« La Particule » de Ray Lantset

Article - Présentation

Pour le plus grand malheur de l’humanité, les molécules synthétiques se reproduisaient, se multipliaient dans l’eau, ce qui allait provoquer la pire pandémie qu’allait connaître le monde.

Coup de coeur

Article - Résumé

John Carter, neurobiologiste émérite, n’a qu’une obsession : sauver son fils des ravages de la drogue. Après trois ans de recherches, il pense être arrivé au but. Mais son fils ne peut pas attendre plus longtemps car une nouvelle overdose l’a conduit à l’hôpital. John est convaincu que sa seule chance de rédemption est de lui administrer la Particule, sans attendre de nouveaux tests. Il est loin de se douter qu’il commet la pire erreur de sa vie…

Article - Mon avis

Lorsque j’ai découvert ce livre sur le site des Éditions Baudelaire, j’ai directement été intriguée par le résumé. Très énigmatique, il ne nous dévoile qu’un soupçon d’intrigue et aucun indice ne nous est donné sur ce qu’est la Particule ou concernant les conséquences de cette « pire erreur ». Le suspense ne restera pas complet pour vous étant donné que, pour vous donner mon avis, je suis obligée de vous dévoiler certains détails. Mais rassurez-vous, je ne vous dirai pas tout !

Avant de commencer, je tiens quand même à signaler quelques petits bémols. Car même si ce n’est pas ce que je retiendrais de cette lecture que j’ai totalement adorée, ils m’ont quand même dérangé durant ma lecture. Encore une fois, alors que nous sommes dans une version papier, il y a quelques soucis au niveau des dialogues : certaines réflexions personnelles intervenant pendant un dialogue sont données comme une suite du dialogue, ce qui fait qu’on peut s’embrouiller. Certes, ce n’est pas récurrent mais quand même … Et également de gros problèmes de syntaxes ! Je vous donne un mini exemple que j’ai pensé à noter sur la fin :

Ces derniers jours ont été vraiment été terrifiants.

Ce sont de petites choses, j’en suis consciente, mais qui, mine de rien, vienne entacher la lecture et la rendent moins agréable … Je tenais donc à la signaler malgré tout !

Mais, maintenant, passons aux choses sérieuses !

John Carter, ex-neurobiologiste, est en pleine recherche d’une Particule qui vise à combattre la dépendance à l’héroïne afin de pouvoir aider son fils, Terry. Les recherches conventionnelles n’ayant rien donné, il y a quitté son travail pour se créer son propre laboratoire à domicile, dans son sous-sol. Mais, lorsque son ex-femme lui apprend que son fils est de nouveau à l’hôpital pour une nouvelle overdose, il décide de lui administrer sa dernière découverte, la Particule SH36, sans plus attendre. La phase de test n’est pas entièrement terminée mais les premiers résultats sont assez concluants pour qu’il y croie !
À aucun moment John ne s’est imaginé ce que cette Particule allait provoquer chez l’être humain, ou encore qu’elle allait couter la vie à des milliers de personnes !

Car oui, cette Particule va être dévastatrice ! Chaque personne infectée devient une arme. Non seulement pour lui, mais également pour toute personne qu’il côtoya. La particule se faufile dans votre cortex cérébrale, détruit tout sur son passage et en prend la totale possession, vous rendant totalement inhumain !

Je ne veux pas vous dévoiler les conséquences exactes de cette contamination car je pense que ça gâcherait le plaisir de la découverte. Sachez juste que l’auteur ne s’est pas vraiment attardé sur ces êtres devenus bestiaux et sanguinaires, il a préféré se pencher sur le côté psychologique et émotionnel de cette pandémie ainsi que ses conséquences ; et c’est là toute son originalité ! De Chicago à Québec, nous allons côtoyer plusieurs personnes, infectées par cette Particule, qui vont nous permettre de suivre son cheminement. Mais également les membres d’une même famille luttant pour leur survie !

En voulant sauver son fils, il avait condamné quelques personnes, mais en versant la Particule dans l’évier puis en se suicidant, il détruisait le monde entier.

