« L’épreuve – Tome 2 : La Terre Brûlée » de James Dashner

Article - Présentation

Marcher. Souffler. Endurer la chaleur.

Notification 4

Article - Résumé

Et si la vie était pire hors du labyrinthe ?
Thomas en était sûr, la sortie du Labyrinthe marquerait la fin de l’Épreuve. Mais à l’extérieur il découvre un monde ravagé. La terre est dépeuplée, brûlée par un climat ardent. Plus de gouvernement, plus d’ordre…. et des hordes de gens infectés en proie à une folie meurtrière errent dans les villes en ruines. Au lieu de la liberté espérée, Thomas se trouve confronté à un nouveau défi démoniaque. Au coeur de cette Terre Brûlée, parviendra-t-il enfin à trouver la paix… et un peu d’amour ?

Article - Mon avis

Préférant découvrir le livre avant l’adaptation cinématographique, il était grand temps que je sorte ce tome 2 de ma PAL. C’est donc chose faite ! Et je me demande sincèrement pourquoi je ne l’ai pas fait plus tôt ?!…

/ !\ Je fais toujours attention à ne pas faire de spoiler mais, au cas où, vous êtes prévenus / !\

Nous allons donc retrouver Thomas ainsi que les blocards ayant survécu au labyrinthe, tels que Minho, Newt, Poêle-à-frire, Teresa, … Affaiblis et suspicieux par rapport à leur « sauvetage », ils pensaient malgré tout avoir échappé au pire. Mais ils vont devoir faire face à une nouvelle épreuve : La Terre Brûlée ! Un désert à perte de vue, une chaleur omniprésente, des tempêtes dévastatrices, un virus appelé « la Braise » ; voici ce qu’ils vont devoir combattre s’ils veulent rejoindre le refuge dans les temps impartis.

Le gros point positif de départ est que l’histoire reprend précisément où nous l’avons laissé à la fin du premier tome ! Ce qui fait que l’on est directement replongé à leurs côtés, sans temps d’adaptation trop long ou laborieux (particulièrement quand le tome précédent a été lu il y a plus d’un an).

La seule chose qui me faisait peur dans ce récit était la répétition ! Dans le sens où je ne voulais pas du même schéma dans un nouveau décor. Finalement, ça n’a pas été le cas. Contrairement au tome précédent, nos protagonistes bougent en permanence, vont rencontrer d’autres personnes, et le monde qui les entours chance au fur et à mesure de leur progression.

Un monde que j’ai d’ailleurs trouvé beaucoup plus sombre tout en étant moins effrayant que le Labyrinthe. En effet, les fondus (personnes atteintes de la Braise, un virus attaquant le cerveau) sont psychologiquement bien dérangés et physiquement immondes, mais je ne les ai pas trouvés assez présent. J’avais comme l’impression qu’il était plus prudent de se méfier des personnes encore saines que des contaminées … Ce qui maintient tout aussi bien la tension me direz-vous !! Mais c’est quand même moins effrayant qu’un bon gros griffeur (Oui, je l’avoue, ils m’ont presque manqué pour le coup !).

La souffrance aiguë s’était transformée en un mal sournois qui se diffusait dans tout son corps. C’était pire qu’avant. Une sensation répugnante, comme un flot d’asticots qui se répandraient dans ses veines, au creux de ses os et entre ses muscles. En le rongeant de l’intérieur.

Contrairement au tome précédent ou l’esprit de groupe était bien présent, les blocards ne vont pas avoir le temps de s’organiser pour agir d’un seul esprit. Thomas va donc se retrouver rapidement séparé de ses amis et devoir faire confiance aveuglément à ces nouveaux compagnons rencontrés sur place. Et on peut clairement dire que la confiance est une valeur souvent remise en doute dans ce tome !

