« L’ours » de Claire Cameron

Article - Présentation

J’entends maman crier mais je garde les yeux fermés. Les rêves, c’est pas pour du vrai et je le sais puisque ma maman elle crie jamais. Elle a une voix douce qui ressemble à une fleur blanche et qui a le goût des cookies de Noël avant qu’on mette les paillettes sucrées dessus.

Notification 2

Article - Résumé

Anna, 5 ans, et son petit frère Stick campent avec leurs parents dans un parc naturel sauvage lorsqu’ils sont surpris en pleine nuit par ce que la petite fille confond avec un gros chien. Le lendemain, Anna découvre qu’elle et Stick sont désormais seuls, et que c’est à elle, la « grande », qu’il incombe de protéger son frère. Débute alors pour les deux enfants isolés une dangereuse errance…

Les mots d’une petite fille essayant de donner un sens à un monde soudainement devenu hostile confèrent à ce roman une puissance toute particulière. Entre Into the Wild et Room, un vrai tour de force.

Article - Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Kero pour ce partenariat.

Comme nous l’indique parfaitement le résumé, nous découvrons Anna et sa famille alors qu’ils campent dans un parc naturel sauvage. En pleine nuit, alors qu’elle dort avec son petit frère de 2 ans, Stick, dans la tente, elle est réveillée par des cris affolés. Ne pouvant pas croire que ses parents, si calme et doux, puissent hurler de la sorte, elle se persuade qu’il s’agit là d’un cauchemar. Le lendemain, c’est l’incompréhension ! Elle se retrouve seule avec son petit frère, dans cette nature hostile, à tenter d’échapper à ce grand chien noir qui s’approche dangereusement …

Je ne sais clairement pas à quoi je m’attendais car, en y réfléchissant c’est logique, mais je ne m’imaginais pas que la narratrice de ce récit serait justement Anna, cette grande sœur de 5 ans qui va devoir protéger son frère. Et si, sur le début, ce décalage entre le lecteur et les pensées futiles de cette petite fille dans une telle situation est intéressant, il a malheureusement finit par m’agacer …

Comme je le disais, j’ai beaucoup aimé toute la première partie qui nous explique l’attaque de l’ours et nous décrit comment les enfants ont réussi à s’en sortir. C’est à la fois prenant et poignant. Et cette narration enfantine permet tout d’abord de ne pas tomber dans l’horreur ; mais également d’avoir un point de vue différent de par l’innocence due à leur âge. Anna ne se rendant pas compte de la gravité de la situation, ces questionnements ne sont que matérialistes et surtout, purement égoïstes.

Et c’est là que le bât blesse ! À partir du moment où Anna et Stick se retrouvent livrés à eux-mêmes au beau milieu de ce parc naturel, cette narration m’a agacé et irrité au plus haut point. Ces mots d’enfants qui étaient au départ touchant, deviennent interminables et extrêmement lassants ! D’autant plus que l’avalanche de pensées qu’un enfant peut engendrer en un laps de temps limité donne lieu à de looongues phrases donc le sens premier se perd au fil des mots …

Maintenant que j’ai plus d’habits mouillés sur moi, ma peau est bien chaude et je lève les bras au ciel. On doit attendre nos parents ici, c’est pas un problème puisque le soleil me sourit et me chauffe. Je laisse mes doigts de pied gigoter parce que les cookies ont versé du sucre en poudre dessus, et puis je sautille sur un pied et je sens de la terre craquante dessous mais je vois un peu de sable plus près de l’eau et j’y vais, c’est beaucoup plus agréable et doux de marcher là, mes pieds bougent tous seuls et mes mains font bonjour et je ris parce que c’est amusant, et alors Stick vient me rejoindre. Il saute sur place et il secoue les mains comme moi, c’est la seule façon de danser qu’il connaisse.

Cette phrase est un très bon exemple du décalage imposé entre la narratrice et nous, lecteur ! Il est évident qu’à son âge, elle ne conçoit pas la situation comme une adulte le ferait et c’est ce qui rend l’intrigue très réaliste. L’auteur a parfaitement réussi à nous retranscrire les futilités enfantines, de ce côté-là, je lui tire mon chapeau. L’exercice ne devait pas être simple mais il est réussi. Cependant, ça n’a fait que me fatiguer, et j’ai rapidement décroché …

C’est dommage car, pour ma part, cette narration est le gros point négatif de ce récit. Et pourtant, je suis sur qu’il peut être un magnifique coup de cœur pour d’autres, qui apprécieront ces phrases d’enfant à leur juste valeur.

[…] et ses yeux pleurent mais pas parce qu’il est triste, comme des larmes qui en sont pas et qui viennent d’un autre endroit que quand on est triste, on dirait qu’elles montent de la gorge et coulent par les yeux alors que les larmes tristes viennent du cœur. C’est des larmes de rire qui roulent sur ses jours […]

En bref : un récit qui, tiré d’une histoire vraie, nous donne froid dans le dos ! L’auteur a réussi à nous plonger aux côtés d’Anna très rapidement grâce à une intrigue qui démarrait très bien. Malheureusement, je n’aurais pas du tout accroché au choix de narration qui a rendu ma lecture assez laborieuse. Malgré ça, l’épilogue aura réussi à m’émouvoir et même à m’arracher une petite larmichette.

