« La sélection – Tome 1 : La sélection » de Kiera Cass

Article - Présentation

« La plupart des candidates quittent les mains de leur maquilleuse métamorphosées :
elles paraissent plus âgées, plus jeunes, ou tout simplement plus belles.
Moi, j’ai la chance de me reconnaître quand j’observe mon reflet dans le miroir. »

Article - Résumé

Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes. Mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne.

Elles sont trente-cinq jeunes filles: la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l’héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras…
Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…

Article - Mon avis

Depuis le temps que je l’attendais, je vous assure qu’il n’a pas eu le temps de rejoindre ma PAL très longtemps ^^

America est une jeune fille du peuple d’Illéa faisant partie de la castre des artistes. Elle vient de recevoir le formulaire à remplir afin de participer à la Sélection et peut-être, en cas de victoire, devenir l’épouse du prince Maxon. Mais elle ne souhaite pas y participer car son cœur est secrètement déjà pris par Aspen, faisant partie d’une castre inférieur. Alors que son père comprend son refus, sa mère l’encourage vivement, d’autant plus que cela permettrait de mettre un peu de beurre dans les épinards de la famille.
Lorsque America en parle à Aspen, ce dernier lui demande de renvoyer sa candidature afin d’avoir, peut-être, la vie dont elle mérite et qu’il ne peut lui offrir. America accepte alors, dans l’optique de n’avoir aucune chance et d’être de retour auprès des siens rapidement. Elle ne s’imaginait pas du tout être sélectionnée parmi les 35 candidates à intégrer le palais pour la suite de l’aventure.

Cette dystopie n’en est pas vraiment une à mes yeux. Ok, nous sommes dans un pays qui a dû se réorganiser suite à une guerre et cette réorganisation n’a pas vraiment faites pour avantager les plus pauvres mais cette notion n’est pas vraiment poussée, pas dans ce tome en tout cas. Nous savons que des guerres ont éclaté dans le passé mais nous n’avons pas plus de détails. Ce qui fait que pour moi, c’est plus une histoire d’amour. Peut-être que le tome 2 nous en apprendra plus ? Je ne le saurais que plus tard, il est en cours de lecture ^^

Concernant la Sélection, nous ne sommes pas vraiment dans un concours de beauté à la Miss France, mais plus dans un mélange de différentes téléréalité ou la politique à toute son importance. En effet, nous apprendrons que le prince Maxon ne fait pas ces choix uniquement sur ces affinités mais également en fonction des avis de sa famille et du peuple d’Illéa. Ce qui fait que je me suis quelque peu prise au jeu des pronostiques et a essayer de deviner qui serait la prochaine éliminée. Bien que, l’histoire fait que je ne me suis pas forcément intéressée à certaines participantes restées totalement transparentes.

America, Aspen, Maxon, … Nous voilà plongé encore une fois dans un triangle amoureux. Bien que je n’aie pas vraiment été dérangée par cette notion devenue une mode étant donné que pour moi, Aspen a perdu toutes ses chances dès le jour où il a lâchement abandonné America. Il dit ne vouloir que son bonheur mais n’hésite pas à lui faire prendre des risques. Aspen viré de la compétition de mon cœur (^^), me voilà plongée corps et âme dans le couple America / Maxon. D’autant plus que le prince est très attentionné dès le début de la compétition et va faire d’elle une alliée, une confidente, une amie.
America quant à elle m’a beaucoup touché de par son enfance difficile, sa gentillesse et son dévouement. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense, à défendre ces idées même dans des situations qui ne la concernent pourtant pas.
J’ai également beaucoup apprécié Marlee, une des concurrentes. Elle est d’une gentillesse et d’un enthousiasme communicatif. Elle va vite considérer America comme une amie et non comme une rivale. Contrairement à d’autres … Suivez mon regard (Céleste, dont je ne dirais aucun  mot afin de ne pas dire de vulgarité) !

Kiera Cass nous plonge dans une histoire attachante grâce à une plume légère, fraiche et agréable. Richesse et pauvreté se côtoient dans un monde où les castres décident de qui vous êtes. Elle nous montre également que nous pouvons exister parmi tout un groupe de jeunes filles prête à tout pour remporter la compétition, à condition de restée nous-mêmes.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un très agréable moment grâce à la Sélection. N’hésitez pas à me donner votre ressenti ou un lien vers vos chroniques, je me ferais un plaisir d’aller vous rendre une petite visite 😉

Notification 4

Publicités

« Phaenix – Tome 2 : Le brasier des souvenirs » de Carina Rozenfeld

Article - Présentation

« Je vis, il vit.
Il vit, je vis.
Je meurs, il meurt.
Il meurt, je meurs.
Nous sommes le Phénix »

Article - Résumé

Elle a tout oublié, il se souvient de chaque instant.