Nos personnages fétiches sont toujours présents ; certains plus discrets, d’autres plus autoritaires, … Mais, celui qui m’a le plus interpelé reste Teresa ! Absente dès le début, ces quelques apparitions vont semer le doute. Doit-on lui faire confiance ? Est-elle sincère ? Je n’ai toujours pas d’avis tranché sur sa personne, j’espère donc que la suite éclaircira mes idées.

Thomas ne va pas être épargné non plus. Non seulement le sort va s’acharner contre lui avec de nombreuses blessures et la perte de son lien télépathique avec Teresa, mais il va également avoir quelques flashbacks concernant sa vie avant le labyrinthe qui ne vont pas l’aider à démêler le vrai du faux.

Nous allons également faire la connaissance de nouveaux personnages, tels que Jorge et Aris, qui vont me passer totalement au-dessus de la tête car ils sont trop peu présents et approfondis pour avoir le temps de s’attacher à eux. Mais aussi Brenda ! Cette jeune femme va passer beaucoup de temps en compagnie de Thomas et va tenter un léger rapprochement. J’avoue que lors de ce passage, ma première réflexion a été de me dire « Oh non, voilà qu’il va nous foutre une romance !! ». Heureusement, et pour mon plus grand plaisir, on y échappe. Non pas que je n’aime pas la romance mais, dans ce genre de récit, c’est agréable de ne pouvoir penser qu’à l’intrigue principale.

– Je ne peux vous promettre qu’une seule chose. Quand vous saurez pourquoi on vous a fait endurer tout ça, et pourquoi il est si important que vous soyez aussi nombreux à vous en être sortis, vous comprendrez.

En parlant de l’intrigue justement, j’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur arrive à nous glisser quelques informations sans pour autant répondre aux nombreuses questions que l’on se pose. L’histoire avance mais on ne sait toujours pas si le WICKED est bon et à qui faire confiance ! C’est agréable et agaçant à la fois. Car on aimerait clairement savoir, alors qu’en même temps, le suspense est si bien géré. C’est un peu comme un gros sac de nœuds, tu es contente d’en démêler un mais tu t’aperçois après que tu en as refait trois dans ta manœuvre ^^ Et la fin n’arrange rien, elle ne fait qu’en ajouter quelques-uns !

Malgré quelques longueurs vers le milieu qui m’ont fait légèrement décrocher par moments, j’ai été totalement prise dans cette histoire. Il faut également souligner le fait que les chapitres sont courts et que l’auteur à cette faculté de les terminer par de petites phrases qui font que tu ne peux pas t’arrêter, chose que mon côté sadique apprécie !

En bref : un très bon second tome que je recommande à toute personne ayant aimé le précédent. C’est un réel plaisir de retrouver nos blocards dans un monde totalement différent tout en gardant une tension bien présente. L’écriture est fluide, rapide et addictive. J’ai hâte de me procurer la suite afin d’avoir des réponses concrètes à mes nombreuses questions restées en suspens !

Publicités

« L’épreuve – Tome 1 : Le labyrinthe » de James Dashner

Article - Présentation

Un tocard averti en vaut deux ; on ne peut pas s’échapper de la boîte.

Notification 4

Article - Résumé

Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d’enfants. Il s’agit d’une ferme située au centre d’un labyrinthe peuplé de monstres d’acier terrifiants. Les ados n’ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu’ils font là. Ils n’ont qu’un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les « coureurs » parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu’il veut être coureur et résoudre l’énigme du labyrinthe.

Article - Mon avis

Étant donné que j’ai eu fini ma lecture de ce premier tome il y a déjà plus d’un moins, je tiens à préciser que cet avis ne sera certainement pas des plus complets … Je n’ai malheureusement pas eu le temps de l’écrire avant et je dois avouer que les détails sont maintenant un peu flous. Mais je vais faire de mon mieux !

