« Bora Bora’s Bitches – Volume 2» de Jacinthe Nitouche

Article - Présentation

Le tome de la maturité.
Non, j’déconne !

Coup de coeur

Article - Résumé

Tu pensais être tranquille ? Tu croyais qu’elles coulaient des jours paisibles dans l’anonymat le plus total ? Naïf.

Phillis défraie toujours autant la chronique avec sa chandelle de feu. Jane sauve encore plus de vies. Petra n’est pas sortie des méandres métaphoresques guêtapiques. Jacinthe est plus fan que jamais de Larusso. Quant à Mme Gandus, elle essaie envers et contre tout de les faire virer par le syndic.

Accroches-toi à ton string, elles reviennent et ça va swinger dans les chaumières, surtout au 4A.

Prêt pour un deuxième effet Bora-Bora !

Article - Mon avis

Avant toute chose, je tiens à remercier les Éditions EdiBitch. Non seulement pour ce partenariat ponctuel mais surtout pour cette lecture totalement démente ! Je savais, bien avant de commencer ma lecture, que ce 2ème volume serait une tuerie et je ne m’étais pas trompée, que du contraire ! Dès les premières lignes, le ton est donné et c’est le début d’un pur moment de folie, de détente, d’humour et de vulgarité aussi. Mais après tout, c’est comme ça qu’on les aime nos morues ^^

– Chaton, tu l’as dans la peau ce type.
– Pour tout te dire, je préférerais l’avoir dans la chatte.

En bref (je sais, normalement, c’est à la fin le « en bref » mais je pense que cette chronique ne va suivre aucune règles ^^), c’est une lecture qui fait du bien par où elle passe ! Je suis momentanément décédée (une minute de silence s’il vous plaît ! … … … … … Merci pour moi !) des millions de fois pour des raisons différentes, que ce soit tellement je rigolais ou simplement parce que j’avais envie de chialer toutes les larmes de mon corps devant cette formidable amitié que nous livre l’auteur.

Parce que oui, nos héroïnes de « Bora Bora’s Bitches » sont peut-être un tantinet (quel euphémisme !) vulgaires et trash, mais elles s’aiment avant tout ! Et cet amour, l’auteur arrive à nous le transmettre parfaitement bien, elle arrive à faire en sorte qu’on ait l’impression de faire partie de cette bande de dégénérée du cerveau et ça, c’est topissime !

– On est là. On sera toujours là, me murmure Jane.

Et tant que je parle de vulgarité, autant prévenir tout de suite, cette lecture ne plaira pas à tous ! Si vous faites une allergie aigüe a tout ce qui est gros mots, insultes et synonymes sexuelles en tous genres, passez votre chemin car, tout comme le premier tome (comment ça tu ne l’as pas lu ? C’est une blague ?? Je suis choquée …), c’est ce qui rythme l’histoire, la base des dialogues de nos folles furieuses ^^

Mais si dans le cas contraire, ce genre de langage ne te dérange pas (voir, si ça t’excite, pourquoi pas … hum hum), ce livre est fait pour toi ! Il deviendra alors ton objet fétiche, ton saint Graal, que dis-je, ton gourou du rire et de la bonne humeur !

Je parle beaucoup de rire (et de joie dans ton tanga ^^) dans cette chronique mais, quand tu le liras, pense à moi et prépare aussi quelques mouchoirs. Particulièrement pour la fin, si tu veux tout savoir. Parce que la Jaja, pour te pousser la larme à l’œil, elle est championne aussi !

Quoi ?
Biroute ?
Ce dico de merde est sérieux ? Il me transforme bisous en biroute ! Mais c’est quoi ce dico obsédé de mon cul ? Je vais le tuer.

Et là, tu te dis « bon, on a compris, elle a kiffé sa race, mais l’histoire dans tout ça ? ». Ce à quoi je te répondrais «  lis, et tu verras ». Entre amour et amitié, ce livre ne se raconte pas, il se lit, tout simplement ! Je ne peux pas vous expliquer comment évolue l’amitié entre Jaja, Pétra, Jane et Phillis ; tout comme je ne peux pas vous raconter où en est Jaja dans sa « relation » avec son connard sexy de 4B (qui, entre parenthèses, à un nom ! ENFIN !! Tu veux savoir ? … Même pas en rêve ma grande !), je ne peux pas non plus vous raconter comment Jane est devenu une accro des licornes ou encore, pourquoi cette couverture est totalement en adéquation avec ce tome, … Je vous flinguerais carrément la totalité du livre et ça, ce ne serait pas cool du tout !

