« Les rescapés » d’Emmanuelle Amadis

Article - Présentation

Quoi qu’elle fasse, le monde ne cesserait pas de tourner, elle n’était qu’un grain de poussière dans un univers qui se fichait totalement de sa destinée.

Notification 2

Article - Résumé

La trahison d’un père et le harcèlement d’un ex-mari poussent Clara à fuir. Mais après une interminable année à tenter de résister, il ne lui reste qu’un seul refuge : la maison hantée de sa tante décédée.

C’est poussée par la nécessité qu’elle s’y rend, sans savoir si les entités qui y vivent la laisseront s’y ressourcer quelque temps ou si, au contraire, ils useront de leurs capacités pour la repousser. Elle n’attend rien de ces « fantômes », hormis un peu de compassion. Pourtant qui sait, ils pourraient aussi se montrer utiles, voire représenter plus pour Clara qu’elle ne l’imagine.

Et, pourquoi pas, parvenir à lui redonner espoir en l’avenir.

Article - Mon avis

Comme toujours, je remercie les Éditions Sharon Kena pour ce SP. Malheureusement, pour cette fois, je ne suis pas totalement conquise par le récit que nous propose Emmanuelle Amadis

Clara Milfort est une femme fragilisée par la trahison de son père et terrorisée à la simple idée de se retrouver face à son ex-mari, David, un homme violent et manipulateur qui n’hésite pas à la harceler chaque nuit, inlassablement … Au bord du gouffre mentalement et financièrement, elle décide de fuir, encore une fois, et de se rendre dans la maison qui la vue grandir, celle de sa tante malheureusement décédée depuis plus d’un an … Pas étonnée d’y ressentir une présence à son arrivée, elle espère simplement que les entités qui habitent la maison lui laisseront un moment de répit ! Ce qu’elle n’avait pas du tout imaginé était le fait que ces « fantômes » pourraient peut-être lui redonner confiance.

Durant toute la première partie où nous découvrons Clara ainsi que sa situation, j’ai été complètement transportée ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas eu une vie des plus faciles : une mère décédée, un père qui ne pense qu’à ce que sa fille pourrait lui rapporter, une tante absente, un ex-mari violent et odieux qui n’hésite pas à lui pourrir la vie dans les moindres détails, la transformant en cauchemar perpétuel … Il est donc facile de ressentir de l’empathie pour ce personnage qui n’a plus aucun espoir pour l’avenir, et de s’y attacher !

Jusqu’alors, elle avait toujours cru qu’elle n’y retournerait jamais, craignant la solitude et l’émergence de souvenirs perturbants. Elle savait au moins pouvoir y trouver un peu de calme, assez en tout cas pour se ressaisir avant de repartir du bon pied.

Elle nous donne également quelques indications sur la vie qu’elle a menée durant les huit premières années de sa vie, au côté de sa tante ! Une tante que nous découvrons attentionnée et inquiète quant à l’avenir de Clara, contrairement à ce qu’a pu lui laisser penser son père … C’était également une femme qui ne faisait guère attention aux ragots portés à son égard et qui, au contraire, entretenait ces histoires de « folle aux fantômes » afin de pouvoir mener sa vie tranquillement, auprès de ces entités, sans être dérangée.

Et puis, nous faisons connaissance avec ces fameuses entités : Otac, le père, et Jaoks, le fils !
Otac ne se formalise pas vraiment de l’arrivée inopinée de Clara, il est même plutôt content de la retrouver et finira par être un réel soutien pour la jeune femme. Mais pour Jaoks, c’est une autre histoire ! Il ne voit pas cette visite d’un très bon œil et n’arrive pas à voir en Clara autre chose que la femme qui a rendu triste tante Lise … Il ne veut pas s’y attacher par peur qu’elle ne soit un danger pour eux ou qu’elle aussi, soit susceptible de le quitter prématurément. Mais, petit à petit, il ne peut faire autrement, il se surprend à vouloir veiller sur elle.

Toute cette découverte est vraiment agréable à suivre ! Il faut dire que la plume d’Emmanuelle Amadis nous y aide beaucoup, elle est toujours aussi facile et fluide. De plus, le récit est agrémenté de quelques « flash-back » nous permettant de découvrir le passé de Jaoks et Otac et, de cette manière, comprendre certaines de leur réaction et comment ils sont arrivés jusque chez tante Lise. L’ensemble est donc assez original et intéressant !