Partenariat
Kero

Publicités

« Les rescapés » d’Emmanuelle Amadis

Article - Présentation

Quoi qu’elle fasse, le monde ne cesserait pas de tourner, elle n’était qu’un grain de poussière dans un univers qui se fichait totalement de sa destinée.

Notification 2

Article - Résumé

La trahison d’un père et le harcèlement d’un ex-mari poussent Clara à fuir. Mais après une interminable année à tenter de résister, il ne lui reste qu’un seul refuge : la maison hantée de sa tante décédée.

C’est poussée par la nécessité qu’elle s’y rend, sans savoir si les entités qui y vivent la laisseront s’y ressourcer quelque temps ou si, au contraire, ils useront de leurs capacités pour la repousser. Elle n’attend rien de ces « fantômes », hormis un peu de compassion. Pourtant qui sait, ils pourraient aussi se montrer utiles, voire représenter plus pour Clara qu’elle ne l’imagine.

Et, pourquoi pas, parvenir à lui redonner espoir en l’avenir.

Article - Mon avis

Comme toujours, je remercie les Éditions Sharon Kena pour ce SP. Malheureusement, pour cette fois, je ne suis pas totalement conquise par le récit que nous propose Emmanuelle Amadis

Clara Milfort est une femme fragilisée par la trahison de son père et terrorisée à la simple idée de se retrouver face à son ex-mari, David, un homme violent et manipulateur qui n’hésite pas à la harceler chaque nuit, inlassablement … Au bord du gouffre mentalement et financièrement, elle décide de fuir, encore une fois, et de se rendre dans la maison qui la vue grandir, celle de sa tante malheureusement décédée depuis plus d’un an … Pas étonnée d’y ressentir une présence à son arrivée, elle espère simplement que les entités qui habitent la maison lui laisseront un moment de répit ! Ce qu’elle n’avait pas du tout imaginé était le fait que ces « fantômes » pourraient peut-être lui redonner confiance.

Durant toute la première partie où nous découvrons Clara ainsi que sa situation, j’ai été complètement transportée ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas eu une vie des plus faciles : une mère décédée, un père qui ne pense qu’à ce que sa fille pourrait lui rapporter, une tante absente, un ex-mari violent et odieux qui n’hésite pas à lui pourrir la vie dans les moindres détails, la transformant en cauchemar perpétuel … Il est donc facile de ressentir de l’empathie pour ce personnage qui n’a plus aucun espoir pour l’avenir, et de s’y attacher !

Jusqu’alors, elle avait toujours cru qu’elle n’y retournerait jamais, craignant la solitude et l’émergence de souvenirs perturbants. Elle savait au moins pouvoir y trouver un peu de calme, assez en tout cas pour se ressaisir avant de repartir du bon pied.

Elle nous donne également quelques indications sur la vie qu’elle a menée durant les huit premières années de sa vie, au côté de sa tante ! Une tante que nous découvrons attentionnée et inquiète quant à l’avenir de Clara, contrairement à ce qu’a pu lui laisser penser son père … C’était également une femme qui ne faisait guère attention aux ragots portés à son égard et qui, au contraire, entretenait ces histoires de « folle aux fantômes » afin de pouvoir mener sa vie tranquillement, auprès de ces entités, sans être dérangée.

Et puis, nous faisons connaissance avec ces fameuses entités : Otac, le père, et Jaoks, le fils !
Otac ne se formalise pas vraiment de l’arrivée inopinée de Clara, il est même plutôt content de la retrouver et finira par être un réel soutien pour la jeune femme. Mais pour Jaoks, c’est une autre histoire ! Il ne voit pas cette visite d’un très bon œil et n’arrive pas à voir en Clara autre chose que la femme qui a rendu triste tante Lise … Il ne veut pas s’y attacher par peur qu’elle ne soit un danger pour eux ou qu’elle aussi, soit susceptible de le quitter prématurément. Mais, petit à petit, il ne peut faire autrement, il se surprend à vouloir veiller sur elle.

Toute cette découverte est vraiment agréable à suivre ! Il faut dire que la plume d’Emmanuelle Amadis nous y aide beaucoup, elle est toujours aussi facile et fluide. De plus, le récit est agrémenté de quelques « flash-back » nous permettant de découvrir le passé de Jaoks et Otac et, de cette manière, comprendre certaines de leur réaction et comment ils sont arrivés jusque chez tante Lise. L’ensemble est donc assez original et intéressant !

Jusque-là, j’ai trouvé le récit particulièrement touchant ! Il ne s’y passe pas grand-chose si ce n’est leur rencontre et la découverte des personnages, mais bon, on ne s’y formalise pas trop et on passe au-dessus.

Chaque amour est unique, mais cela ne veut pas dire qu’il n’en existe qu’un.