Nous suivons donc Thomas, un jeune homme amnésique qui débarque, via une sorte d’ascenseur, en plein cœur d’un monde hostile et précaire. Ce monde, c’est le bloc ! Une grande esplanade où vit un groupe d’adolescents, et entourée d’un labyrinthe hors normes dans lequel rôdent de dangereuses créatures.
Ce clan, composé d’une cinquantaine de jeunes garçons de tout âge, souffre également d’amnésie mais ils sont très bien organisés malgré tout. Thomas va devoir s’intégrer dans cette communauté et est bien décidé à découvrir, non seulement qui il est, mais également qui tire les ficelles de ce jeu macabre !

Comme toujours lorsque le récit nous est donné d’un point de vue externe, j’ai mis quelques chapitres avant de me mettre totalement dans l’histoire. Mais je n’ai pas vraiment été aidée vu que, en plus de ça, l’intrigue commence plutôt lentement avec le réveil de Thomas dans cet ascenseur. Mais c’était sans compter la suite et ça série de rebondissements qui s’enchaînent, parfois même un peu trop facilement, et qui nous tiennent en haleine jusqu’à la fin !

On ne devrait jamais s’en vouloir de pleurer. Jamais.

Je dois dire que j’étais très intriguée par l’univers ! De jeunes garçons, victime d’on ne sait qui, enfermé dans un immense labyrinthe dont les portes se referment chaque soir afin de ne pas laisser s’échapper de Griffeurs, ces terribles bestioles meurtrières, mais qui en profite également pour changer de schéma; oui, je voulais savoir ! Parce que le pire dans tout ça, c’est qu’on se demande encore pourquoi ? Pourquoi eux ? Mais également pour quoi faire ?! Dans le but d’une expérience scientifique ? Un sadique qui s’amuse ? Aucun indice ne nous est donné si ce n’est que ces jeunes doivent trouver la sortie et que leur vie dans ce campement de fortune est très bien organisée, notamment grâce aux cargaisons de vivres et de matériaux qui leur sont livrées via ce même ascenseur qu’ils ont emprunté à leur arrivée.
Une hiérarchie a été établie, les règles sont strictes et chacun respectent son poste !

Concernant Thomas, notre personnage principal, je l’ai trouvé plutôt passif à son arrivée dans le Bloc. Mais après ce temps d’adaptation, on le découvre serviable et attentif aux autres. Sa détermination et son courage vont faire de lui un coureur combattif, qui n’a pas peur de mettre sa vie en danger pour sauver celle des autres. Il entretient également une amitié sincère avec Chuck et va tout faire pour qu’il sorte vivant de ce labyrinthe !

Et puis, il y a Teresa, arrivée24h après Thomas et qui est la première fille à être livrée au bloc. Elle va leur transmettre un bien étrange message qui va causer beaucoup d’agitation ! Elle est une anomalie dans ce système routinier, qui sera accusée, avec Thomas, du dérèglement du bloc.

Il y a aussi Minho, Newt, Gally, Alby … Tous ces blocards, comme ils s’appellent, ont été doté d’une personnalité qui leur est propre. Certains sont appréciables et d’autres, détestables. Mais c’est aussi ce qui fait la force de ce livre, la diversité des caractères !

Chaque centimètre de son corps lui faisait mal ; tous ces muscles criaient grâce. Mais il continua à courir, en priant pour que son cœur ne s’arrête pas.

L’organisation au sein du groupe est intéressante également. Chacun est placé dans une catégorie selon leurs compétences et celle qui m’a le plus attiré est celle des Coureurs ! Ils ont pour but de parcourir le labyrinthe toute la journée afin d’en mémoriser les plans. C’est sur eux que repose leur liberté. Ils courent toute la journée à la recherche d’une sortie qui n’existe peut-être pas mais ne perde pas espoir !

