« La Formule du Nez » de Carole Boucly

article-presentation

Comme autant d’aiguilles traversant son corps par le nez, les parfums déchirèrent un petit quelque chose dans son cerveau, provoquant un court-circuit qui associerait pour toujours n’importe quelle senteur au traumatisme de la mort de son grand-père.

Coup de coeur

Article - Résumé

Quand Zoé se voit offrir un emploi, elle est loin d’imaginer ce qui l’attend.

Plongée au cœur de l’étrange quotidien de Jules et du Nez, Zoé cherche à comprendre le mystère qui entoure les deux amis. De quel mal souffre Jules, enfermé dans sa prison de verre ?

Dans l’atelier du Nez, des sifflements résonnent… De surprises en fascinantes découvertes, Zoé aura fort à faire pour démêler les secrets d’une famille marquée par le drame. Mais parviendra-t-elle à trouver sa place auprès de ces deux inconnus sans perturber les liens qui les unissent ?

Article - Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calepin pour ce partenariat.

Lorsque j’ai reçu le manuscrit de cette publication, Julie, Co-directrice éditoriale, ne m’en a fait que des compliments. Autant vous dire que dans ce cas, j’en attendais beaucoup, mais j’avais également peur d’être déçue … Finalement, elle avait raison ! Cette histoire a réussi à m’emporter du début à la fin. Que ce soit sur le fond ou sur la forme, je n’ai que des compliments à faire à Carole Boucly !

Il tourna les talons et disparut au coin de la rue, laissant Zoé perplexe. N’importe qui, à sa place, aurait trouvé ça louche et n’aurait pas hésité à jeter la carte de visite à la poubelle. Mais elle n’était pas n’importe qui.

À peine le récit commencé de quelques pages que j’étais déjà transportée. Que ce soit l’ambiance, la plume ou les personnages, tout est mis en œuvre pour nous faire oublier ce qui nous entoure réellement et nous nous retrouvons rapidement dans le petit village de Seyrac ! De plus, l’intrigue ne met pas longtemps à se mettre en place grâce à la présentation de nos trois principaux protagonistes.

Nous allons tout d’abord rencontrer Jules ; alors âgé d’une dizaine d’années, il est spectateur de la mort de son grand-père, renversé par un camion transportant des flacons de parfums. Vingt ans plus tard, il ne supporte toujours aucune odeur et vit reclus dans une grange spécialement aménagée par sa grand-mère, récemment décédée.

À ses côtés, le Nez, un ami fidèle depuis l’école primaire, qui a mis sa vie entre parenthèses afin de s’occuper entièrement de Jules. Passant la majeure partie de son temps à l’élaboration d’une formule qui inverserait le traumatisme de son ami, il a besoin d’une assistante qui s’occuperait de l’entretien de la maison.

Et c’est Zoé Desmoulins qui va devenir cette assistante. Pleine de joie de vivre et de motivation, elle va s’appliquer à distraire Jules, à le faire penser à autre chose qu’à son quotidien enfermé dans sa grange. Cette nouvelle routine lui plaît, elle se sent enfin à sa place : épanouie et heureuse !

Déjà plus de vingt ans passé entre ces quatre murs, contraints à ne pouvoir sentir la moindre odeur sous peine de se tordre de douleur. Et il commençait à perdre l’espoir d’être guéri un jour.

Dans ce trio, chacun trouve rapidement sa place ! Un petit triangle amoureux apparaît vaguement mais il est rapidement relayé au second plan, l’amour ne faisant pas partie de leurs priorités pour le moment. C’est donc une très belle amitié qui va les relier !

Alors que Jules nous apparaît comme un jeune homme assez « banale » si ce n’est son traumatisme olfactif qui l’empêche de vivre une vie normale; j’ai particulièrement apprécié le personnage du Nez. Il reste très mystérieux et assez discret, alors que la guérison de Jules ne dépend que de lui. Zoé, quant à elle, apporte cette petite touche de féminité et de fraîcheur très appréciable !

Outre ces trois personnages principaux, les personnages secondaires vont également jouer un rôle majeur dans cette intrigue, étant donné que celle-ci ne porte pas uniquement sur l’état actuel de Jules et sa guérison, mais également sur son passé et sa famille, … Chaque révélation arrive à point nommé pour nous surprendre alors que nous pensions que chaque facette de l’intrigue avait été dévoilées.