Je ne vais pas vous spoilez en vous annonçant l’arrivée d’une romance entre deux de nos personnages étant donné que ce livre est classé dans la collection « Romance paranormale ». Et là, c’est le drame ! ^^ Nos personnages deviennent un peu trop niais à mon gout et le côté érotique de ce récit (qui n’est d’ailleurs mentionné nulle-part) prend le dessus ! De plus, j’ai également trouvé que le conflit entre Clara et David s’était réglé beaucoup trop facilement …

Encore une fois, j’y fais abstraction ou du moins, j’essaye, car j’ai cette envie de découvrir la suite qui me titille ! Mais, sans en dire trop car je ne voudrais rien vous dévoiler, l’histoire reste assez plate et certains passages sont tirés en longueur … Ce qui fait qu’au bout d’un moment, mon enthousiasme pour cette lecture est retombé en flèche !

En bref : un récit qui commençait bien (malgré sa couverture peu attractive, il faut le dire), avec des personnages touchants et attachants, mais qui finalement, se révèle être assez plat. Il y a un manque cruel d’actions et trop de scènes tirées en longueur qui n’aident pas le lecteur à rester concentré et impliqué dans sa lecture. C’est dommage …

Partenariat
Logo Sharon Kena

« 2 heures du matin à Richmond Street » de Marie-Helene Bertino

Article - Présentation

Nous portons nos ancêtres en nous dans ces prénoms qui sont les nôtres, et parfois nous les portons jusqu’au seuil des urgences ; d’une manière ou d’une autre, ils pèsent sur nous, d’une manière ou d’une autre, nous ne pouvons pas y échapper.

Notification 2

Article - Résumé

Au cours d’une soirée, des destins se croisent au cœur d’un quartier de Philadelphie.

Madeleine Altimari, 9 ans, n’a qu’une chose en tête : chanter ! Surtout depuis le décès de sa mère, elle passe son temps à faire ses gammes et à perfectionner son répertoire. Un jour elle sera sur scène… peu importe si ni son père en proie au désespoir, ni ses professeurs ne l’encouragent dans cette voie. Et quand Madeleine découvre l’existence d’un club de jazz, le Cat’s Pajamas, dans sa ville natale, elle décide que ce sera l’endroit idéal pour faire ses débuts. Elle ne sait pas encore qu’elle s’apprête à vivre la nuit la plus extraordinaire de sa vie…

Le même jour, son professeur, Sarina Greene, de retour à Philadelphie après un divorce douloureux, attend avec une certaine angoisse le dîner où elle doit retrouver celui qui aurait pu – dû ! – être l’homme de sa vie. Et s’il n’était pas trop tard pour saisir une seconde chance ?

De l’autre côté de la ville, Lorca, le propriétaire bourru et désabusé du Cat’s Pajama, se retrouve au pied du mur. A moins de trouver 30 000 $ pour rembourser sa dette, ce club légendaire fermera ses portes pour toujours.

Ces trois âmes perdues, cherchant l’amour, la musique et l’espoir dans les rues de Philadelphie, vont découvrir les possibilités infinies que peut offrir la vie au cours d’une nuit magique.

Article - Mon avis

Comme toujours, je remercie Maud des Éditions Kero pour ce service presse. Depuis le début de notre partenariat, je n’ai eu pratiquement que des coups de cœur. Malheureusement, pour cette fois, ce n’est pas du tout le cas ! Il faut un début à tout et « 2 heures du matin à Richmond Street » est une petite déception

L’histoire débute à Philadelphie, la veille du réveillon de Noël, à 7 heures du matin précisément. Nous allons découvrir trois personnes totalement différentes : Madeleine, Sarina et Lorca ; sans se douter que le destin les réunira la nuit suivante, à 2 heures, au Cat’s Pajamas dans la rue Richmond. Nous allons donc les suivre tout au long de cette journée afin de comprendre les raisons qui les ont poussé jusqu’à ce club de jazz.

Pour ma part, il y a 3 points à soulever dans ce récit : les personnages, l’histoire et le style d’écriture ! Malheureusement, aucun des trois ne m’a convaincu …

Madeleine n’a pas d’amis : ce n’est pas une grâce fragile en elle que les CM2 auraient repérée et qu’ils mépriseraient. Ni un talent inné qui la propulserait vers les étoiles, même si elle le possède bel et bien. Madeleine n’a pas d’amis parce que c’est une chieuse.

Madeleine est une petite fille de 9 ans qui n’a qu’un seul rêve : chanter ! Ayant appris le chant au côté de sa mère, décédée depuis près d’un an et demi, elle a une voix en or. Malheureusement, la vie n’a pas été tendre avec cet enfant puisque son père n’est plus que l’ombre de lui-même depuis le décès de sa femme et délaisse totalement sa fille. Il reste enfermé dans sa chambre, entouré de ces souvenirs. Même l’école ne peut être une échappatoire pour elle tellement l’ambiance y est déplaisante. Madeleine s’accroche donc à sa voix, à ces exercices de chant qu’elle continue de répéter encore et encore, afin de pouvoir réaliser son rêve.
Même si son histoire m’attriste et que j’ai de la peine pour ce que vit cette fillette, je n’ai pas réellement réussi à m’attacher à elle. Je l’ai trouvé trop … Je ne sais pas … Elle ne m’a pas plus touché que ça.