C’est donc une multitude de personnages qui nous sont présentés ! Tout d’abord John Carter, le créateur de cette Particule et qui, sans le savoir, va contaminer le monde entier par son geste de désespoir. À 50 ans, c’est un père qui se sent coupable de la déchéance de son fils et qui est bien décidé à le libérer de l’emprise que la drogue a sur lui. Depuis que sa femme l’a quitté il y a presque 3 ans, il se laisse aller et ne se consacre qu’à ses recherches. Il est difficile de s’attacher à lui étant donné qu’il se suicide assez rapidement et que, franchement, ce n’est pas vraiment son sort qui nous intéresse durant notre lecture.

Et c’est pareil pour Terry qui est, soyons franc, un abruti ! Tout ce à quoi il pense alors qu’il s’enfuit de l’hôpital, c’est le fait que mélanger la Particule de son père à de l’héroïne ferait des trips d’enfer … Même si le mal a déjà fait son bout de chemin lorsque Terry crée cette nouvelle drogue, j’ai du mal à ne pas le tenir pour responsable lui aussi. Et malgré le fait qu’il ait envie de profiter de la liberté que lui a offerte son père en se refaisant une vie calme et posée, je n’ai pas réussi à le prendre en pitié …

C’est Tom et Jonathan, des cousins de Terry, qui vont nous faire suivre cette affaire de l’intérieur et à qui l’on s’attache beaucoup plus facilement.

Tom est un militaire en année sabbatique venu aider sa mère et sa femme dans la ferme familiale de Chicago. Rappelé pour sécuriser les lieux de la pandémie, il se retrouve assez rapidement confronté à ces nouveaux êtres. Mais voulant protéger les siens, il va faire ce qui lui semble le mieux : fuir ! Même s’il peut parfois nous paraître sans cœur, il réagit de la meilleure façon qu’il soit dans ce genre de situation et prend les bonnes décisions.

Jonathan, quant à lui, suis à la lettre les conseils que lui a transmis Tom dans l’optique que ce virus traverse les frontières jusqu’à lui, au Canada ! Avocat, il a également certaines relations qui vont lui permettre de tout faire pour mettre sa famille en sécurité.

Ces deux personnages sont principalement ceux qui vont nous permettre de suivre toute l’action. Car de l’action, il y en a ! Et de nombreux rebondissements viennent également agrémenter ce récit sous tension ! L’ensemble est très bien écrit, entre suspenses et scènes sanglantes, afin de nous transporter directement à Chicago. Le tout sous un rythme soutenu, alternant les actions aux dialogues constructifs et nous donnant, de cette façon, une facilité d’imagination !

La fin, bien qu’assez subite, est plutôt subtile et bien pensée ! C’est une bonne manière de clôturer cette histoire où tout un monde doit maintenant se reconstruire …

En bref, je dirais que cette lecture est clairement un roman d’ambiance. Nous n’allons pas principalement suivre un groupe de personnes voulant sauver le monde mais bien l’évolution d’une molécule tueuse. À la fois dans l’émotion et dans l’action, il pourrait même nous rendre légèrement paranoïa en nous prouvant que le risque 0 n’existe pas et qu’une contamination de ce genre pourrait se produire n’ importe où !

C’est un coup de cœur et une lecture que je vous recommande sincèrement !
Je remercie encore une fois les Éditions Baudelaire pour cette découverte ainsi que pour la proposition de partenariat que je ne regrette pas d’avoir accepté.

Partenariat
b8a00cdc-f03e-45e1-8aa2-12d77c9fda99

Publicités

7 réflexions sur “« La Particule » de Ray Lantset

  1. Pingback: [Partenaire Editeur #5] Les éditions Baudelaire | D-Dream Bouquine

  2. Pingback: Bilan #17 – Février 2015 | D-Dream Bouquine

  3. Pingback: Top Ten Tuesday #20 | D-Dream Bouquine

Laisse une trace de ton passage ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s