– C’est magique, une licorne.
– C’est juste un cheval avec une bite sur le front, ça n’a rien de magique Jane, dis-je au bout du rouleau.

Tout ce que je peux vous dire, c’est que ce tome est un condensé de bonnes choses : des filles complètement barrées, un 4B encore plus sexy que dans le premier tome (si, si, c’est possible), de l’amour, de l’amitié, de la joie, de la bonne humeur, de l’émotion, des larmes, des fous rires … Mais également tout un tas d’autres choses que je vous laisse découvrir par vous-même !

En bref (encore un tien …), ça a été un réel bonheur de replonger dans leur univers et de retrouver la plume si … particulière de Jacinthe Nitouche ! Mais (oui, il faut bien un « mais » quand même) un bonheur de trop courte durée et qui me laisse comme un petit sentiment de frustration ! Oui oui, je suis frustrée !! Pourquoi ? Parce que cette fin est juste impensable, inimaginable, atroce même ! Enfin, non, pas tout à fait car j’ai adoré du premier au dernier mot de ce tome mais ce n’est pas une raison valable ^^

Je me rends compte que cet univers m’avait manqué, que nos morues m’avaient manqué et qu’elles me manqueront encore certainement d’ici à la sortie du tome 3 ! Si tome 3 il y a, bien évidemment. Ce que j’espère !! Je croise les doigts, les orteils, les bras, les jambes, les cheveux, les poils … Tout ce que je peux pour que oui, il y ait un 3ème tome !

Et puis leurs noms, quoi ! Javotte et Anastasie ! Déjà dans ton oreille, ça grince plus que ça ne chante. Mais tout ça, mon gros, ce sont des signes, bordel ! s’indigne Pétra.

Soit, tu l’auras compris, j’ai pris mon pied avec cette lecture ! Toutes ces histoires « sexo-amico-poilesques » sont à mourir ! Ce livre est un antidépresseur à lui tout seul alors, si tu es dans l’incertitude de te pendre par les pouces dans les minutes qui suivent, patiente un peu et part à la découverte de « Bora Bora’s Bitches », elles te feront certainement changer d’avis. Et dans le cas contraire, tu mourras le sourire aux lèvres, c’est déjà ça de prit non ?

Soit, je m’égare et je commence à dire n’importe quoi … L’effet Nitouche, c’est moi qui vous le dis ! Mais j’espère malgré tout vous avoir donné envie de découvrir cet ovni littéraire.

Partenariat
Logo

Publicités

« Et si on se prostituait ? » de Eva Giraud

Article - Présentation

Alors c’est quoi le problème ? Au lieu de passer trois plombes sur le mariage gay, est-ce qu’on ne pourrait pas plutôt leur foutre la paix et s’occuper des vrais malaises ?

Notification 4

Article - Résumé

« J’ai cherché du boulot pendant quatre ans. Avec acharnement. Deux heures par jour, cinq jours par semaine. Je n’ai pas eu un seul entretien. J’ai postulé, cent fois, deux-cents fois, postulé encore. Et puis j’ai arrêté de compter.

J’ai 25 ans, je suis au chômage mais ne touche pas le chômage. Que faire quand on ne rentre pas dans les cases ? Eh bien, on fait comme moi, et comme des milliers d’autres : on cherche, on s’occupe, on travaille pour la gloire, et on prend ça avec humour. Et surtout, parfois, on a envie d’étrangler les gens qui nous disent que « quand on veut on peut ». »

Elle s’appelle Eva, elle cherche du travail depuis… toujours ? Oui c’est plus ou moins ça. Vous connaissez tous une « Eva », nous sommes tous concernés de près ou de loin par sa situation. Heureusement, Jean-Claude est là pour la soutenir. Et c’est avec humour, bien qu’avec réalisme également, qu’elle nous présente son aventure, pour ne pas dire son parcours du combattant.

« Et si on se prostituait » est un témoignage qui n’emploie pas la langue de bois et qui dénonce une réalité qui ne fait pas toujours plaisir… Mais Eva a le mérite de s’exprimer sur le sujet dans cette nouvelle dont le ton léger permet de ne pas dramatiser le sujet abordé. Car même si la situation est effectivement dramatique pour nombre de jeunes comme Eva, elle a su présenter son expérience avec du recul et un cynisme qui lui va tellement bien…

Article - Mon avis

Un grand merci à EdiBitch pour cette lecture en avant-première ! Enfin, en avant-première … C’est vite dit vu que je vous poste mon avis alors qu’il est sorti depuis plus d’une semaine maintenant. Mais vous commencez à avoir l’habitude de mes retards non ?

