« L’herbe bleue » Journal intime d’une jeune droguée

Article - Présentation

« Hier je me croyais la personne la plus heureuse de la terre,
de toute la galaxie, de toute la création.
Était-ce seulement hier ou bien à des millions d’années-lumière ?
Je pensais que l’herbe n’avait jamais eu d’odeur aussi verte,
que le ciel n’avait jamais été aussi haut … »

Article - Résumé

« L’herbe bleue » est le journal intime d’une jeune droguée de quinze ans.
Cet ouvrage ne prétend pas décrire le monde de la drogue chez les jeunes. Il n’apporte aucune solution à ce problème. C’est une chronique personnelle, spécifique, qui, en tant que telle, permettra peut-être de comprendre un peu l’univers de plus en plus compliqué dans lequel nous vivons.
Les noms, les dates, les lieux et certains événements ont été changés, selon le désir de toutes les personnes mêlées à ce récit.

Article - Mon avis

Je pense que tout le monde à déjà entendu parler de ce livre au moins une fois dans sa vie mais je n’avais jamais pris le temps de le lire. C’est chose faites !

Ce journal intime d’une jeune droguée vivant aux États Unis dans les années 60 nous raconte la vie d’Alice, 15 ans, timide, complexée et mal dans sa peau. Lors d’une soirée, un des invités lui propose de jouer à un jeu : Le furet. Elle ne connaît pas le principe mais accepte malgré tout. Et c’est de cette façon qu’elle se drogue au LSD pour la première fois. Elle se jure de plus jamais recommencer mais … Elle ne tiendra pas parole.
Une fois, deux fois, trois fois … Une addiction.

J’aime beaucoup le style journal intime qui permet de suivre son évolution, de nous plonger dans sa vie de camée, jour après jour. Non seulement par son récit mais aussi par les mots qui deviennent plus brutes à chaque fois qu’elle « voyage ». Chaque fois que nous la sentons revivre et déterminée, elle replonge encore plus vite que la dernière fois. Ça en devient triste tellement ces doses sont plus importantes que tout. Pourtant, elle lutte contre ce monde qui n’est pas le sien, mais en vain …
Cette histoire, bien qu’elle soit une fiction, est bouleversante. J’avais envie de m’incruster dans sa vie afin de pouvoir l’aider à vaincre ces démons, de la sauver.

Beatrice Sparks, psychiatre, a utilisé le journal intime d’une de ces patientes ainsi que certains témoignages dans le but de montrer la dure réalité d’une situation qui touche beaucoup trop de jeunes et je peux dire que c’est réussi.
Une fois le livre fermé, on ne peut se dire qu’une chose : Jamais je ne voudrais me retrouver dans cette situation !

Un récit assez poignant et dur qui retrace la descente aux enfers, vue de l’intérieur, de cette jeune fille mais aussi de toute une génération !!
J’ai également été interpelée par l’épilogue qui est assez marquant et dont je ne vous mets que la dernière phrase : « Et qu’elle n’est qu’une des cinquante mille victimes de la drogue qui succombèrent cette année-là. » …

Notification 4

Publicités