Depuis l’origine des temps, ils se retrouvent pour former le Phænix et faire perdurer la légende.
Mais pour que l’oiseau mythique renaisse de ses cendres, pour qu’ils puissent se rejoindre, elle doit regagner la mémoire, et le chemin qui la mènera à sa moitié. Anaïa a découvert qu’elle était détentrice d’un secret oublié depuis longtemps. Deux garçons qu’elle a rencontrés à la fac, Eidan et Enry, attendent d’elle qu’elle se souvienne, qu’elle recouvre sa véritable identité. Pour y parvenir, Anaïa doit explorer les recoins les plus sombres de son inconscient et emprunter un chemin où musique et sentiments se mêlent étroitement.

Prise dans le brasier des souvenirs, il lui faudra affronter bien plus que sa mémoire oubliée, et faire face aux démons de son passé.

Mais l’amour pourra-t-il suffire à réparer ce qui a été brisé et à écarter le péril qui la guette ?

Article - Mon avis

Encore ces rêves, toujours ces rêves …

Nous retrouvons Anaïa qui vient juste de passer ces partiels. Les révisions l’ont épuisée et le départ d’Eidan, quelque temps auparavant, déprimé. Elle n’arrive pas à combler le vide de son absence et sent bien que sa relation avec Enry ne mène à rien. Autant dire qu’elle n’est pas au mieux de sa forme …
Depuis le départ d’Eidan, de nouveaux rêves la hantent. Cette fois, pas de tour mystérieuse mais un bord de plage près d’une falaise infranchissable et un nom dont elle n’arrive pas à se souvenir.
Alors que le signe « ae » se trouvant au creux de sa main gauche se complète, Anaïa est bien décidée à déchiffrer ce rêve et à ce souvenir !

Comme pour « Les cendres de l’oubli« , les premières pages proposent un QR code à flasher afin d’accéder à la playlist des chansons présentes du roman. Cette fois, je n’hésite pas une seule seconde et télécharge le tout.
Nous sommes toujours dans un registre mêlant classique et rock qui nous offre, encore une fois, de très jolies découvertes (du moins, pour ma part ^^). Notamment avec « Soon We’ll Be Found » de Sia, mais aussi « Your Ghost » de Greg Laswell que j’ai écouté en boucle.
J’avoue malgré tout avoir été moins transportée cette fois-ci mais je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi. Je pense que le fait d’avoir eu un énorme coup de cœur pour les musiques du premier tome était difficile à égaler, tout simplement ^^

À part ce petit bémol (qui n’en est pas vraiment un), ce second tome m’a encore une fois transporté. L’émotion est toujours aussi présente bien que, pour celui-ci, elles soient différentes. Nous ne sommes plus totalement dans la tristesse, le doute ou la crainte ; mais bien dans la joie d’avoir retrouvé une partie de soi, d’avoir de nouveaux toute sa mémoire.

Dans les premiers chapitres, j’ai trouvé Anaïa quelque peu passive. Comme une impression qu’elle n’en faisait pas assez pour retrouver Eidan, pour ce souvenir. Mais ce sentiment est vite effacé quand, enfin, la mémoire lui revient ! Le récit m’a de nouveau envouté, pour mon plus grand plaisir.

J’ai été ravie de retrouver les personnages principaux mais également ses amis tels que Garance qui est toujours là pour soutenir Anaïa, et Juliette qui est venue passer du temps à ses côtés pour les vacances de Noël. Ils ont chacun leur personnalité et nous donnent l’impression d’être nos amis, à nous aussi.
Mon coup de cœur restera quand même pour Eidan, ce beau ténébreux qui arrive à être à la fois touchant et mystérieux. Tout ce que j’aime ^^

La plume de l’auteur est toujours aussi incroyable, envoutante, fluide et agréable. Installée dans mon divan, j’avais presque la sensation de lire dans le salon du mas du sud de la France, au coin du feu. Et c’est cette « impression d’y être » que j’aime beaucoup dans une lecture.
Carina Rozenfeld m’a emporté dans un tourbillon d’émotions tout au long du roman ! Je ne voulais pas voir arriver les dernières lignes. Comme si, tels un Phénix, ce livre serait éternel. Malheureusement, toute bonne chose a une fin …

Un livre incroyable (je me répète non ? ^^), intense, merveilleux et qui nous emporte totalement. Une lecture comme je les aime !

Coup de coeur

« Phaenix – Tome 1 : Les cendres de l’oubli » de Carina Rozenfeld

Article - Présentation

« Et dans toute cette houle, un seul point d’ancrage : les yeux d’Eidan dans les miens.
Comme s’il chantait pour moi, que j’étais seule dans la pièce. »

Article - Résumé

Elle a 18 ans, il en a 20. À eux deux ils forment le Phænix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Mais avant de le devenir, ils devront se retrouver et s’unir dans un amour pur et éternel…

Depuis l’origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes soeurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis…
Aujourd’hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche.
Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils la connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même.
S’ouvriront alors les portes d’une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

Article - Mon avis

Que dire alors que je suis encore « sous le choc » de cette lecture incroyable ?
Jamais je n’aurais dû le laisser prendre la poussière dans ma PAL aussi longtemps !