Étant donné le titre, je tiens à rassurer les réfractaires tout de suite, ce livre ne parle pas du tout de prostitution ! Nous allons « simplement » parcourir un bout de chemin avec une jeune fille fraichement diplômée qui, n’arrivant pas à trouver du boulot, va finir par se demander si la prostitution n’est pas le seul moyen de pouvoir gagner sa vie.

– Bonjour ! Je peux vous glisser un CV ? Vous êtes une petite structure, mais on ne sait jamais !
– Ça dépend, vous sucez ou pas ?
– Seulement pour un CDI.

Nous faisons donc la connaissance d’Eva, jeune diplômée d’un BTS édition. Elle a toujours su ce qu’elle voulait faire : directrice éditoriale ou ouvrir une librairie / salon de thé. Motivée, elle a tout fait pour y arriver. Une fois son diplôme hors de prix en poche, Eva est toute fière de se retrouver enfin sur le marché du travail et elle a hâte de pouvoir faire ses preuves. Mais elle va vite se rendre compte que la réalité n’est pas à la hauteur de ses ambitions … Elle ne compte plus le nombre de CV envoyé alors que les réponses, elles, se font toujours attendre … Sans expériences ni relations dans ce domaine, les portes se ferment les unes après les autres. Mois après mois, nous allons donc suivre la galère d’Eva.

Le néant total. Je nage dans un océan de rien. Un océan d’absence de réponse à mes candidatures.

De désillusions en désillusions, l’auteur nous transmet ce témoignage sous forme de « journal intime » avec beaucoup de sincérité et d’objectivité sur la société dans laquelle nous vivons.
Nous ne sommes pas dans un récit rempli d’intrigues et d’amour ! Cette nouvelle est un témoignage grave qui « dénonce » le parcours du combattant d’une chômeuse à la recherche d’un emploi.

Décrit avec sarcasme mais justesse, il est touchant et surtout d’actualité ! Cette histoire vraie en touchera plus d’un. Après tout, nous avons déjà tous étés, ou connus, une Eva dans notre vie …

Partenariat
logo-blog-partenaire

« Bora Bora’s Bitches – Spine off : Gode Save The Pine » de Jacinthe Nitouche

Article - Présentation

– Tu fais chier, Phillis.
– Oui, je sais, c’est un don.

Notification 5

 Article - Résumé

Âmes sensibles et personnes à la santé fragile s’abstenir... si tu ne supportes pas la vulgarité et que le langage cru te donne de l’urticaire ceci n’est pas pour toi…

Je me regarde dans le miroir et remercie dame Nature de m’avoir autant gâtée. J’ai de grands yeux gris et des cheveux noirs coupés très courts pour faire ressortir mes traits fins. Je mesure 1,67m et je suis parfaitement équilibrée. J’aime mettre en valeur ce que je vois. Pourquoi cacher ce don qu’on m’a offert ? Ce serait un sacrilège. Je ne vous l’ai peut-être pas dit, mais j’ai une très grande confiance en moi qui me permet de me sortir de toutes les situations sans en pâtir. C’est grâce à elle que je survis dans cette jungle. Je n’ai pas peur de rencontrer des problèmes dans ce monde parce que je suis les problèmes. Je peux vite devenir ton pire cauchemar. Je suis ce qu’on appelle une garce ! Et je l’assume totalement. Pour le moment, c’est même ma seule raison de vivre.

Article - Mon avis

Comme toujours, je voudrais dire un grand merci à EdiBitch pour cette lecture en avant-première ! Bon, ok, mon avis a mis du temps à arriver et je suis sûr que beaucoup d’entre vous l’ont déjà lu du coup mais que voulez-vous, il y a des périodes comme ça ou rien ne va et le retard s’accumule …

Soit, revenons à nos moutons … Ou plutôt, à notre bitch ! Parce que Jacinthe Nitouche nous offre encore une fois, grâce à ce « spine-off » de la grande BA (et ne pensez pas à « bonne action » quoique, ça fonctionne aussi ^^ Comprenez plutôt « Bitch Attitude« ) !

