« Les Radley » de Matt Haig

Article - Présentation

« Il est parfaitement possible d’habiter à côté d’une famille de vampires sans jamais soupçonner
que ceux que vous appelez vos voisins ont peut-être le désir secret de vous sucer le sang. »

Article - Résumé

Ils n’ont qu’une addiction : le sang. Mais depuis plus de vingt ans, ils ont décidé de renoncer à leur péché mignon et de se désintoxiquer. Pas facile d’être un vampire urbain au XXIe siècle !
Dans une banlieue british tout ce qu’il y a de plus respectable, la famille Radley essaye désespérément de se comporter comme « des gens normaux ». Mais des vampires de souche peuvent-ils définitivement refouler leurs désirs et leurs instincts ? Pas sûr…

Article - Mon avis

Dans ma PAL depuis quelque temps, je me décide enfin à dépoussiérer « Les Radley » ! La couverture est assez simpliste et le résumé ne m’attire pas trop mais ça touche aux vampires et j’aime ça. Après lecture, je me dis qu’il aurait pu continuer à prendre la poussière ….

La famille Radley vit à Bishopthorpe, un pittoresque village anglais d’apparence très tranquille. Peter et Helen, les parents, font tout pour vivre comme tout le monde, cachant ainsi leur véritable nature aux yeux de tous et également à leurs enfants, Rowan et Clara. Mais leur vie va prendre un tout autre tournant le soir où Clara se fait agressée. Alors que Harper essaye de la violer, elle se défend comme elle peut en le mordant à la main. Dès lors que le sang se met à couler dans sa gorge, elle se sent revivre et en pleine forme. Comme une soif jamais ressentie mais enfin étanchée. Elle le vide de son sang et le laisse mort dans un champ avant d’appeler ses parents. À partir de ce moment, Il est temps pour Helen et Peter d’avouer à leurs enfants ce qu’il cache depuis maintenant 17 ans …

Dans ce romain, l’auteur a eu l’originalité de moderniser les vampires pour les rendre presque crédible tout en gardant certains clichés bien connus tels que leur dégout de l’ail. Mais le manque cruel d’action et bons nombres de situations que l’on voit venir à des kilomètres a fait que je n’ai pas accroché. Globalement, l’histoire est pas mal mais les personnages ne sont pas attachants et je n’ai pas du tout apprécié le style d’écriture …

Au niveau des personnages justement, je les ai trouvé limite inintéressants ! Ils manquent de charme et de mystère. Je n’ai pas réussi à m’attacher à l’un d’eux si ce n’est à Rowan, uniquement parce qu’il est tellement mal dans sa peau qu’il me faisait de la peine.  J’ai l’impression que l’auteur a voulu nous en dire trop sur leurs passés, sur les différents liens qui les unissent et est passé totalement à côté de l’aspect affectif. De plus, il utilise énormément de références, que ce soit littéraire ou musical. Je suis sur que ça peut en intéressée plus d’un mais, personnellement, j’ai été bassinée par tout ça !

Les chapitres sont très court (3 à 4 pages en moyenne) et passent d’un personnage, d’un lieu ou même d’un temps à l’autre. Le tout dans un rythme qui n’est pas assez entrainant et limite ennuyeux. Le style d’écriture ne m’a pas touché et j’ai été dérangée par certaines erreurs de ponctuation. Je ne suis pas experte dans ce domaine mais le manque de virgule et bons nombres de phrases supra-courtes n’a rien arrangé …  Je vous donne un exemple :

« J’ai passé un an à Valencia. Pour finir à Manchester. C’est sans risque. Pour les vampires. Il y a une sorte de réseau de soutien. »

Bon, j’avoue, c’est le pire exemple ^^ Mais c’est comme ça très souvent au fil des pages et ça m’énerve plus qu’autre chose car mon cerveau passe son temps à refaire la ponctuation afin d’avoir des phrases plus longues et plus agréables.

Que dire d’autres si ce n’est qu’il ne se passe pas grand-chose d’inattendu ? Je ne sais pas à quoi je m’attendais en entamant cette lecture mais surement pas à ça … Il se lit très vite mais j’ai eu l’impression de perdre mon temps !

Je sais que cette chronique n’est pas très sympathique mais que voulez-vous, tout ne peut pas plaire à tout le monde …

Notification 1