Tout commence lorsque Anaïa, jeune musicienne de violoncelle, et ses parents quitte Paris pour emménager dans le mas de son grand-père, décédé, situé dans le Var. La jeune fille va y retrouver son amie d’enfance, Garance, avec qui elle faisait les 400 coups quand elle venait y passer tous ces étés.
Ensemble, elle commence leurs années universitaires. Mais Anaïa sens qu’il se passe quelque chose. Non seulement elle fait d’étranges rêves qui la perturbent quelque peu ; les 5 grains de beauté situés depuis toute petite dans la paume de sa main gauche la brulent et se multiplient au fil des jours ; mais en plus de ça, elle y rencontre deux jeunes hommes qui vont la mettre mal à l’aise. L’un pour son côté mystérieux et réservé. L’autre, au contraire, pour son côté trop entreprenant. Anaïa va donc devoir démêler tout ça et se souvenir, afin de savoir qui est le plus sincère des deux.

Avant d’entamer le récit, une petite note de l’auteur nous propose un QR Code à flasher afin d’accéder à la playlist des chansons présentes dans le roman. Un peu septique, moi qui ai une nette préférence pour les lectures dans le calme le plus complet, je sors quand même mon iPhone de son étui afin de télécharger le tout. Je me dis, pourquoi pas, tentons la chose ^^ Et j’ai bien fait car ce fut une très agréable découverte ! Non seulement par certaines musiques que je ne connaissais pas, Rock ou classique, mais également par le fait qu’elles apportent un grand plus à la lecture.
Les morceaux de Sia, que se soit « Breathe Me » ou « I’m In Here », m’ont particulièrement donné des frissons. Elles accompagnent parfaitement les passages et nous procurent par la même occasion de fortes émotions, à en avoir les larmes aux yeux.
Un petit clin d’œil également à « Prélude pour la suite n°1 pour violoncelle » de J.-S. Bach que je n’avais plus entendu depuis que j’ai arrêté la danse classique et qui ne veux plus sortir de ma tête 😉

Musique donc, théâtre, réseaux sociaux, récit … Anaïa nous raconte son histoire sous différentes formes et c’est aussi ce qui fait l’originalité de ce roman ! Du moins pour ma part car je ne me souviens pas avoir vu ça très souvent dans mes lectures. Ou alors, elles ne m’ont pas marqué plus que ça ^^
Et c’est les passages Facebook que j’ai le plus appréciez car ils nous permettent de découvrir les meilleurs amis d’Anaïa, Juliette et Simon, resté sur Paris ; mais également d’apporter de petites touches d’humour dans ce récit exaltant.

Les descriptions des lieux ne sont pas très importantes comparées à celle des personnages. Mais j’ai malgré tout été facilement transportée dans le sud de la France, aux côtés d’Anaïa, dans ce petit village calme et paisible. J’ai apprécié également que les détails physiques ne soient pas dévoilés en une seule fois mais plutôt en différentes parties, accentuant ainsi notre imagination à leur propos. Au fur et à mesure qu’Anaïa apprend à les connaitre, nous pouvons nous les imaginer de plus en plus facilement.

J’ai trouvé le style d’écriture très agréable, entrainant, fluide. Carina Rozenfeld nous montre plusieurs facettes d’écriture, que ce soit en mode « Statut Facebook » ou plus poétique lors des rêves d’Anaïa et je dois dire que j’ai beaucoup apprécié ces changements. Elle arrive également à nous transporter au côté de l’héroïne et j’adore ça !
Les chapitres ont défilé devant moi sans que je ne voie le temps passer, j’ai totalement été envoutée par ce que vi Anaïa et ce, dès les premières lignes du prologue. J’ai été interpelée et curieuse de savoir la suite afin de mieux comprendre ces quelques pages. Impossible de poser le livre, nous voulons toujours en savoir plus.

Je pense que c’est la première fois que je ressens autant d’intensité, d’émotions dans une lecture ! Est-ce que la playlist y est aussi pour quelques choses ? Je pense que oui car chaque musique est très bien intégrée et complète parfaitement certains passages.
Ce fût un de mes plus beaux moments lecture, un réel plaisir !! Carina Rozenfeld est ma reine, elle m’a vendu du rêve, j’en suis totalement fan !!

Et j’avoue ne plus trop savoir quoi dire afin de vous convaincre d’engloutir ce roman au plus vite. Il m’a laissé « sur le cul » et avec une seule envie, commencer la suite au plus vite. Chose que j’ai faite bien évidemment ^^ Vous aurez donc mon avis tout bientôt 🙂

Coup de coeur

Petit mot sur la couverture

Cette couverture est une merveille ! Très mystérieuse, très sombre et très attirante ! À la fois simple et recherchée, elle reflète totalement l’histoire.

Lecture commune
Myly de « L’antre de leurs mots »
Aveline de « Le Sentier des mots«