J’imagine que vous avez déjà tous lu « Bora bora’s Bitches » (Quoi ?? Pas encore ?? Mais t’attends quoi ??) et que, de ce fait, vous connaissez déjà notre héroïne du jour, j’ai nommé : Phillis, une de nos quatre morues préférées (avec Jaja, Jane et Petra) ! Nous la retrouvons dans toute sa splendeur et ce, pour notre plus grand plaisir, avouons-le ^^

La vie est une pute, mais je suis pire qu’elle.

Phillis est du genre … Garce ! Mais pas la garce de base, non de non ! C’est un phénomène à elle toute seule. Elle ne perd pas son temps en banalité, elle est plutôt du style « droit au but ». Elle ose tout, sans aucune gêne, que ce soit avec une femme ou un homme; tant qu’elle prend son pied, c’est du pareil au même après tout. Et quand elle n’a personne, Roberto prend le relai, toujours prêt ! Les nouvelles sensations, c’est ce qu’elle aime. Elle vous énervera peut-être mais vous l’envierez malgré tout juste pour son côté « libérée ». Phillis n’a pas sa langue dans sa poche non plus ! Que ce soi avec ses amis ou sa famille, elle n’hésite pas à remettre tout le monde à sa place. Elle a un caractère bien trempé et des paroles plutôt acerbes.

Je ne suis pas de ces filles que l’on brise avec un coup de reins un peu trop agressif. Moi, au contraire, j’aime qu’on me baise fort et bien.

Ce spin-off, totalement dans la même lignée que « Bora Bora’s Bitches », est placé sous le signe de la détente, de l’humour et de la joie ! C’est un véritable plaisir de retrouver la plume vulgaire et sans détour de Jacinthe Nitouche et de découvrir la fameuse rencontre entre Phillis et nos trois morues. Je me suis éclatée et cette lecture de 40 pages s’est faite avec le sourire aux lèvres du début à la fin !

Si vous n’avez pas encore succombé, n’hésitez pas à vous rentre sur la boutique en ligne d’Edibitch !

Partenariat
Logo

« R.O.S.E. L’embaumeur de Montmartre » de Fleur Hana

Article - Présentation

– Je crains que votre allumette n’ait eu un effet néfaste sur la situation …

Notification 4

Article - Résumé

Quand Lord Spencer Fitzwilliam arrive à Paris pour résoudre une affaire de meurtre, il s’imagine expédier rapidement cette corvée. C’est sans compter Rosaline Leprince et son engin diabolique plus communément appelé bicyclette.
Ce qui aurait dû être une mission en solo devient le pire cauchemar de l’anglais.
Il en viendrait à se demander si un tête-à-tête avec la créature tueuse de danseuses de cabaret ne vaut pas mieux que la compagnie de la parisienne excentrique…?

Article - Mon avis

Tout d’abord, je remercie les Éditions EdiBitch pour ce service presse et m’excuse pour le léger retard (je suis dans les temps mais je préfère poster mon avis avant la sortie et là, c’est loupé …).

Fleur Hana nous plonge dans un Montmartre des années 1890 assez sombre. Plusieurs danseuses du célèbre Moulin Rouge sont les victimes d’un tueur en série.
Lord Spencer Fitzwilliam est envoyé par l’agence « R.O.S.E .» afin de menée l’enquête sur le terrain. Mais il ne s’attendait pas à devoir faire équipe avec Rosaline Leprince, une journaliste assez débridée. Entre le Lord, assidu des bonnes manières, et la jeune femme, avant-gardiste, l’enquête ne risque pas d’être dès plus calme !

L’ambiance de ce roman joue sur deux tableaux. D’un côté, nous avons les spectacles de cabaret et ces paillettes. Et de l’autre, un côté plus sinistre avec ces ruelles sombres et dangereuses. Et l’auteur arrive parfaitement à nous décrire tout ça afin de nous emporter dans son monde, même si Paris nous est inconnu. Sa plume est plutôt additive et elle sait maintenir le suspense jusqu’au bout ! En nous offrant quelques points de vue de la créature meurtrière, elle sait tenir notre curiosité en éveil sans nous en dévoiler de trop. Le vocabulaire est d’époque mais de circonstance et cela ne gêne en rien la lecture.

J’ai également apprécié le fait que chaque fin de chapitre soit ponctué d’une illustration représentant les personnages ou les différentes inventions dévoilées dans le récit. On voit qu’il y a eu un réel travail de recherche et d’originalité ! Ces illustrations signées par Alexander Ciano sont tout simplement très jolies.

