« Omega – Tome 1 : Marquée » de J. A. Curtol

Article - Présentation

Il la protégerait jusqu’à la mort car elle était sa faiblesse et son humanité qu’il croyait perdue à jamais.

Notification 1
Article - Résumé

Elle est insignifiante, mais elle le fascine. Il est le mal tapi dans l’ombre et pourtant elle lui fait confiance. Lorsque Julien découvre Klarye, il décide qu’elle sera sa proie, mais pas seulement, il l’approchera également comme un homme. Mais dans ce double jeu, le passé et les sentiments vont se mêler et Klarye passera de proie à protégée sans qu’il ne le veuille vraiment… L’amour peut-il vraiment naître d’un double jeu malsain ?

Article - Mon avis

Comme toujours, je tiens avant toute chose à remercier les Éditions Sharon Kena pour cette critique de masse qu’ils nous ont proposée et à laquelle j’ai participé avec plaisir. Dommage que cette lecture soit une véritable déception, mais bon, il en faut parfois …

L’histoire commence dans l’Antiquité pour très vite revenir à notre époque. Nous rencontrons alors Klarye, une jeune femme de 27 ans ; et Julien, un vampire « légèrement » bipolaire. S’ensuit une rencontre forcée par Julien et quelque peu musclée, un regard échangé, un coup de foudre, des hypnoses, de l’amûûûûr, de la jalousie, de la bagarre et … C’est tout !

« Mais enfin, c’est déjà pas mal » me direz-vous. Et je suis d’accord ! Sauf que l’ensemble n’est pas crédible pour un sou (je sais, un vampire ce n’est déjà pas crédible mais vous m’avez compris non ?) et qu’il n’y a aucun suspense, chaque action est prévisible. De plus, un manque de détails vient gêner ma lecture et me donne l’impression que ce récit a été quelques peu bâclé. Comme s’il fallait dire autant de choses en x pages et tant pis pour les détails ou la crédibilité de la chose. C’est dommage !

D’autres points noirs viennent entacher mon avis tels que les répétitions assez fréquentes mais également le nombre de virgules mal placées qui font que certaines phrases n’étaient pas toujours compréhensibles à mon gout …

C’est moche parce que, le style de l’auteure est plutôt fun à lire. Sa plume est fluide et rend la lecture rapide et agréable. Mais je pense que donner un peu plus de caractères à ces personnages ne lui aurait pas fait de tort. Je ne me suis attachée à aucun d’entre eux et je n’ai pas réussi à entrer totalement dans l’histoire. C’était comme au cinéma, je les voyais évoluer mais je n’étais pas à leurs côtés, j’étais spectateur de leur histoire. Un spectateur qui s’ennuie ….

Je vous avoue que, pour cette fois, je ne sais même pas vraiment quoi vous dire car je n’ai rien ressenti … Je me suis ennuyée oui, mais c’est tout. Je n’ai pas été émue par ce qui arrive à Klarye, j’ai simplement fini ma lecture parce que je n’aime pas laisser un livre en plan, rien de plus.
Et surtout, j’ai repéré quelques (beaucoup ?) références à Twilight (qui est quand même LA saga qui m’a redonné gout à la lecture et que je ne peux donc pas zapper) qui font que j’avais plus l’impression de lire une mauvaise fanfiction qu’un bon roman …

Klarye a perdu ses parents dans une terrible agression il y a 1 an. Cet évènement la touche encore beaucoup et on peut la comprendre. Elle a décidé de vivre à Beçanson afin de reprendre ces études et c’est tout en son honneur. Mais je l’ai trouvée niaise, mais niaise ! Excusez-moi l’expression mais elle n’a pas inventé la lumière … Et qu’est-ce qu’elle a la poisse cette fille, ce n’est pas possible. À se demander si quelqu’un ne s’amuse pas avec une poupée vaudoue à son effigie.
Et puis, il y a sa relation avec Julien … Il a voulu la violer lors de leur première rencontre mais bon, ce n’est pas très grave n’est ce pas. (??)

Julien, quant à lui, a été transformé contre son gré il y a des siècles. Quand il rencontre Klarye, tout ce qu’il veut, c’est en faire son nouveau jouet. La violer, la torturer et la tuer ! Et puis, en l’espace d’un regard, Monsieur se prend pour OnNeSaitQui et se jure de la protéger. Euh ?… Pourquoi ce revirement de situation en moins de 2 secondes ? Je pense qu’un petit tour chez un psy lui ferait le plus grand bien.