Jusque-là, j’ai trouvé le récit particulièrement touchant ! Il ne s’y passe pas grand-chose si ce n’est leur rencontre et la découverte des personnages, mais bon, on ne s’y formalise pas trop et on passe au-dessus.

Chaque amour est unique, mais cela ne veut pas dire qu’il n’en existe qu’un.

Je ne vais pas vous spoilez en vous annonçant l’arrivée d’une romance entre deux de nos personnages étant donné que ce livre est classé dans la collection « Romance paranormale ». Et là, c’est le drame ! ^^ Nos personnages deviennent un peu trop niais à mon gout et le côté érotique de ce récit (qui n’est d’ailleurs mentionné nulle-part) prend le dessus ! De plus, j’ai également trouvé que le conflit entre Clara et David s’était réglé beaucoup trop facilement …

Encore une fois, j’y fais abstraction ou du moins, j’essaye, car j’ai cette envie de découvrir la suite qui me titille ! Mais, sans en dire trop car je ne voudrais rien vous dévoiler, l’histoire reste assez plate et certains passages sont tirés en longueur … Ce qui fait qu’au bout d’un moment, mon enthousiasme pour cette lecture est retombé en flèche !

En bref : un récit qui commençait bien (malgré sa couverture peu attractive, il faut le dire), avec des personnages touchants et attachants, mais qui finalement, se révèle être assez plat. Il y a un manque cruel d’actions et trop de scènes tirées en longueur qui n’aident pas le lecteur à rester concentré et impliqué dans sa lecture. C’est dommage …

Partenariat
Logo Sharon Kena

Publicités

« L’erreur de Toborel » d’Emmanuelle Amadis

Article - Présentation2

– Nous voulons garder notre libre arbitre, nous ne voulons pas devoir obéir aveuglément à une autorité que nous n’avons pas choisie, et qui n’œuvre pas toujours pour notre bien.

Notification 4

Article - Résumé

Deux forces s’affrontent. L’une cherche une arme, l’autre fait son possible pour qu’elle ne la trouve jamais, il en va de sa survie. Mais quand elles se défient à l’échelle cosmique depuis des générations, il y a forcément des dommages collatéraux, des batailles qui empiètent sur des planètes insouciantes, qui influent sur la vie d’innocents.
Ayame est la première de sa planète à assister à l’un de leur combat aérien et sans l’avoir voulu, simplement parce qu’elle se trouvait au mauvais moment, elle devient, pour un temps, la protectrice d’Yvon.
Conscient que leur guerre aura des conséquences dramatiques sur sa planète, Yvon lui propose de la sauver, mais la jeune femme refuse de se déraciner, persuadée qu’elle n’est pas faite pour une vie dans l’espace à bord d’un vaisseau alien.
Pourtant, quand sa planète est envahie, asservie, elle commence à regretter son choix, et c’est presque morte qu’Yvon la retrouve lorsqu’il vient lui faire ses adieux.
Ayame l’a sauvé, il ne peut pas en faire moins. Alors il l’arrache à son monde pour lui offrir une chance de survivre. Mais comment réagira-t-elle à son réveil quand elle comprendra qu’aucun retour chez elle n’est possible ?
Pourra-t-elle s’adapter à sa vie ? S’adapter à lui ?
Il n’a pas agi sur un coup de tête, mais sur un coup de cœur, et s’il ne sait pas encore quelles épreuves il devra surmonter, il sent qu’Ayame mérite qu’il se batte pour elle.

Article - Mon avis

Comme toujours, je tiens à remercier les Éditions Sharon Kena pour ce service presse. J’avais déjà lu le premier tome de « Sarangins » du même auteur et encore une fois, je ne suis pas déçue ! J’ai même été surprise d’y voir un lien entre les deux, tout en ayant une histoire totalement différente.

Dès le début, j’ai eu un doute ! Je m’attendais à lire une romance sur fond de sciences fiction alors que la première scène me faisait penser un à mélange d’action et d’aventure. Finalement, pas du tout ! C’est bien la romance qui domine toute la première partie. Elle nous fait également découvrir un monde futuriste où chaque peuple occupant une planète est sous la menace d’une seule et même personne voulant dominer tout l’espace : Toborel !