Ensuite, il y a Sarina Greene, professeur de dessin à l’école de Madeleine. Suite à son divorce, et au décès de sa mère, elle est revenue s’installer dans cette ville qui fût celle de son enfance. Se sentant un peu seule, elle accepte un dîner que lui propose une vieille amie, et où sera également présent cet homme qui lui a gâché son bal de promo mais avec qui elle se serait bien imaginé une vie heureuse.
Son histoire est assez simple mais un peu plate … De plus, j’aurais aimé avoir un personnage affranchi et sur de lui. Là, on se retrouve avec une femme qui veut quelque chose mais qui ne fait rien pour y arriver ! C’est déprimant …

Et pour finir, nous avons Lorca, 40 ans et propriétaire du Cat’s Pajamas. Fauché comme les blés, il continue à gérer son club sans se soucier des lois, ce qui va lui apporter une belle amande de 30.000$ à payer dans les 30 jours. Autant dire, impossible à rembourser.
Et encore une fois, c’est un personnage qui ne va pas faire grand-chose pour ce sortir de ce pétrin. Le seul point positif de cette histoire est qu’il réussit malgré tout à se rapprocher de son fils, au détriment de son club.

Au final, ces trois histoires ne sont pas si mal et nous avons là trois façons de vivre bien différentes. Mais j’aurais juste apprécié un peu plus de caractères et de combativités pour nos personnages. Madeleine est la seule qui sait ce qu’elle veut vraiment. Les autres se laissent simplement porter par le temps …

Ce qu’il manque, c’est de l’émotion ! Tout le récit se passe en une journée mais l’auteure arrive à rendre les événements confus … Des personnages apparaissent, pour on ne sait quelle raison, et ils ne font que rendre le tout encore plus brouillon. Mais je pense que le pire de tout, c’est la fin ! Je n’ai pas compris … Pourquoi ? J’ai l’impression qu’elle n’a pas vraiment de grand rapport avec l’histoire en général. C’était à la fois bizarre et déroutant

Mais ce qui a le plus plombé ma lecture reste sans aucun doute le style de l’auteure. Et, sincèrement, je ne pense pas que la faute repose uniquement sur la traduction.
Premièrement, j’ai trouvé l’écriture très décousue. On s’y perd entre dialogues et pensées personnelles ; dans les descriptions ; et même dans les personnages ! À passer trop souvent de l’un à l’autre, on ne sait plus qui fait quoi …
Ensuite, les métaphores ! Clairement, j’ai levé les yeux au ciel plusieurs fois tellement elles sont tirées par les cheveux … Ça peut nous faire sourire la première fois mais à la longue, on se demande si l’auteure n’avait pas fumé quelques substances illicites lors de ces séances d’écriture …
Et pour finir, il y a quelques répétitions qui alourdissent le texte. Si ces répétitions n’étaient que de simple mot, passe encore. Mais je pense que Marie-Hélène Bertelot a voulu partager son expression favorite avec nous un peu trop souvent …

Il sait tout de [quelque chose ou quelqu’un, à voir selon le contexte], tout comme en plein vol, on sait, même les yeux fermés, qu’un avion effectue un virage incliné sur l’aile.

Je soulève beaucoup de points qui, à mes yeux, sont négatifs et ne rendent pas la lecture agréable car c’est malheureusement ce que j’ai le plus retenu de ce livre. Je pense que malgré tout, il pourrait plaire à d’autres. Et puis, il se lit quand même assez rapidement ^^

En bref : une histoire mignonne mais sans grande morale, des personnages sympas mais qui manquent de caractères, une plume décousue et sans émotions … Peut-être faut-il le relire une deuxième fois pour en apprécier le contenu ?! Mais ce sera sans moi …

Partenariat
Kero

« Mystica – Tome 1 : Trahisons » de Syndie Soue

Article - Présentation

Ah ! Les criminels n’étaient plus à la mode de nos jours, alors place aux monstres surnaturels !

Notification 2

Article - Résumé

Alors que Sébastien doit se faire à sa nouvelle vie de loup-garou, Mystica essaie de protéger sa ville d’un plan machiavélique qu’organisent les vampires d’Agathe… À chacun ses problèmes !

Et plus l’histoire avance, plus les problèmes se multiplient… Y aura-t-il un jour de paix dans leurs vies ?

Dans une grande marmite, mélangez une petite ville en apparence tranquille, des créatures surnaturelles, un soupçon de combats sanglants où chacun agit uniquement pour son propre compte… et vous obtiendrez la recette idéale pour un ouvrage réussi dans lequel le monde ne connaît plus de règle et où la trahison est l’arme favorite, la plus vicieuse, la plus dangereuse.