Je n’ai pas réussi à m’attacher ou à m’attendrir face à la vie de Klarye. Tout ça manque de profondeur et d’originalité. Nos deux personnages principaux vont changer d’avis et de personnalités si régulièrement que je n’ai pas du tout réussi à les cerner. Entre schizophrénie et dédoublement de personnalité, ce récit a juste été une horreur à finir ! Ajouter à cela beaucoup trop de dialogue en « Je t’aime » « Moi aussi je t’aime » et c’est bon, je suis au fond du trou ! Non mais sérieusement, la Klarye, Julien lui met un doigt sur la bouche pour lui intimer le silence et elle est « bouleversée par ce geste rempli de tendresse » ? Non, non, non, c’est décidément trop « nunuche » pour moi.

Voilà, vous l’avez compris, ce n’est pas le diptyque que je vous recommande de lire au plus vite …

Partenariat
215026_143892205695287_140672_n

« Piégée » de Heather Dixon

Article - Présentation« Azalée pressa la paume de sa main contre l’ardoise posée sur la table et la fit crisser sous l’ongle
de son pouce, tentant d’empêcher des paroles cinglantes de franchir ses lèvres. »

Article - Résumé

Azalée avait tout ce qu’elle pouvait désirer: une vie de rêve remplie de bals somptueux, de toilettes sublimes et d’élégants courtisans… jusqu’à ce qu’un deuil vienne tout bouleverser. Désormais prise au piège de son nouveau statut, elle a soif de liberté, comme toutes les jeunes filles de son âge…

Heureusement, le Gardien la comprend; il est piégé lui aussi, enfermé depuis des siècles entre les murs du palais. Il va l’inviter, elle et ses sœurs, à découvrir la forêt d’argent, un lieu magique où elles seront enfin libres de danser toute la nuit.

Chaque soir, Azalée et ses onze sœurs empruntent un passage secret qui les conduit à la forêt enchantée.

Mais cette liberté à un prix et Azalée risque de l’apprendre à ses dépens…

Article - Mon avis

« Piégée »  est une adaptation du conte « Les souliers usés » (ou « Le bal des douze princesses ») des frères Grimm. Je ne connais pas du tout ce comte et, vu mes impressions sur Piégée, j’avoue ne pas trop avoir envie de le découvrir …

Azalée est l’ainée d’une famille de douze enfants ! Elle est donc la seule à pouvoir assister au bal de Noël où elle doit ouvrir le bal en compagnie de son père, le roi d’Eathesbury. Mais les festivités prennent rapidement fin car, sa mère, très malade, décède dans la soirée. Le roi, à cheval sur les coutumes, explique alors à ses filles que le deuil commence et cela, pour une durée d’un an. Un an à vivre vêtue de noir, reclus dans ce château drapé de tentures noires également et le tout sans aucune distraction, et surtout pas de danse ! Mais un soir, Azalée trouve un passage secret dans la cheminée de sa chambre qui la mène vers un monde argenté ou la danse est permise. Elle va donc y emmener ses sœurs toutes les nuits mais va également vite comprendre que le Gardien de ce monde n’est pas tout à fait rempli de bonnes intentions …

Habituellement, j’aime beaucoup tout ce qui est conte de fées revisité. Mais pour cette fois, c’est une déception ! Princesses, château, magie, secret, … Tout est réuni pour nous donner un univers digne de ce nom. Mais pour ce qui est des personnages et de l’intrigue, c’est autre chose.

Justement, les personnages ! Ils sont très nombreux et, rien que pour les 12 sœurs, j’ai dû prendre note de leurs prénoms afin d’essayer de les retenir : Azalée, Bleuet, Capucine, Delphinium, Églantine, Fleur, Garance, Horthensia, Iris, Jasmin, Kalanchoé et Lys. De plus, elles sont très souvent toutes ensemble et cela ne m’a pas permis de m’attacher à l’une d’elles plutôt qu’à une autre … Si ce n’est Azalée étant donné que c’est elle que nous suivons tout au long du récit. C’est dommage !

À propos de leurs caractères, je dois avouer les avoir trouvés un peu égoïste et parfois même, sans cœur. Elle ne pense qu’à danser et à s’amuser alors que leur mère vient tout juste de décéder. Je n’ai pas vraiment ressenti de réelle tristesse de leur part, comme si ça leur passait totalement au -dessus de la tête … Chose assez inconcevable pour moi. Une maman, c’est sacré !