C’est dans cette même partie également que nous faisons la connaissance d’Ayame, d’Yvon et de son peuple.

Ayame est une jeune femme de caractère mais avec une certaine sensibilité qui la rend très attachante. Ascellia, sa planète, est sous le contrôle de Toborel qui a asservi toute la population par la peur et la répression! En danger, elle est sauvée par Yvon qui la conduit alors, grâce à son chasseur, jusqu’à sa colonie. Rapidement, ils ne sauront se passer l’un de l’autre et iront jusqu’à faire l’impensable afin de ne pas être séparé. On ressent leur amour sincère et cela ne les rend que plus appréciables et touchants. Leur histoire est belle malgré les malheurs qui la composent !

Tu crois toujours que je suis forte, mais c’est toi qui me donnes ma force. Je peux surmonter ça, mais seulement si tu es là, seulement si tu parviens à me faire croire que tout ira bien pour toi.

Concernant Toborel, on ne sait pas grand-chose sur lui si ce n’est que, d’après les écrits, il serait vaincu par les Hamrains, le peuple d’Yvon. Une « création » serait la cause de sa perte. Les Hamrains sont donc à sa recherche pour le combattre alors que Toborel la recherche pour la détruire.

Dans la deuxième partie de ce roman, nous plongeons pleinement dans l’action au côté d’Edréa, la fille d’Ayame et Yvon. Même si le changement de situation est assez soudain et perturbant, il relance l’intrigue afin de nous embarquer un peu plus dans cette histoire.

Edréa, bien décidée à faire tomber Toborel, peu importe le prix que cela lui en coutera, est déterminée ! Très douée, que ce soit aux commandes d’un chasseur ou lors d’un combat au corps-à-corps, rien ne pourra la détourner de son objectif. Surtout qu’elle s’est trouvé un allié en Wulver, du peuple Soakyl, qui souhaite la mort de Toborel tout autant qu’elle.

La force, ce n’est pas de devenir insensible et de résister à tout, affirma-t-il avec tendresse, c’est d’être capable de se relever après chaque séisme.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce récit est le fait que nous ne soyons pas envahis par des thermes extrêmes au nom totalement impossible à retenir. Certes, nous avons plusieurs peuples (Ascelliant, Hamrain, Soakyls, …) ayant chacun leur propre technologie ! Mais tout ça reste parfaitement compréhensible et agréable à lire. Les descriptions sont présentes afin de nous dépayser facilement sans pour autant nous plomber le texte. Le seul bémol étant la longueur des chapitres ! Je pense sincèrement que certains auraient pu être divisés en deux ou trois parties … Surtout que l’auteur à une écriture riche et fluide qui rend la lecture très agréable.

En bref, il est clair que je n’ai pas trouvé ce récit totalement addictif dû aux longueurs des chapitres qui alourdissent un peu le tout. Mais il est malgré tout intrigant et intéressant ! Emmanuelle Amadis nous transporte encore une fois dans son univers particulier. Les personnages sont attachants et leur amour est décrit avec passion. Je dis OUI !

Partenariat
Logo Sharon Kena

« Sarangins – Tome 1 : Sélog » d’Emmanuelle Amadis

Article - Présentation« L’amour tel que vous semblez le concevoir ne représente pas un dixième de la réalité de ce que je vis. J’ai accepté Chéile, mais surtout, je l’ai accepté, lui … »

Article - Résumé

Depuis leur arrivée sur terre, six ans plus tôt, les Sarangins ont trouvé leur place sur notre planète.

Ces êtres immenses, si semblables aux hommes, ont une capacité singulière qui leur permet de déchiffrer les émotions dans un simple souffle.

Cette particularité leur a permis de rester autonomes et financièrement indépendants, mais si la population a fini par les accepter, ils ont menti sur les raisons de leur présence et taisent à la planète entière ce qu’ils sont venus chercher : leur âme sœur.

Article - Mon avis

Comme toujours, je vais commencer par remercier les Éditions Sharon Kena pour m’avoir permis de découvrir ce premier tome des Sarangins. Un tome très intéressant et instructif quant à l’univers de l’auteur. Je vais m’expliquer, ne vous en faites pas ^^

Pour cette fois, je ne vais pas vous parler de l’histoire. Le résumé le fait très bien pour moi et je ne voudrais pas en dire trop non plus car ce livre mérite d’être découvert !