Sans titre-1  Sans titre-2

Mais, le réel point fort reste malgré tout les personnages ! Ils ont du caractère, et le fait qu’ils soient très différents nous donnera quelques scènes plutôt cocasses.

Rosaline Leprince est une jeune femme en avance sur son temps qui apprécie la modernité des choses. Dans une époque d’hommes, elle n’hésite pas à remonter ces jupes, à fumer ou à écouter aux portes. Sur sa bicyclette, elle n’a pas peur de mener l’enquête sur le terrain afin d’écrire des articles qui feront la une et, qui sait, un jour, pouvoir signer un de ces articles de son nom et non plus sous son pseudonyme. Malgré son tempérament cyclonique, c’est une journaliste méritante qui a prouvé ses capacités à maintes reprises.

Lord Spencer Fitzwilliam est l’opposé de Rosaline. C’est l’anglais par excellence, avec ces bonnes manières et sa redingote noire. C’est un gentleman, un homme respecté et respectable qui ne s’octroie aucune excentricité. Toujours impeccable et droit, il travaille pour l’agence britannique « R.O.S.E. », une organisation secrète et mystérieuse. Mais il n’est pas fait pour le terrain et ça se ressent. Si sa mère n’était pas la directrice de cette agence, il serait resté à Londres afin de continuer à inventer des artéfacts utiles aux vrais agents de terrain. Et même s’il m’a donné très envie de lui retirer le balai de son c**, c’est un personnage qui sait se faire apprécier.

Autre petite chose, l’apparition de Toulouse Lautrec ! C’est peut-être juste à cause de mes études d’art mais j’ai beaucoup apprécié ce petit clin d’œil. Sachant qu’il a fait quelques tableaux ainsi que quelques affiches pour le Moulin Rouge à cette époque, j’ai trouvé ces apparitions très judicieuses et ça m’a fait sourire ^^

En bref, Fleur Hana mêle à merveille une ambiance d’époque, l’aventure et le paranormal. Je vous conseille d’aller vite vous le procurer sur la boutique EdiBitch. 2,99€ pour un très bon moment de lecture !

Partenariat
logo-blog-partenaire

« Bora Bora’s Bitches – Bonus : 4B » de Jacinthe Nitouche

Article - Présentation

Je ne lui laisse plus que cinq secondes avant de la plaquer face à cette paroi, soulever sa robe … plus que quatre … elle est contre moi … plus que deux …

Notification 5

Article - Résumé

4B, c’est le voisin dit « le connard sexy » de Jaja.
Cette scène bonus est relatée de son point de vue.

Attention ! À ne pas lire au risque de vous spoiler Bora-Bora’s Bitches !

Article - Mon avis

Je ne sais pas vraiment si cet avis sert à grand-chose mais ce n’est pas grave, j’avais quand même envie de partager ces quelques minutes de lectures avec vous.

Quelques minutes parce que oui, ce bonus de « Bora Bora’s Bitches » est assez court … Snif … Je serais bien restée un peu plus longtemps en compagnie de 4B ! Même en 6 pages, il est craquant ce « connard Sexy », faut bien se l’avouer ^^

Ce bonus nous permet d’en savoir un peu plus sur le personnage de 4B, son enfance qui n’a pas été des plus stables, sa famille mais aussi sur son choix de se diriger vers la boxe comme défouloir.
Et, pour mon plus grand plaisir, un des passages de « Bora Bora’s Bitches » avec notre phénoménale Jaja. Et même si ce n’est que quelque ligne, j’ai bien apprécié cette scène du point de vue de 4B.

Et puis, ce fût un plaisir de retrouver la plume si franche et déjanter de Jacinthe Nitouche. Qui est, qu’on se le dise, toujours aussi subtile 😛

Soit, vous l’aurez compris, si vous avez lu « Bora bora’s Bitches » vous ne pouvez qu’aimer ce petit bonus !
Quoi ? Vous ne l’avez pas encore lu ? Mais qu’attendez-vous ?? Il est disponible gratuitement sur la boutique en plus, vous n’avez donc aucune excuse 😛

Partenariat
Logo

« Sexy No » de Rose Darcy

Article - Présentation

Vous la connaissez toutes, celle-là, c’est la voix qui dit, dans un souffle à peine exhalé, « tu as envie de moi ». Elle vous prend en traitre, à chaque fois.