Concernant les personnages secondaires, c’est le même topo ! Ils sont nombreux et nous n’avons pas vraiment le temps de les connaitre et de les apprécier. Le roi lui-même est assez inintéressant et désintéressé de tout ce qui se passe dans sa famille. Il est en retrait la plupart du temps et je n’ai pas réussi à le cerner. En tant qu’homme, je l’imagine assez attentionné mais c’est comme si son statut de roi lui empêchait tous sentiments affectifs …  Du moins, c’est l’idée que je m’en fais ! Car l’auteure ne nous donne aucune explication sur les raisons qui ont fait qu’il soit aussi distant avec ces filles.

Au niveau de l’écriture, je n’ai pas vraiment accroché non plus … Je l’ai trouvé trop enfantine et sans grand intérêt. Le récit m’a paru long, lent et particulièrement redondant ! Nous ne pouvons oublier le bruissement des robes, les bouches qui s’ouvrent et se referment aussi vite, ou encore le roi qui se mord les joues inlassablement … Trop de répétitions ! Les descriptions sont également très nombreuses et bien souvent inutiles. J’ai également trouvé que les évènements étaient prévisibles et s’emboitaient un peu trop facilement.

Que dire d’autres à part que je me suis ennuyée … Je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais mais une chose est sûre, j’espérais mieux que ça.

Notification 1

« La couleur de l’âme des anges » de Sophie Audouin-Mamikonian

Article - Présentation

« L’amour, ça rendait aveugle. Et idiot. »

Article - Résumé

Sauvagement assassiné à 23 ans, Jeremy devient un Ange… et réalise avec effroi que l’on peut mourir aussi dans l’au-delà. Pour ne pas disparaître, en effet, tout Ange doit se nourrir des sentiments humains et même… les provoquer ! Invisible et immatériel, Jeremy décide d’enquêter sur sa mort et tombe rapidement amoureux de la ravissante Allison, une vivante de 20 ans, témoin de son meurtre. Or l’assassin de Jeremy traque la jeune fille… Jeremy parviendra-t-il à sauver Allison ? Sera-t-il capable de sacrifier ses sentiments et de vivre à jamais séparé d’elle ?

Article - Mon avis

Mmmh …. Comme je l’ai dit sur Facebook, ma chronique ne sera pas très joyeuse étant donné qu’il y a bien longtemps que je n’aie pas été autant déçue par une de mes lectures …

/ !\ Risque de spoiler / !\

Jeremy, Français émigré à New York, n’a que 23 ans et c’est un petit prodigue des finances. Mais sa carrière va stopper net le jour où il se fait décapiter par un Samouraï, à première vue sans raison particulière. Il passe alors de « l’autre côté » et devient un ange.
Après avoir discuté avec un vieil ange passé en 451 après J.-C, il se débrouille seul afin de comprendre le fonctionnement de ce nouveau monde et décide de trouver le pourquoi de son assassinat. Alors qu’il assiste à son propre enterrement, il entend le monologue d’une jeune fille en pleure, qu’il ne connaît apparemment pas mais qui se dit responsable de sa mort. Il va donc décider de la suivre afin d’en savoir plus et va rapidement tomber amoureux. Malheureusement, Allison, elle aussi, va passer sous le sabre et se retrouver parmi les anges. Ils vont alors mener leur enquête afin de lever le voile sur les raisons de leurs assassinats.

Le seul point positif que je retiens de ma lecture est qu’on ne peut pas faire mieux au niveau du titre. Il reflète parfaitement l’histoire car la couleur des anges est au centre du récit. Cette couleur dépend des sentiments que les anges absorbent des vivants afin de se nourrir. Le bleu pour les gentils qui ne mangent que des sentiments positifs tels que la joie et le bonheur. Le rouge pour les plus agressifs, souvent violents et meurtriers qui ne mangent que des sentiments négatifs tels que la haine et la tristesse.
Les titres des chapitres sont tout aussi bien choisis étant donné qu’ils commencent tous par « La couleur de … » suivi d’un mot résumant le sentiment principal du chapitre qu’il désigne.

Ensuite, les points négatifs s’enchainent …

Tout d’abord, l’histoire ! Je vous remets un morceau de la quatrième couverture afin de bien comprendre car même s’il n’est pas des plus attractif à mon gout, je ne m’attendais pas à ça … :

Or l’assassin de Jeremy traque la jeune fille… Jeremy parviendra-t-il à sauver Allison ? Sera-t-il capable de sacrifier ses sentiments et de vivre à jamais séparé d’elle ?