Un cocktail détonnant qui risque bien de vous étonner…

Article - Mon avis

Comme toujours, je remercie les Éditions Sharon Kena pour ce partenariat. Je ne sais pas si ma chronique va être très longue étant donné que j’ai trouvé cette lecture « passe partout » … Je m’explique tout de suite !

Comment vous résumer ce premier tome sans vous en dévoiler plus de la moitié ?
Pour faire court, nous faisons la connaissance de Mystica. Du haut de ces 21 ans, elle travaille pour la Protections des Élus Bénéfiques, c’est une chasseuse d’être surnaturels.

Concernant l’intrigue en elle-même, je suis extrêmement mitigée !

D’un côté, j’ai beaucoup aimé cette façon d’amener les choses. L’auteur nous présente une pléiade de personnages qui n’ont, en apparence, aucun point commun. Nous avons l’impression d’avoir plusieurs histoires bien distinctes mais, au fur et à mesure du récit, les liens se font plus clairs et l’intrigue se dévoile petit à petit. Entre découvertes, rivalité, vengeance et trahison ; cette mise en place est judicieuse et attire la curiosité !

D’un autre côté, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans … Certains passages sont trop rapides, d’autres trop lourds, et le tout manque de fluidité ; je n’ai pas trouvé de réel équilibre. Les rebondissements sont nombreux mais ne réussissent pas à faire monter le suspense, ça reste « plat » et les coupures de chapitre ne m’ont pas donné l’envie de toujours vouloir en savoir plus !

Entre autres, j’aurais également apprécié d’avoir plus de détails sur cette société de Protections des Élus Bénéfiques. L’information nous est lâchée comme ça, de but en blanc, mais nous n’avons pas vraiment d’explication à son sujet, c’est dommage …

Passons maintenant aux différents personnages !
Et, bien sûr, je vais commencer par notre protagoniste principale : Mystica ! C’est une jeune fille au caractère assez tranchant qui cache une grande sensibilité. Elle a passé son enfance en famille d’accueil mais pour le reste : mystère ! Nous n’en savons pas beaucoup sur elle, son passé, sa vie, … C’est un personnage assez froid et solitaire, qui ne nous dévoile que quelques miettes de son histoire personnelle. Autant dire que ce n’est pas sa personnalité qui la rend attachante. Cependant, j’ai malgré tout apprécié de la suivre. Mais ne me demandez pas pourquoi, je ne saurais vous répondre, je n’en sais rien moi-même. (Je suis bien trop souvent contradictoire dans mes ressentis ^^)

Ensuite, nous avons Sébastien ! Fraichement marié avec Nelly, c’est un homme amoureux et sans histoire. Jusqu’au soir où il se fait attaquer par un loup-garou et se retrouve chef de meute en un clin d’œil. J’ai trouvé ce personnage très appréciable et les passages le concernant, très intéressant. J’aurais d’ailleurs aimé en savoir plus sur la suite de son histoire, sur ce que ce statut et ces changements vont avoir comme effets sur lui. Certes, ce ne sont que des détails mais ils m’auraient bien intéressé.

Concernant les autres personnages tels que Jeremy, Agathe, François, Richard et Clara, ils ont tous une histoire qui interpelle à un moment ou à un autre mais je n’ai pas franchement réussi à éprouver quelque chose pour eux …

Étant donné que c’est un premier tome, je suppose donc qu’il y aura une suite, même si la fin ne laisse pas de réelle ouverture. Je ne sais pas encore si je continuerais ma lecture ou pas. Si j’en ai l’occasion, pourquoi pas ?! Mais sinon, j’ai un doute … Je serais juste curieuse de connaitre l’histoire de Mystica ainsi que l’évolution de sa relation avec Richard.

En début de chronique, je vous disais avoir trouvé cette lecture « passe-partout ». En effet, j’ai apprécié ma lecture car j’étais curieuse mais je n’ai pas été marquée, touchée ou sensible au récit. Voilà ce que j’appelle une lecture passe-partout. Elle vous divertit, mais c’est tout … C’est un roman que je ne peux recommander étant donné que je suis sur que l’histoire ne restera pas toute fraiche dans mon petit cerveau très longtemps.

Partenariat
10300524_533225013448336_5645517918193651602_n

« Les guerriers de l’ombre – Tome 1 : Amour brûlant » de Sharon Kena

Article - Présentation

« Je me moque de ce que tu es, je t’aime et je te veux. Maintenant et à jamais. »

Article - Résumé

En posant son regard sur Kraler, Angel était loin de se douter que sa vie allait basculer du tout au tout. Imposant, fort, musclé et terriblement sexy, sous ses airs menaçants, il a pris possession de son cœur sans préavis. Fine, belle à l’odeur florale épicée, elle a su briser sa carapace et le rendre dépendant. Mais comment leur relation pourrait-elle avoir la moindre chance ? Déjà si fragile, elle devient impossible lorsque le vampire perd le contrôle pour une seule raison : il veut se rapprocher d’elle selon les coutumes de sa race.

