane et Petra) ! Nous la retrouvons dans toute sa splendeur et ce, pour notre plus grand plaisir, avouons-le ^^

La vie est une pute, mais je suis pire qu’elle.

Phillis est du genre … Garce ! Mais pas la garce de base, non de non ! C’est un phénomène à elle toute seule. Elle ne perd pas son temps en banalité, elle est plutôt du style « droit au but ». Elle ose tout, sans aucune gêne, que ce soit avec une femme ou un homme; tant qu’elle prend son pied, c’est du pareil au même après tout. Et quand elle n’a personne, Roberto prend le relai, toujours prêt ! Les nouvelles sensations, c’est ce qu’elle aime. Elle vous énervera peut-être mais vous l’envierez malgré tout juste pour son côté « libérée ». Phillis n’a pas sa langue dans sa poche non plus ! Que ce soi avec ses amis ou sa famille, elle n’hésite pas à remettre tout le monde à sa place. Elle a un caractère bien trempé et des paroles plutôt acerbes.

Je ne suis pas de ces filles que l’on brise avec un coup de reins un peu trop agressif. Moi, au contraire, j’aime qu’on me baise fort et bien.

Ce spin-off, totalement dans la même lignée que « Bora Bora’s Bitches », est placé sous le signe de la détente, de l’humour et de la joie ! C’est un véritable plaisir de retrouver la plume vulgaire et sans détour de Jacinthe Nitouche et de découvrir la fameuse rencontre entre Phillis et nos trois morues. Je me suis éclatée et cette lecture de 40 pages s’est faite avec le sourire aux lèvres du début à la fin !

Si vous n’avez pas encore succombé, n’hésitez pas à vous rentre sur la boutique en ligne d’Edibitch !

Partenariat
Logo

« Bora Bora’s Bitches – Bonus : 4B » de Jacinthe Nitouche

Article - Présentation

Je ne lui laisse plus que cinq secondes avant de la plaquer face à cette paroi, soulever sa robe … plus que quatre … elle est contre moi … plus que deux …

Notification 5

Article - Résumé

4B, c’est le voisin dit « le connard sexy » de Jaja.
Cette scène bonus est relatée de son point de vue.

Attention ! À ne pas lire au risque de vous spoiler Bora-Bora’s Bitches !

Article - Mon avis

Je ne sais pas vraiment si cet avis sert à grand-chose mais ce n’est pas grave, j’avais quand même envie de partager ces quelques minutes de lectures avec vous.

Quelques minutes parce que oui, ce bonus de « Bora Bora’s Bitches » est assez court … Snif … Je serais bien restée un peu plus longtemps en compagnie de 4B ! Même en 6 pages, il est craquant ce « connard Sexy », faut bien se l’avouer ^^

Ce bonus nous permet d’en savoir un peu plus sur le personnage de 4B, son enfance qui n’a pas été des plus stables, sa famille mais aussi sur son choix de se diriger vers la boxe comme défouloir.
Et, pour mon plus grand plaisir, un des passages de « Bora Bora’s Bitches » avec notre phénoménale Jaja. Et même si ce n’est que quelque ligne, j’ai bien apprécié cette scène du point de vue de 4B.

Et puis, ce fût un plaisir de retrouver la plume si franche et déjanter de Jacinthe Nitouche. Qui est, qu’on se le dise, toujours aussi subtile 😛

Soit, vous l’aurez compris, si vous avez lu « Bora bora’s Bitches » vous ne pouvez qu’aimer ce petit bonus !
Quoi ? Vous ne l’avez pas encore lu ? Mais qu’attendez-vous ?? Il est disponible gratuitement sur la boutique en plus, vous n’avez donc aucune excuse 😛

Partenariat
Logo