Ces questions m’ont fait penser que Jeremy allait tout faire pour intervenir dans le monde des vivants afin de sauver Allison, qu’il allait peut-être même réussir, peu importe le prix ! Comprenez mon désespoir quand, à peine à la 130ème page (à peu près), Allison meurt ! O.o
Suite à ça, l’histoire est plus que décevante et nous emmène dans un grand n’importe quoi ou la vengeance remplace l’amour. Les méchants contre les gentils, le bien contre le mal … Rien de plus ! Ajouter à cela que l’intrigue avance plus lentement qu’un escargot sous une averse tropicale et me voilà baillant comme jamais en aspirant la fin de ma lecture juste parce que n’aime pas laisser un livre en plan.

Ensuite, les personnages ! Je les ai trouvés aussi insipides les uns que les autres … Je n’ai pas réussi à m’attacher à un seul d’entre eux si ce n’est Einstein, et encore … Parce que, oui, même les plus célèbres des physiciens sont devenus des anges.
Jeremy m’a laissé totalement indifférente ! La seule petite chose que j’ai appréciée venant de lui est de savoir, en fin de récit, qu’il était finalement assez stratège et que, depuis le début, il avait un plan afin de combattre le mal. Si ce côté de sa personnalité nous avait été dévoilé dès le début, je pense que j’aurais pu le voir différemment …
De son vivant, Allison est une jeune fille de 20 ans très intelligente et en avance dans ces études. On peut dire que la mort ne lui est pas bénéfique étant donné qu’une fois de l’autre côté, elle devient immature, capricieuse et ne réfléchit pas une seule seconde aux conséquences de ces actes. Tout ce qui compte, c’est sa vengeance et elle en devient plus qu’agaçante !

Concernant la plume de Sophie Audouin-Mamikonian, je n’ai pas grand-chose à dire. Elle est simple et malgré tout assez agréable à lire. Même si les petites touches d’humour qu’elle apporte au récit n’ont fait qu’alourdir le texte à mon goût … La fin contient des évènements rebondissants qui ne rattrapent pas l’ensemble de ma lecture et n’efface pas l’ennuie ressenti depuis le début.

En bref : Une très belle couverture, un résumé entre deux et un récit décevant à souhait …

Notification 1

Lecture communeVirginie de « The Reading List Of Ninie »
(Petit contre temps de son côté, j’ajouterais le lien vers son article dès qu’il sera posté ^^)

« Les Radley » de Matt Haig

Article - Présentation

« Il est parfaitement possible d’habiter à côté d’une famille de vampires sans jamais soupçonner
que ceux que vous appelez vos voisins ont peut-être le désir secret de vous sucer le sang. »

Article - Résumé

Ils n’ont qu’une addiction : le sang. Mais depuis plus de vingt ans, ils ont décidé de renoncer à leur péché mignon et de se désintoxiquer. Pas facile d’être un vampire urbain au XXIe siècle !
Dans une banlieue british tout ce qu’il y a de plus respectable, la famille Radley essaye désespérément de se comporter comme « des gens normaux ». Mais des vampires de souche peuvent-ils définitivement refouler leurs désirs et leurs instincts ? Pas sûr…

Article - Mon avis

Dans ma PAL depuis quelque temps, je me décide enfin à dépoussiérer « Les Radley » ! La couverture est assez simpliste et le résumé ne m’attire pas trop mais ça touche aux vampires et j’aime ça. Après lecture, je me dis qu’il aurait pu continuer à prendre la poussière ….

La famille Radley vit à Bishopthorpe, un pittoresque village anglais d’apparence très tranquille. Peter et Helen, les parents, font tout pour vivre comme tout le monde, cachant ainsi leur véritable nature aux yeux de tous et également à leurs enfants, Rowan et Clara. Mais leur vie va prendre un tout autre tournant le soir où Clara se fait agressée. Alors que Harper essaye de la violer, elle se défend comme elle peut en le mordant à la main. Dès lors que le sang se met à couler dans sa gorge, elle se sent revivre et en pleine forme. Comme une soif jamais ressentie mais enfin étanchée. Elle le vide de son sang et le laisse mort dans un champ avant d’appeler ses parents. À partir de ce moment, Il est temps pour Helen et Peter d’avouer à leurs enfants ce qu’il cache depuis maintenant 17 ans …

Dans ce romain, l’auteur a eu l’originalité de moderniser les vampires pour les rendre presque crédible tout en gardant certains clichés bien connus tels que leur dégout de l’ail. Mais le manque cruel d’action et bons nombres de situations que l’on voit venir à des kilomètres a fait que je n’ai pas accroché. Globalement, l’histoire est pas mal mais les personnages ne sont pas attachants et je n’ai pas du tout apprécié le style d’écriture …

Au niveau des personnages justement, je les ai trouvé limite inintéressants ! Ils manquent de charme et de mystère. Je n’ai pas réussi à m’attacher à l’un d’eux si ce n’est à Rowan, uniquement parce qu’il est tellement mal dans sa peau qu’il me faisait de la peine.  J’ai l’impression que l’auteur a voulu nous en dire trop sur leurs passés, sur les différents liens qui les unissent et est passé totalement à côté de l’aspect affectif. De plus, il utilise énormément de références, que ce soit littéraire ou musical. Je suis sur que ça peut en intéressée plus d’un mais, personnellement, j’ai été bassinée par tout ça !

