« L’Hunter – Tome 1 : L’ange déchu » de Marion Obry

Article - Présentation

Il y a cinq ans, c’est couvert de sang et en hurlant de douleur que j’ai ouvert les yeux dans cette pièce, et cet instant s’avère être mon tout premier souvenir.

Notification 4

Article - Résumé

Il fut un temps où le monde vivait dans l’amour de Dieu et sous la protection des Anges. Dans un passé lointain, Lucifer se rebella contre eux avant de créer les Enfers. Lui, l’Ange déchu, engendra de nombreuses lignées de Démons. Aujourd’hui, il prend sa revanche sur l’humanité et sur le Ciel.

Article - Mon avis

Encore une fois, je remercie les Éditions Sharon Kena pour cette découverte lue dans le cadre de leur Masse Chronique de Juin. Je pensais sérieusement ne pas pouvoir mettre ma chronique à temps mais finalement, la voici ^^

Il est loin le temps ou le monde vivait en paix ! Aujourd’hui, la terre est envahie de démons, ces êtres maléfiques engendrés par Lucifer afin qu’il prenne sa revanche. Seuls les hunters, Chasseurs de génération en génération, peuvent les combattre. Parmi eux, Cal, faisant partie de la Guilde depuis 5 ans. Mais aussi Sébastian, plus sombre et mystérieux. Mais ils étaient loin de s’imaginer le plan mis en place par Lucifer …

Un des points forts de ce roman est sans aucun doute le fait que l’action commence dès les premières lignes. L’auteure ne s’attarde pas sur des explications inutiles et nous plonge directement au cœur de l’histoire ! Les explications viennent plus tard, au fur et à mesure des chapitres et c’est ce qui nous permet de prendre gout à l’intrigue. Une intrigue que j’ai d’ailleurs trouvée très bien ficelée et mise en place.

L’univers dans lequel nous évoluons à travers les personnages est assez sombre mais intéressant. Certes, les âmes sensibles pourraient être heurtées par certains passages ou l’auteure nous donne des descriptions extrêmement détaillées. Ok, c’est plutôt sanglant et bien dégueulasse mais ces « phrases chocs » font partie du pourquoi j’ai apprécié ma lecture.

Le cadavre se décomposait rapidement, et les odeurs de putréfaction n’avaient rien de bien agréable. Déjà, des mouches étaient en train de pondre sur les plaies, des vers venaient sucer délicieusement sa peau, se délectant de la viande cuite, du pus sulfureux qui s’échappait de quelques endroits dans sa bouche.

Concernant les personnages, Cal est plutôt du genre discret, qui n’en dit pas beaucoup sur lui. Il combat ces monstres sans réelle envie de les tuer … Il est plutôt gentil et attentif. Ces rêves étranges à propos de Lucifer ainsi que sa perte de mémoire nous mettent tout de suite la puce à l’oreille, il n’est pas humain ! Du coup, la révélation finale n’en est pas vraiment une mais bon …

J’ai également bien apprécié Sébastian qui est l’exact opposé de Cal. Son caractère est plus sombre, plus brute, plus piquant. Mais il n’en est pas moins attachant pour autant, au contraire, il n’en est que plus mystérieux et intrigant.

Et puis, il y a le mystère tournant autour de Sceza, la vampire que Cal a sauvé. On se sait pas vraiment qui elle est, ni pourquoi elle s’associe à l’Hunter. J’ai donc plutôt hâte de lire la suite afin de la découvrir plus en profondeur et de savoir quel sont ces véritables motivations et ces intérêts.

Après tout, avant d’être un monstre, il était né enfant de Dieu. Jamais le Chasseur ne devait l’oublier. Tous ceux à qui il ôtait la vie n’étaient pas venus au monde dans le but de massacrer, de tuer et de dévorer.

Malgré tous ces bons points, je dois quand même souligner que le livre est très (trop ?) court. C’est une bonne mise en bouche mais j’aurais voulu en savoir un peu plus …
Cependant, l’action est relativement présente tout au long des chapitres et je ne me suis pas ennuyée du tout. J’ai apprécié de retrouver la plume de Marion Obry que j’avais déjà bien aimé lors de ma lecture de « Une vie par delà la lumière ». Je sais que ces deux publications ne sont pas vraiment comparables mais, à choisir, je préfère quand même le style de ce dernier ^^

En bref, ce n’est pas un coup de cœur mais une bonne lecture intrigante et intéressante !

Partenariat
10300524_533225013448336_5645517918193651602_n

« Une vie par delà la lumière » de Marion Obry

Article - Présentation

« Il est moi, comme je suis lui … nous ne sommes qu’un ! »

Article - Résumé

À l’insu des humains, sous terre, vit un peuple aussi étrange que dangereux.