Notification 4Article - Résumé

Vous voyez le canon sur la couverture du livre, juste là ? C’est No.
« Eh oui public, c’est moi ! Enchantée. Je sens qu’on va bien s’entendre vous et moi. »
No n’a rien d’un top-modèle…
« Hey, je te permets pas ! »
… elle est ronde…
« Qu’est-ce que deux kilos en trop ? Bon, peut-être dix, en fait. »
… belle et sexy.
« Voilà qui est mieux, non mais ! »
Elle mène une vie plutôt déjantée et délirante…
« Ça, tu peux le dire ! Au fait, c’est pas en haut de la grande roue que je me suis réveillée ce matin ? »
… joue de ses atouts pour séduire…
« Tous les mecs craquent pour moi. Si, si, je vous assure ! »
… humour et charme sont ses armes fatales.
« Viens-là, Mel. T’es quand même plus sexy en kilt, toi, tu sais ? »
Bref, No est une femme moderne, légèrement garce sur les bords…
« Comment ça, moi, une bitch ? Ok, j’avoue, peut-être un peu. »
… avec un cœur guimauve à l’intérieur.
« Comme les nounours au chocolat. Hum, j’aime le chocolat… *bave* »
Un seul homme a réussi à l’atteindre avant de tout faire foirer.
« Ouais, Greg l’infâme. Le pire connard de l’univers. Mais pourquoi faut-il qu’il me fasse craquer comme ça ? C’est pô juste ! »
Découvrez ce qui se passe quand ces deux-là se retrouvent après des années passées loin l’un de l’autre.
« Comment ça, Greg débarque ? C’est une blague, hein ? Allez, arrête de déconner la voix off. Il ne peut pas revenir, impossible. Il est très bien là où il est. N’est-ce pas ? »
No n’est pas au bout de ses surprises et vous non plus.
« Ça, j’en ai bien l’impression. Au secours !!! »
Bienvenue dans l’univers farfelu et décapant de No. Attention à l’atterrissage !

Article - Mon avis

Comme toujours, avant de vous donner mon avis sur cette lecture, je tiens à remercier EdiBitch pour ce service presse ! Merci la Team Bitch 🙂

Cette fois, c’est une nouvelle numérique que vont prochainement publier les Éditions EdiBitch. Une nouvelle qui ne fait pas dans l’originalité mais très agréable quand même !

Lors d’une soirée, Noéline – No – voit son ex se diriger vers elle pour lui demander des explications quant à son mutisme envers lui. Ni une, ni deux, elle le provoque sur ces prouesses sexuelles afin de le remettre à sa place. Décidément, il n’a pas dû comprendre le concept de « coup d’un soir » ! Parce que oui, No ne s’attache pas ! Elle vit au jour le jour et les relations stables, très peu pour elle … Mais, lorsqu’elle revoit Greg, son amour d’enfance qu’elle n’a jamais vraiment oublié, ces sentiments sont contradictoires. Entre l’envie de lui sauter dessus où le gifler, son cœur balance. Lui qui n’a jamais fait attention à elle, qui la surnommait « Willy » à cause de ces quelques kilos en trop, aurait-il changé ?

Concernant l’histoire, comme je le dis plus haut, nous ne sommes pas vraiment dans l’originalité. Des sentiments compliqués, une confiance à donner après une enfance difficile, …  Ce qui fait le point fort de cette nouvelle, c’est bien le personnage de No !

No est physiquement assez « banal ». Elle fait partie de ces filles qui ont quelques kilos en trop mais les assume et serait presque prête à les revendiquer ! À raison, car No est belle et sexy. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux avoir une viande à mâcher qu’un os à ronger ?
Mais malgré tout, sous cette carapace de femme sûre d’elle, se cache un petit cœur brisé dès l’enfance à cause d’un surnom qui lui a été donné pour ces fameux kilos en trop.
Elle a également du caractère et de la répartie à toutes épreuves ! Mais sa confiance en elle va en prendre un coup lorsqu’elle se retrouve avec Greg. Face à lui, elle se revoit comme la baleine que personne ne veut …

Greg, quant à lui, est le beau mâle par excellence ! Mannequin, il rentre tout juste à Paris après avoir vécu plusieurs années en Californie. Il a tout quitté pour une personne : No ! Par sûr qu’elle lui laisse sa chance aussi facilement mais il est bien décidé à lui parler franchement. Et même si, au début, je le voyais plus comme un beau parleur, je l’ai finalement découvert assez romantique et attentionné.