Les chapitres sont très court (3 à 4 pages en moyenne) et passent d’un personnage, d’un lieu ou même d’un temps à l’autre. Le tout dans un rythme qui n’est pas assez entrainant et limite ennuyeux. Le style d’écriture ne m’a pas touché et j’ai été dérangée par certaines erreurs de ponctuation. Je ne suis pas experte dans ce domaine mais le manque de virgule et bons nombres de phrases supra-courtes n’a rien arrangé …  Je vous donne un exemple :

« J’ai passé un an à Valencia. Pour finir à Manchester. C’est sans risque. Pour les vampires. Il y a une sorte de réseau de soutien. »

Bon, j’avoue, c’est le pire exemple ^^ Mais c’est comme ça très souvent au fil des pages et ça m’énerve plus qu’autre chose car mon cerveau passe son temps à refaire la ponctuation afin d’avoir des phrases plus longues et plus agréables.

Que dire d’autres si ce n’est qu’il ne se passe pas grand-chose d’inattendu ? Je ne sais pas à quoi je m’attendais en entamant cette lecture mais surement pas à ça … Il se lit très vite mais j’ai eu l’impression de perdre mon temps !

Je sais que cette chronique n’est pas très sympathique mais que voulez-vous, tout ne peut pas plaire à tout le monde …

Notification 1

« La mécanique du cœur » de Mathias Malzieu

Article - Présentation

« Premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
Deuxièmement, maîtrise ta colère.
Troisièmement, ne te laisse jamais, au grand jamais, tomber amoureux. »

Article - Résumé

Édimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve. Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…
Un conte initiatique cruel et merveilleux.

Article - Mon avis

Étant donné que j’ai mis plus d’un mois et demi pour lire si peu de pages, on peut facilement comprendre que je n’ai pas été captivée par l’histoire …

Ce livre nous plonge en 1874, au côté de « Little Jack » qui vi à Édimbourg avec sa mère d’adoption, le docteur Madeleine. Jack n’est pas comme les autres petits garçons, il vit avec une horloge à la place du cœur et doit faire attention à ces sentiments afin qu’elle ne se dérègle pas. Mais lors d’une sortie en ville, Jack est irrésistiblement attiré par une petite chanteuse andalouse. À partir de là, il va tout faire pour la retrouver, quitte à partir pour un long voyage semé d’embuche.

Alors, … Pour être totalement franche, je me suis ennuyée pendant les deux tiers du livre ! J’ai même failli le refermer alors que je n’étais pas à la moitié. Mais je n’aime pas abandonner un livre sans lui laisser un minimum de chance … Et finalement, les 40 dernières pages ne sont pas si mal, même si elles ne m’ont pas fait apprécier le livre plus que ça, et Jack devient quelque peu attachant.

En fait, ce conte en lui-même n’est pas si mal ! Je pense que c’est surtout le style de l’auteur que je n’ai pas apprécié … Je l’ai trouvé très plat ! Même si Jack passe par plusieurs rebondissements et plusieurs sentiments, je ne l’ai pas forcément ressenti dans ma lecture. Je n’ai pas du tout réussi à me projeter dans les décors, aux côtés des personnages, et je dois dire que ça m’a beaucoup dérangé. La présence de métaphores trop nombreuses ne m’a pas aidé non plus je pense ….

Pourtant, après avoir lu ce livre en début d’année, j’ai fait ma curieuse sur différents blogs afin d’avoir l’avis d’autres lecteurs et pour beaucoup, c’est un coup de cœur. Je vais finir par croire que je ne suis pas normal ^^

En bref : grosse déception qui ne me donne pas l’envie d’en dire plus …

Notification 1

Petit mot sur la couverture

Point positif vu que c’est, avec le résumé, ce qui m’a fait aller vers ce livre. Mais, même si j’aime beaucoup cette illustration, je dois avouer que j’ai eu un coup de cœur en voyant celle de l’édition américaine / anglaise réalisée par Benjamin Lacombe. Vous pouvez la découvrir sur son blog ! Et pour toutes ces illustrations, n’hésitez pas à visiter son site internet 🙂