Magnifiques créatures à la peau pâle, aux traits gracieux et aux ailes élégantes, elles auraient tout des fées si leur régime alimentaire n’était pas uniquement composé de sang frais…

Article - Mon avis

J’avais entrevu pas mal d’avis globalement positif sur ce livre mais, le résumé étant extrêmement résumé, j’avais peur que le livre soit quelque peu trop rapide ou bâclé. Dans ce cas, autant se faire son propre avis et c’est donc avec une certaine réticence que j’ai entamé cette lecture qui finalement fût, malgré quelques points noirs, très agréable !

Yaëlle est une jeune fille de 16 ans vivants sur terre en compagnie de sa mère. Kyhaël, lui, est une créature vivant dans un monde souterrain, celui des fées. Vu comme ça, ils sont totalement différents mais un lien très fort les unis et va les réunir. Je n’en dirai pas plus car je ne voudrais en aucun cas vous spoiler concernant les liens qui unissent les différents personnages ainsi que leur histoire personnelle.

Dès le prologue, j’ai été intriguée ! Étant donné que le résumé en 4ème de couverture est très court, nous n’avons donc aucune indication pour nous guidée, les questions ont alors fusé dans ma tête : Qui sont-ils ? À quoi ou à qui veulent-ils échapper ? Et pourquoi ?

Ensuite, viennent les explications. Les points de vue de Yaëlle et Kyhaël sont donnés en alternances, ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble sur l’histoire et de mieux comprendre ce lien qui les unis ainsi que la place de chaque personnage. Nous les suivons dans leur vie, apprenons à les connaitre et je me suis rapidement attachée à eux grâce à cela. D’un côté, la vie d’une lycéenne avec ces hauts et ces bas. De l’autre, celle d’un prince ou le mensonge et la cruauté sont omniprésents.

Mais (parce que oui, il y a un mais), cette alternance nous donne également beaucoup de redondance … Lorsque Yaëlle et Kyhaël sont réunis, les chapitres sont répétitifs et lire deux fois la même chose est assez lassant. Ils nous apportent certaines précisions parfois, je ne dis pas le contraire ! Mais j’ai quand même été dérangée par cette répétition de scènes et de dialogues qui fait que j’ai été beaucoup moins intéressée par le récit.

À part ça, le fait de revisiter le mythe des vampires et des fées en une seule et même personne est novateur et original. L’histoire est très bien ficelée et du coup, cette nouvelle créature m’a paru presque réelle, me faisant ainsi oublier les vampires et les fées plus classiques. Mais cette facette les rend également plus menaçants ! Elles sont extrêmement cruelles et sans cœur, ne voyant les humains utiles que pour leur servir de repas. Heureusement, ils ne sont pas tous comme ça et vont se rebeller.

Au niveau des personnages, j’ai tout d’abord adoré l’originalité de leurs noms. Ils sont à la fois peu commun et très recherchés. J’ai également apprécié de les découvrir au fur et à mesure de l’histoire même si, quelques réflexions de certains nous donnent des indications quant à leur véritable identité.

Au début, j’ai perçu Yaëlle avec une grande solitude. Elle n’a pas d’amis si ce n’est Erwan, un garçon très populaire et convoité par toutes les filles du lycée à un point qu’elle se demande pourquoi il reste auprès d’elle, alors qu’elle n’est certainement pas aussi jolie et intéressante que les autres. Il est le meilleur ami idéal, toujours prévenant et prêt à la défendre envers et contre tous.
Elle va passer des moments difficiles et douloureux où je me suis prise d’affection pour cette fille d’apparence banale que les plus populaires prennent un malin plaisir à rabaisser afin d’arriver à leurs fins.
Kyhaël est plus sombre bien que tout aussi attachant ! Il vit dans les ténèbres avec le roi Lukas qui voudrait réduire les humains à l’état d’esclaves alors que lui lutte contre sa nature et déteste se nourrir de leur sang même s’il ne peut pas toujours s’en empêcher.
Quant au roi Hydrosiac et à la reine Reilla, ils sont tous deux très protecteurs et aimants. Ils sont bien décidés à évincer Lukas afin de reprendre leurs places de monarques et sont prêts à tous les sacrifices pour y parvenir.

Marion Obry m’a emmené dans son monde cruel et sanglant grâce à une plume entrainante et très agréable à lire. J’avais peur d’être déçue en voyant le dénouement arriver trop vite mais ça n’a pas du tout été le cas. Elle sait ou elle veut en venir et même si au début je me suis posée beaucoup de questions concernant les liens unissant les différents personnages, je ne me suis à aucun moment sentie perdue. Chaque rebondissement et révélations sont dévoilés au bon moment et parfaitement intégrés dans l’histoire.

En bref, ce n’est pas un coup de cœur tout simplement parce que la répétition de certaines scènes m’a fait perdre de l’engouement mais c’est malgré tout une magnifique histoire, originale et créative.

Notification 4