Au début de ma lecture, j’avoue avoir eu un peu de mal à suivre étant donné tous ces termes inconnus tels que « Sarangins », « Narkomaanis », « Chéile », « Cerdhe »… Mais l’auteure nous les explique avec une telle facilité que l’on pourrait croire qu’ils se trouvent véritablement dans un dictionnaire.  Elle sait ou elle va et c’est avec habilité qu’elle nous emporte dans son univers. Un univers très intéressant qui nous permet d’en apprendre énormément sur le mode de vie et la culture de ces êtres venu d’ailleurs.

Le seul bémol que je voudrais signaler est un manque léger d’action. Il se passe énormément de choses mais je n’ai pas vraiment ressenti cette accélération dans le récit que j’adore lors de passages plus soutenus, sous tension. C’est dommage …

Les Sarangins nous sont décrits comme des personnes d’apparence humaines, bien que physiquement plus imposantes. Même les plus fluets d’entre eux dépassent les deux mètres !
Malgré la médiatisation de leur arrivée, ils ont réussi à s’intégrer et mettent tout en œuvre afin de garder une part de mystère. Et même si les différents Cerdhe (faction) de Sarangins semblent ne pas s’apprécier, il n’en est rien. Ils se soutiendront toujours, peu importe la situation. Ils sont venus avec un but précis et ne comptent pas l’oublier.
Toutes ces explications que nous donne l’auteure nous permettent de voir ces hommes tels qu’ils sont, sans suspicion ou méfiance. Bien que certaines de leurs coutumes puissent paraître ignobles ou même choquantes, nous finissons par les accepter, tout comme l’héroïne arrive à le faire également.

Je les ai vraiment appréciés pour ce qu’ils sont, leurs caractères et leurs émotions bien souvent cachées. Evidement, certains d’entre eux sortent du lot !
Sélog, personnage principal, est assez repoussant au premier abord. Il est défiguré par une longue cicatrice courant sa joue et qui rappelle chaque jour à tout Sarangins qui le croise qu’ils ne sont pas infaillibles. Mais, une fois qu’il rencontre Elliana, on le découvre plutôt attentif et aimant. Il a un self-contrôle à toute épreuve et reste maitre de ces émotions, même dans la pire des situations.
Elliana, quant à elle, est secrétaire chez Calinuce. Avant de rencontrer Sélog, elle se satisfaisait pleinement de sa petite vie simple et tranquille. Assez timide, elle s’était un peu rapprochée d’Hellus qui lui faisait passer l’inspection des Sarangins à l’écart des autres employés. Lorsque Sélog la goutte, elle sent que quelque chose se passe. Malgré une réticence certaine, elle décide de faire confiance à son intuition et c’est sans retenue qu’elle retrouve Sélog chez lui pour ne plus jamais partir. Elle va devenir la lueur d’espoir que ce peuple attendait tant; et se découvrir certains dons également ! Elle est toute gentille et son petit côté fragile fait qu’on ne lui veut que du bonheur.

Hellus est également un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Il est plus doux et très attaché à Elliana. Il est le meilleur ami idéal, toujours présent et sachant faire passer les événements difficiles sans brutalité. Il semble également plus compréhensif aux émotions humaines. On ne peut pas faire sans l’aimer, c’est impossible.
Pas comme Anhem, le frère de Sélog, qui, très joyeux au départ, se révèle plutôt brutal lorsqu’il n’est pas maitre de la situation …

Et puis, il y a Chéile ! Même si au début, nos perceptions humaines font que ce sentiment n’est pas vraiment compréhensible, il n’en reste pas moins envoutant. C’est la découverte de ce qu’il manque, de l’amour à l’état pur. La « révélation du moi profond« . Impossible d’y résister ! Et même pour nous, lecteur, c’est un état de bonheur que l’auteure nous permet véritablement de ressentir. J’ai suivi leurs émotions et m’en suis imprégnée pour mon plus grand plaisir.

Pour résumer, l’auteure nous offre un récit magnifique et ensorcelant que je n’ai pu lâcher qu’une fois terminé. La fin nous laisse présager une suite assez joyeuse, particulièrement pour un personnage qui a su toucher mon petit cœur alors, je suis extrêmement impatiente. Et comme vous l’avez compris, je vous le recommande !!

Notification 4Partenariat215026_143892205695287_140672_n