James Dashner nous invite dans un monde plutôt lugubre mais intrigant. Il ne s’attarde pas sur de très longues descriptions mais elles nous permettent malgré tout de très bien visualiser l’univers dans lequel il nous transporte. Son style entrainant devient vite addictif et le suspense est à son comble afin de nous captiver tout du long. Le décor est planté, j’ai maintenant très envie de me plonger dans le second tome ^^

« La révolte de Maddie Freeman » de Katie Kacvinsky

Article - Présentation

« Embrasser quelqu’un, c’est créer un univers à soi dans sa tête.
Moi, j’avais l’impression de voir enfin le monde en couleurs. »

Article - Résumé

Maddie vit dans un monde où tout est virtuel, les arbres, l’école, les flirts… on ne s’aventure jamais au-dehors. Et elle se satisfait plus ou moins de cette existence. Jusqu’au jour où elle rencontre Justin. Celui-ci l’entraîne dans un univers inconnu, où les gens se voient sans le filtre de l’écran, se parlent, se touchent… Maddie découvre alors un mode de vie différent de celui que la société et ses parents lui ont imposé. Pour changer sa destinée, elle devra apprendre à se rebeller, à ses risques et périls.

Article - Mon avis

Je ne vais pas vous mentir, la raison première pour laquelle ce livre a rejoint ma bibliothèque est simple : la couverture !  Même si au final, elle ne représente pas vraiment l’héroïne (qui n’a pas les cheveux bleus), il faut bien avouer qu’elle est superbe. Et, même si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai passé un super moment avec cette lecture.

L’histoire de Maddie nous plonge en 2060, à Corvallis, ou la technologie a pris une totale possession du monde.  Plus personne ne va à la rencontre des autres, ils ne savent pas ce qu’est le contact humain, tous restent cloitrés chez eux devant leurs écrans. Même les arbres ne sont plus, ils sont numérisés, comme bien d’autres choses. Mais Maddie va rencontrer Justin lors d’un cours de soutien scolaire et il va lui montrer ce qu’était le monde avant que l’EN n’existe, quand ils étaient encore libres de penser par eux-mêmes. Cette rencontre va chambouler la vie de Maddie et la mener sur un chemin qu’elle n’aurait jamais pensé emprunter.

J’aime beaucoup les dystopies de ce genre ! Le monde créé par l’auteure est original et m’a également fait réfléchir sur notre futur. Nous sommes tous entourés d’écrans, que soit la télévision, les ordinateurs, les consoles de jeux vidéo, … Internet aussi a pris une grande place dans la vie de la plupart d’entre nous  et, chacun créer une certaine dépendance. Et si, à force de technologie, notre monde devenait comme celui de Maddie ? Et si, nous aussi, nous finissions par passer nos vies devant nos écrans sans plus jamais aller à la rencontre du monde extérieur ?! Je pense ne pas être la seule à avoir eu ces réflexions durant ma lecture …

Cet aspect mis de côté, j’ai également été séduite par la jolie romance unissant Maddie et Justin. Chaque étape de leurs relations est passée en douceur et sans tomber dans le cliché, le mielleux ou la facilité ; bien au contraire. Nous ne sommes ni dans une histoire passionnée, ni dans un triangle amoureux ! Ce qui est très agréable et rien que pour ça, je ne pouvais qu’apprécier ! Ils sont maladroits et l’évolution de leurs sentiments les rend à la fois attachants et trop mignons.

Le personnage de Maddie m’a particulièrement plu ! Alors que sa vie est totalement bouleversée, j’ai pris plaisir à l’accompagner dans ses réflexions, à la voir s’ouvrir au monde. Elle va réapprendre chaque geste du quotidien, comme se nourrir en cuisinant et non à l’aide de nourriture complètement chimique. Ses différentes étapes la rendent d’autant plus « humaine » et apportent quelques touches d’humour et de légèreté au récit.

Même si le début m’a paru assez long, dans le sens où je voyais ou l’auteur voulait en venir mais je n’arrivais pas à entrer totalement dans l’histoire, j’ai fini par être transportée aux côtés de Maddie ! Katie Kacvinsky à un style d’écriture très agréable et simple, ce qui fait que les pages se tournent à une vitesse folle.

En bref, une lecture passionnante qui lie parfaitement dystopie et romance avec une certaine originalité et qui me donne très envie de lire la suite.