Ces deux personnages très attachants vont nous donner une petite histoire très agréable et rapide à lire, presque trop rapide même. Car le style d’écriture, naturelle et vivant, fait que les pages se tournent vite et … Ho, c’est déjà la fin 😦

En bref, une nouvelle fraiche et agréable. N’hésitez pas à vous rendre sur la boutique dès le 15 février pour vous laisser tenter. Surtout qu’à 0,94€, vous n’êtes vraiment pas volé et  je vous garantis un petit moment de lecture bien sympathique !

Partenariatlogo-blog-partenaire

« Bora Bora’s Bitches » de Jacinthe Nitouche

Article - Présentation

En gros, je peux dire que j’ai tellement la tête dans le fion que mes cheveux sentent le cul, quant à mon déo, ça fait à peine 1h30 que je suis debout et il s’est déjà barré à Copacabana avec son pote le brushing. J’ai envie de dire : GROS BATARD !!!

Coup de coeur

Article - Résumé

Avant toute chose, je préfère prévenir : âmes sensibles et personnes à la santé fragile s’abstenir... si tu ne supportes pas la vulgarité et que le langage cru te donne de l’urticaire ceci n’est pas pour toi… Si tu fais également une réaction cutanée aux notes de bas de page, tu risques d’être déçu. Après j’ai envie de dire : advienne que pourra !!!

Que dire à part que je vis, ou plus exactement j’essaye de survivre, avec trois filles plus cinglées les unes que les autres : Pétra Van de Pute, Jane Moreau et Phillis Pine, dans un endroit que nous avons rêveusement surnommé « Bora-Bora ». Oui, sur le papier ça peut envoyer de la bûchette, mais dites-vous que dans la vie c’est pire. Pour épicer le tout, un mâle de nature indéterminée, qui a le don de me mettre le téton en érection et la vulve au court-bouillon, est apparu subitement sur notre palier.

Vous allez donc suivre une année de notre merveilleux quotidien, et quel quotidien !

Quoi ?

C’est moi qui raconte, je ne vais pas vous dire que notre vie est aussi molle que le périnée de Mamie Nova, ce ne serait pas crédible.

Voilà, alors après, il ne vous reste plus qu’à mélanger tout ça dans un shaker, verser le cocktail dans un joli verre avec une paille et le déguster amoureusement.

Article - Mon avis

Tout d’abord, un grand merci aux Éditions Edibitch pour ce partenariat ! J’avoue avoir envoyé ma candidature avec une toute petite réticence quant à leur ligne éditoriale mais, finalement, j’en ressors totalement conquise ! Et, comment ne pas l’être avec cette première publication ?! Un régal total, du pur bonheur !!

Cette publication m’a envouté l’esprit ! Impossible de quitter Jaja et ces amies plus de 5 minutes. Et même une fois terminé, elles n’ont pas quitté mon petit cerveau de sitôt. À un tel point que j’en suis encore tout excitée (façon de parler bien sur). Je vous écris mon avis alors que je l’ai fini il y a une grosse semaine et j’ai cette furieuse envie de vous en dire plein (trop même) de chose ! Mais je vais bien réussir à me concentrer 5 minutes j’espère (ou pas … Veuillez m’excuser, déjà, au cas où ^^).

Dès la première ligne, le ton est donné :

Il est 7h30, je me risque à ouvrir un œil. J’ai la tête aussi lourde que les fesses de Jennifer Lopez.

Et tout le récit est comme ça, à mourir de rire ! De quoi passer un excellent moment 100% détente ! Si ce n’est pas la grande forme en ce moment et qu’une déprime vous guette, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Ce livre ne peut que vous faire du bien !
Bon, OK, si vous faites une crise d’urticaire à la moindre grossièreté, c’est mal barré. Mais après tout, il peut peut-être vous dérider un peu ^^

Un peu plus sérieusement, ce livre a été un coup de cœur total ! J’ai adoré à tout point de vue, aucun point négatif à soulever, tout est parfait ! Des personnages hauts en couleurs, des répliques à se faire des abdos (ça tombe bien, je n’en ai pas ^^) et même des annotations totalement hilarantes.  Je ne mets habituellement pas beaucoup d’extrait mais là, je ne peux pas faire autrement :

Armande Altaï : […] Elle porte un maquillage très conceptuel à te donner envie de rendre ton déjeuner de la veille et je pense aussi qu’à force de se faire tirer la peau elle doit avoir le trou du cul à la moitié du dos … en toute amitié, bien sur.

Dites-moi comment résister ? Et, si vous me suivez, vous devez savoir que je ne suis pas forcément fan de chick-lit pourtant.