Article - Mon avis

Je voudrais avant tout remercier les Éditions Sharon Kena ainsi que Marion Obry, qui gère le service presse, pour leur confiance mais aussi pour m’avoir permis de découvrir cette saga ! Une découverte entre deux qui me laisse indécise …

Camilla et Angeline, meilleures amies, ont pour habitude d’aller boire un verre au Rétro ! Mais cette fois, elle se dirige vers le Quartier sud de Seattle afin de se rendre au Byzance, un club qu’elles n’ont jamais fréquenté. C’est ce soir-là que le regard d’Angeline croise celui de Kraler, cet homme d’une beauté ténébreuse qui va faire chavirer son cœur. Angeline et Camilla ne se doutent pas une seconde qu’à partir de ce moment, leurs vies vont totalement être chamboulées …

J’ai eu fini ma lecture jeudi (ou vendredi, je ne sais plus ^^) mais je tenais à prendre mon temps pour ma chronique afin de bien vous expliquer mon ressenti. Étant donné que je suis assez mi-figue mi-raisin concernant cette lecture, je ne voulais pas vous donner un avis bâclé ou trop contradictoire. Bien que je ne sois toujours pas sûr de ce que j’en pense, je fais tâcher de faire de mon mieux.

Tout d’abord, l’histoire ! Sur le coup, je la trouve vraiment pas mal et elle nous plonge dans un univers vampirique assez sombre. On se retrouve avec d’un côté, les Snake, une bande de vampire prêt à tout pour protéger leurs races. Et de l’autre, les militaires qui veulent clairement éradiquer ces vampires qui tuent sans vergogne. Et au milieu, Camilla et Angeline qui ne veulent pas que la ville se transforme en bain de sang. Le seul souci que j’ai, c’est qu’une fois arrivée à la fin de ce premier tome, j’ai l’impression de ne pas avoir beaucoup avancé dans cette guerre de territoires.

Les différents personnages sont placés, les liens qui les unissent sont établis mais l’action n’est vraiment pas ce qui caractérise ce premier tome. L’intrigue est dévoilée mais nous n’entrons pas totalement au cœur de cette bataille et c’est ce qui m’a dérangé. Certains rebondissements sont présents et très justement placés mais peu nombreux à mon gout …

Je dois aussi préciser que nous sommes dans de la bit-lit érotique et que certaines scènes sont assez crues, sans être vulgaire pour autant. L’auteure n’entre pas dans des détails glauques et inutiles, c’est quand même appréciable. Je ne suis pas férue d’érotisme dans mes lectures, je préfère quand tout est suggéré afin de laisser mon imagination faire le reste. Alors que dans ce cas, le sexe fait partie intégrante de cette société de vampire qui ne voit la femme que comme un objet satisfaisant leurs désirs. Et c’est cette conception du sexe qui est déroutante.

La narration étant omnisciente, elle nous permet d’avoir un point de vue global des situations, des différents sentiments que ressentent les personnages. Mais c’est aussi ce qui fait que certain retournement de situation tombe à l’eau …

Au niveau des personnages, quelques-uns sont peu mi en avant mais je ne doute pas qu’ils le soient à un moment ou un autre dans les prochains tomes. J’aimerais beaucoup en apprendre plus sur certains ou sur l’histoire des Snake par exemple.

Angeline est secrétaire de direction dans un cabinet fiscal. Elle à une vie assez calme qui va prendre un tout autre tournant dès qu’elle va rencontrer Kral. Elle va éperdument tomber amoureuse et s’étonne elle-même de la situation. Mais elle a aussi un petit côté contradictoire qui devient agaçant à la longue. Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle veut et change d’avis comme de chemises …

Kral est pas mal dans le genre également. Il est prétentieux et arrogant au possible ! Mais totalement obsédé par Angel, il en perd ces moyens et ne réagit pas toujours comme il le devrait en sa présence. Ce qui est plaisant, c’est de découvrir qu’il est un fait un ours au cœur tendre dès qu’il s’agit d’elle, il peut être menaçant un instant et être tout en douceur la seconde suivante. Il tombe amoureux malgré lui et ne veux pas se l’avouer de peur de perdre en crédibilité auprès des siens. Il veut être ce que tout le monde attend de lui, un guerrier ! Mais il se laisse prendre aux jeux des sentiments assez facilement.

Deux autres personnages que j’ai beaucoup apprécié son Slash et Camilla. Je ne sais pas trop dire pourquoi mais j’ai limite pris plus d’attention à l’histoire de Slash que celle de Kral (qui est quand même notre héros principal).

Autre petit point, la plume de Sharon Kena … Autant j’ai été transportée dans son univers assez facilement, autant j’ai eu quelques difficultés avec certains passages que j’ai trouvés assez brouillon. La répétition de certains mots est assez dérangeante et je trouve également qu’elle en dit parfois trop … Oui, là aussi, je suis mitigée ^^

En bref, comme je vous le disais, je suis très indécise concernant cette lecture et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette chronique s’en ressent. D’un côté, ça m’a plu. Et d’un autre, j’ai l’impression de ne pas en avoir eu assez … J’attends donc de pouvoir lire le tome suivant afin de me faire un avis plus précis !