Notification 4

« Chroniques Lunaires – Tome 1 : Cinder » de Marissa Meyer

Article - Présentation

« Alors que ces sœurs recevaient des robes magnifiques et de jolies pantoufles,
Cendrillon ne possédait qu’un vieux sarrau gris et des sabots de bois. »

Article - Résumé

Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing.
Une terrible épidémie ravage la population.
Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure…

Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle- mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…

Article - Mon avis

Oui, je l’avoue, j’ai principalement acheté ce livre parce que je trouvais la couverture géniale (je suis si faible…) mais pas que ! Une cendrillon du futur sauce cybord, c’est quand même bien tentant J
Je ne vais pas faire de résumé pour cette fois car je risquerais de me répéter par la suite. Cependant, vous allez vite comprendre de quoi il s’agit et pourquoi j’ai été conquise par cette lecture !

Je dois dire que  j’ai eu un peu de mal au début étant donné que je ne pensais ne pas être penchée Cyblorg (ou tout autres langages mécaniques d’ailleurs). Mais très vite, on se prend d’affection pour Cinder, cette cendrillon des temps modernes qui, elle aussi, doit se farcir une belle-mère épouvantable ainsi que deux sœurs dont une au moins l’accepte tel qu’elle est. Elle est le vilain petit canard de la famille, la fille adoptive d’un père parti trop tôt et dont la belle-mère à « hérité » à contrecœur.
Ce qui fait que je suis rapidement passé au-dessus de ce monde peu familier et que, finalement, je me suis rendue compte que j’aimais ça ^^

Tout est réuni pour nous faire penser à ce fameux conte de fées qu’est Cendrillon ! La méchante belle-mère, une des sœurs insupportable (oui, une des deux est quand même gentille, ô miracle), le prince, le bal où elle ne pourra se rendre que quand elle aura fini ces basses besognes et se sera débrouillée pour trouver une robe. La panoplie complète ! Il ne nous manque que les petites souris [Petite pensée pour Gustave – « Mais pour aller plus vite, nous t’appellerons Gus » (Fan de Disney vous dites ?) ^^]. Quoi que … Iko, le droïde de compagnie de Cinder, les remplace facilement.
Rapidement, nous oublions Cendrillon pour nous retrouver avec Cinder. Pas dans un conte de fées mais bien dans une vie difficile et compliquée.

Sauf que Marissa Meyer ne s’arrête pas là ! Dans ce monde futuriste, la Terre n’est pas la seule planète à être habitée, la Lune l’est aussi. Mais les relations entre Lunaires et Terriens sont des plus compliquée et ce, depuis toujours. Cela fait près de 12 ans que les Lunaire menacent de faire la guerre à la Terre ! De plus, depuis que les premiers Lunaires ont posé un pied sur la Terre, une pandémie fait rage : la létumose.
À première vue, Cinder n’a rien à voir avec tout ça mais elle va bel et bien se retrouver au centre de toute cette histoire.

L’auteur nous transporte dans un univers complexe mais aussi vers des personnages qui le sont tout autant. Pour ma part, c’est principalement Cinder qui m’a le plus étonné ! Elle peut paraître si fragile et pourtant, elle a une détermination sans bornes, surtout quand il s’agit de sauver sa sœur qui a contracté la Létumose. Elle fait preuve de beaucoup de courage.
Concernant le prince Kai, je l’ai trouvé très appréciable. Malgré ses nombreux soucis tels que son mariage avec la princesse lunaire et la prise de pouvoir suite à la mort de son père, il est très gentil et attentionné envers Cinder.

Marissa Meyer a réussi à me transporter dans son monde alors que je pensais ne pas du tout apprécier ce genre de chose. Son style d’écriture est soutenu et addictif ! L’histoire ne s’essouffle pas, bien au contraire, et j’avais envie de tournée les pages de plus en plus vite afin d’en connaitre le dénouement. Sur une base de Cendrillon, elle nous donne un récit original et sans fausses notes.

Notification 5