Tout commence le 9 septembre 2012 à 7h30, quand Jaja se réveille à côté de ce qui lui semble être un homme génétiquement modifié. C’est l’expérience la plus traumatisante de sa vie !
Jaja, c’est Jacinthe Nitouche, notre narratrice de choc ! Elle a 26 ans, est photographe lors d’évènements sportifs, plutôt maladroite est obnubilée par ces poils; elle roule en Vespa depuis des années et vis avec ces 3 amies dans un appartement parisien qu’elles ont joyeusement renommé « Bora Bora ». Habituellement, leur appartement est le seul occupé du palier. Mais un connard va venir s’installer au 4B et bouleverser le corps et l’esprit de notre Jaja. Un connard oui, mais quel connard !!

L’histoire est assez simple quand on y pense : Quatre amies sous le même toit, des discussions de filles à propos de mecs et de sexes très souvent (tout le temps) et un corps d’athlète pour voisin. Elles ont une façon de parler et des répliques à se fendre la poire à chaque ligne !

On suit principalement le point de vue de Jaja mais quelques chapitres racontés du point de vue de Jane, Pétra ou Phillis nous permettent d’en savoir un peu plus sur elles également. En parlant de ces trois compères, on peut dire qu’elles en jettent elles aussi ! Elles sont pleines de vie, dynamiques, extraverties pour certaines, légèrement prudes pour d’autres et surtout, remplies d’humour !

Jane est un peu (beaucoup) la Barbie du groupe. Elle adore le rose, le romantisme et ne supporte pas la vulgarité de ces copines. Mais malgré ce langage qui la choque, elle reste très attentive et prend plaisir à prendre soin d’elles.
Pétra et Jaja sont amies depuis des années et sont assez complémentaires. Elles partagent les mêmes opinions et les mêmes délires. Si l’une n’est pas bien, l’autre le ressent et vis versa. C’est une grande amitié fraternelle qui les lies toutes les deux.
Et la dernière, Phillis, alias, la Syphilis. C’est typiquement le genre de fille qui veut faire de sa vie une grande fête et profiter du moindre petit instant. Elle est le grain de folie de ces filles déjà bien dérangées ^^

Et, non, je ne l’oublie pas : 4B ! Parce que le connard sexy du 4B est aussi important dans cette histoire et surtout parce qu’il est irrésistible. Ces réflexions le rendent détestable mais son corps est plus que désirable.

Avec « Bora Bora’s Bitches », j’ai trouvé comment matérialiser la bonne humeur ! Une ambiance féminine assumée (règles et épilations sont au rendez-vous), des mecs (beaucoup), de l’alcool (trop ?) mais surtout de la joie et de l’amitié ! Parce que, comme elles le disent, c’est « elles quatre contre le reste du monde » et s’est bien ce que l’on ressent durant toute la lecture. C’en est presque touchant tellement elles sont soudées et prêtes à fracasser la tronche de quiconque voudra faire du mal à l’une d’entre elles. Et, ce à quoi je ne m’attendais pas, surtout avec ce genre de lecture, c’est de ressentir leurs sentiments aussi forts ! C’est comme si, quelque part, moi aussi, je faisais partie de leur petite bande.

Concernant l’écriture, l’auteure à une plume très fluide et naturelle. Les pages se tournent et se retournent sans que le temps n’intervienne. J’ai également adoré les références utilisées comme Larusso (que j’ai réécouté depuis et, juste pour le fun, je vous met le clip en fin d’article ^^), Twilight (mon premier amour), Ryan Gosling (j’en viens presque à l’aimer dites donc), Vampire Diaries (Damooooon ♥) et surtout, leurs discussions concernant le dessin animé « Blanche-Neige » qui est juste délirante.

Je pense que je vais simplement clôturer cet article (un peu fouilli mais j’ai eu du mal à me contenir pour le coup) en vous disant que je ne vous conseille pas ce livre, je vous l’impose ! C’est un réel coup de cœur et j’espère vraiment que vous aussi, vous succomberez à l’univers déjanté de Jacinthe Nitouche.

Partenariatlogo-blog-partenaire

Allez, faites vous plaisir et courez sur la boutique des Éditions Edibitch ! Vous pouvez même demander une dédiasse gratuitement si vous le souhaitez. Et surtout, n’oubliez pas de mettre mon adresse mail en parrainage : ddreambookine@hotmail.com ! En vous remerciant 😛

Et comme promis, le clip de « Tu m’oublieras » de Larusso ^-^