Notification 2

Partenariat215026_143892205695287_140672_n

« Nephilim » de Asa Schwarz

Article - Présentation

« Les Néphilim vivaient sur la terre en ce temps-là – et aussi plus tard – quand les fils de Dieu
s’accouplèrent avec les filles des hommes et leur donnèrent une progéniture.
Ils étaient les héros des temps anciens et leur gloire était grande. »

Article - Résumé

Déterminée à taguer des slogans hostiles chez le P-DG d’un grand groupe industriel suédois, Nova Barakel, militante de Greenpeace, s’introduit dans son appartement par effraction. Une scène apocalyptique l’y attend : l’homme d’affaires et sa femme ont été sauvagement assassinés, et leurs corps disposés de façon à composer un tableau macabre. Affolée, la jeune femme prend la fuite, laissant derrière elle des empreintes qui font d’elle le suspect numéro un. Pour prouver son innocence, Nova doit à tout prix mettre la main sur le véritable assassin. Son chemin ne tarde pas à croiser celui des Nephilim, une secte fanatique venue de la nuit des temps qui se bat également pour sauver la Terre…

Article - Mon avis

De la littérature scandinave, une première pour moi ! Et une première qui n’est pas vraiment à la hauteur de mes attentes ! Autant dire que ma chronique ne sera pas très glorieuse …

Nova Barakel, militante pour Greenpeace, n’est pas satisfaite des mesures mises en place par l’opinion publique concernant le désastre écologique de la planète. Accompagnée de deux de ces comparses, elle décide donc de s’introduire par effraction chez Joshep F. Larsson, riche homme d’affaires dans le carbone afin de tagguer son appartement à coup de « Assassin » ou encore « Salaire du crime ». Mais Nova va découvrir M. Larsson, ainsi que sa femme et leur chien, assassiné dans leur chambre à coucher avec, écrit au-dessus de leur lit « Genèse, VI, 4 ». Paniquée, elle s’enfuit le plus vite possible de l’appartement. Mais Amanda, qui dirige l’enquête, va vite la mettre en tête de liste de ces suspects.
Sur fond d’histoire biblique tournant autour des Néphilims et d’arche de Noë, Nova va fuir …

Avant toute chose, ce livre ne comprend pas de chapitres ! Je sais que ce n’est pas forcément important pour certains mais pour moi, si. J’aime avoir un « point de chute » quand je mets ma lecture en pause, j’aime qu’un récit soit structuré afin de rendre ma lecture plus agréable. J’ai juste envie de dire : les coupures c’est bien, les chapitres c’est mieux !

Se suspense ; mélangeant écologie, religion et mythes ; se passe en Suède. Je n’ai rien contre la Suède mais je dois quand même avouer que leurs noms de rues sont quelque peu … déstabilisants ^^  Forcement, ils sont en Suédois (logique) et sont, du coup, assez difficiles à lire et surtout à retenir. J’ai donc eu assez de mal à replacer l’histoire, à suivre le parcours de Nova ou d’Amanda et à m’imaginer sur place. Je sais, c’est aussi un détail assez « bête » mais que voulez-vous ? Mis bout à bout, ces détails deviennent de gros point négatif à mes yeux.

Surtout, qu’ajouter à ça, j’ai aussi trouvé quelques descriptions beaucoup trop longues (Franchement, j’aime avoir certains détails qui favorisent mon imagination mais de là à avoir un descriptif de la vitrine de la boulangerie devant laquelle Nova ne fait que passer … euh … non !) et certaines scènes ne servant à rien à part tirer le récit encore plus en longueur.

Et en ce qui concerne les personnages principaux, entièrement féminins, c’est le bouquet !
Noooon, je déconne ^^ Je ne vais pas être aussi négative 😛 (Humour pourri vous dites ?) D’autant plus qu’ils sont plutôt bien campé, il faut le reconnaitre.

Nova a des principes auxquels elle tient ! Manque de bol pour moi, je ne suis pas écologiste dans l’âme (Bouuuh). Mais ça ne lui enlève rien, elle tient à faire triompher sa cause c’est tout en son honneur. Elle est bouleversée par toutes les découvertes qu’elle va faire durant sa cavale et nous l’accompagnons volontiers dans son enquête.
Amanda quant à elle est très impliquée dans son travail à tels point qu’elle en mettrait sa vie personnelle ainsi que sa santé de côté. Elle enquête sur les différentes scènes de crimes en suivant les indices à la lettre mais va finalement accepter de suivre la version de Nova, même si celle-ci lui semble totalement rocambolesque.

Ce livre n’est pas mal dans son ensemble mais je l’ai quand même trouvé assez moyen. C’est un suspense sans trop de suspense car plusieurs événements sont prévisibles.
Asa Schwarz à une écriture fluide mais le faite de sauté d’un point de vue à l’autre trop rapidement lui donne un aspect brouillon.

Même si le début semblait prometteur, au final, je l’ai trouvé trop lent et parfois même ennuyeux …

Notification 2

« Queen Betsy – Tome 1 : Vampire et célibataire » de MaryJanice Davidson

Article - Présentation

« Dieu, commençai-je tout en essayant de garder l’équilibre.
C’est moi, Betsy. Je viens te rendre une petite visite.
Prépare la chambre d’ami ! »

Article - Résumé

Mourir, ça fait réfléchir… Par exemple, cette semaine, j’ai perdu mon boulot, je suis morte dans un accident et, quand je me suis réveillée à la morgue, j’étais devenue une vampire. Bon, il y a des côtés positifs : je suis désormais super forte et les hommes semblent bien plus sensibles à mon charme de suceuse de sang. Il faut juste que je m’habitue à mon nouveau régime liquide…
Autre problème : mes amis du monde de la nuit disent que je suis une sorte de reine annoncée par une prophétie ridicule. Ils ont besoin de moi pour renverser un vampire assoiffé de pouvoir, au look trop ringard ! Le cadet de mes soucis ! Sauf qu’ils ont des moyens de pression efficaces, comme la nouvelle collection Manolo Blahnik ; une fille qui se respecte ne peut pas dire non…

Article - Mon avis

Ce livre repose dans ma PAL depuis facilement 1 an, il était donc tant de lui accorder mon attention ! Enfin, merci surtout à Myly de m’avoir proposé cette LC 🙂

Betsy (Elizabeth Taylor de son vrai nom ^^) vit à Brunsville, une petite ville dans le Midwest du Minnesota. Du haut de ces 26 ans, c’est une fana de chaussures, peu importe le prix.
Après avoir raté le bus, être arrivé en retard à son boulot, s’être fait virer, avoir du reporter sa fête d’anniversaire pour cause de tempête de neige en Avril ; Besty se fait mortellement renverser par une voiture en voulant traverser la rue pour récupérer Giselle, sa chatte. Autant dire que ce n’était pas sa journée !
Elle se réveille à la morgue, habillée comme un sac par sa belle-mère, et met un certain temps à se rendre compte de ce qui lui arrive, de ce qu’elle est devenue. De surprise en surprise, elle va comprendre que son destin était écrit, qu’elle a une voix à suivre.

Globalement, je suis assez mitigée concernant cette lecture …
Le début m’intrigue, on découvre les personnages, les lieux, la vie de Betsy. Mais une fois le décor installé, j’ai décroché. Le livre complet se déroule sur une semaine et je l’ai trouvé légèrement tirée en longueur. Mais, contradictoirement, l’action est trop rapide et brutale à mon gout. Ce n’est qu’à partir des 100 dernières pages (et encore, je suis gentille) qu’il devient plus intrigant, intéressant et nous avons enfin un peu d’action.

J’avais lu tellement de critiques positives à son sujet que finalement, j’en attendais peut-être trop ! Autant je suis fan de bit-lit, autant je découvre que la chick-lit m’intéresse beaucoup moins. L’auteur nous offre pas mal de réflexions qui portent facilement à sourire, je ne dis pas le contraire, et j’aime avoir de l’humour dans mes lectures. Mais là ; trop d’humour, tue l’humour et à la longue, ça devient lourd (et tout ça en rime s’il vous plait ^^).

Tant que je suis dans les points négatifs, un autre me viens tout de suite à l’esprit : Betsy ! Comment peut-on être aussi capricieuse, bornée, insupportable, superficielle, agaçante, … Je continue ? Non, je pense que vous avez très bien compris que j’ai eu un peu de mal à la supporter ! Mais je pense qu’au final, on aime la détester (un minimum du moins) ^^
Cependant, j’ai apprécié le fait qu’elle veuille garder son indépendance, ne pas prendre part à cette rivalité de vampire. Elle veut garder sa vie d’avant, même si elle est consciente qu’elle est morte.

Côté personnage, j’ai apprécié Jessica, sa meilleure amie. Elle ferait tout pour aider Betsy et c’est ce côté protecteur qui la rend légèrement attachante. Par contre, j’ai trouvé Marc …. Sans intérêt ! Il n’a pas vraiment une forte personnalité ou quelque chose qui fait qu’on pourrait s’attacher à lui. Il n’aurait pas été présent dans l’histoire que ça n’aurait rien changé.
Concernant Sinclair, je ne sais pas trop. Je n’arrive pas à le voir comme le beau mâle et gentil de l’histoire. Ne me demandez pas pourquoi …

MaryJanice Davidson à un style d’écriture agréable, entrainant et assez joyeux. Le langage utilisé est simple, très familier, parfois même assez grossier et le manque de négation m’a quelque peu dérangé.

En bref, ce livre convient pour une lecture 100% détente et sans prise de tête. Mais si je dois le résumer en 1 mot : Bof ! Cependant, j’attaquerais surement le tome 2 prochainement car je suis quand même curieuse de voir dans quelle histoire elle va encore se fourrer ^^ Et puis, ce sera l’occasion de laisser une seconde chance à Betsy et de voir si je continue la saga (ou pas).

Notification 2

Lecture commune
Myly de « L’antre de leurs mots«