Bien que l’orgue des senteurs ne soit pas entrain de fonctionner, il sentait un étrange parfum, aux notes d’une rare amertume. Une odeur à glacer le cœur, qui se répandait dans les veines en acidifiant le sang. Il serra le poing, presque à s’en faire saigner la paume. Ce sentiment, c’était de la jalousie.

Si on met les personnages de côté, j’ai également été totalement séduite par l’ambiance donnée au récit mais également par la plume de l’auteur. L’ensemble est extrêmement agréable à lire, très poétique ; mystérieux aussi, mais également rempli de douceurs et de subtilités ! Nous avons là un récit qui mêle à la fois la musique, les souvenirs, les parfums, le romantisme ; mais également la solitude, le soutient et l’amitié ! C’est ce genre de récit qui apaise et nous laisse un petit sourire aux lèvres une fois terminé …

En bref : Carole Boucly nous offre un récit plein de poésie et de délicatesse, mais également très mystérieux. Ces personnages sont un atout, mais je souligne aussi l’ambiance générale de l’intrigue qui nous transporte rapidement dans son univers. Vous l’aurez compris, cette nouvelle publication des Éditions Calepin est un nouveau coup de cœur et je vous invite sincèrement à la découvrir !

Partenariat
Logo Calepin

Publicités

« Esclave de sang » de Tasha Lann

Article - Présentation

Dès qu’on retire la gent masculine, la vie devient un long fleuve tranquille.

Notification 3

Article - Résumé

Mon nom est Evy Dumas et je suis une jeune étudiante tout ce qu’il y a de plus banale. Du moins je l’étais jusqu’à ce que j’aie le malheur d’accepter de suivre mes amis à la fête universitaire d’octobre. Ils se sont bien amusés. Pour moi… disons que la soirée a été intéressante.

Me voilà maintenant ballottée entre la France et l’Écosse, entre la fac et une cité hors du temps dirigée par cinq types carrément flippants. Des vampires… Comme ce gars – sublime – qui se croit en droit de diriger ma vie simplement parce que je l’ai vu planter ses crocs dans le cou d’une fille.

Cela vous paraît difficile à croire ?
Et pourtant…

Article - Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calepin pour ce partenariat.

Comme je vous le disais lors de la présentation de cette lecture, il est grand temps que je vous partage mon avis étant donné que ce livre est sorti il y a quelques mois déjà. Mais je n’avais lu qu’un premier jet du récit, qui a été retravaillé pour sa publication. Et c’est la « re-lecture » qui m’a demandé plus de temps ^^ (Soit, on s’en fout un peu non ?)

Si vous me suivez depuis quelque temps maintenant, vous n’êtes pas sans savoir que les précédentes publications de Tasha Lann, « A.B.I.E. » et « Éclat Nocturne » ont été de véritables coups de cœur ; tant pour l’intrigue que pour le style d’écriture. Malheureusement, ce ne sera pas le cas pour cette fois …

Cela s’explique-t-il par le fait que ce soit de la bit-lit, un genre bien trop souvent lu et où j’ai peine à trouver une certaine originalité ? Peut-être … Toujours est-il que je n’ai pas détesté pour autant, j’ai même plutôt bien accroché ! L’univers créé autour du mythe fonctionne sans difficulté, l’histoire vampirique reste assez classique mais la touche apportée par Tasha Lann est intéressante, particulièrement lorsqu’il s’agit du concept d’Esclave de sang !

Je crois avoir fait des conneries cette nuit, mais j’étais trop ivre pour m’en souvenir.
– Aucun souvenir, aucun regret ! affirme Anya en connaissance de cause.
– Vu comme ça …

Evy Dumas, notre héroïne malchanceuse, est une jeune fille de 19 ans des plus ordinaires. Impliquée dans ces études et dans son boulot à la fac, elle ne se permet aucune incartade. C’est la bonne copine par excellence, celle qui ne boit pas et s’assure que tout se passe bien pour tout le monde. Malheureusement pour elle, le seul soir où elle se décide enfin à profiter, elle n’aurait peut-être pas dû … C’est le soir qui va changer sa vie !

Ce que j’ai apprécié chez cette jeune fille, c’est son énergie et sa combativité ! Son entêtement à continuer à se battre, même si les espoirs de réussite s’amenuisent rapidement. Elle ne peut rien faire pour contrer ce statut d’Esclave de sang qui ne lui laisse aucun moment de repos, mais elle est bien décidée à ne pas baisser les bras et à s’en sortir vivante !

Et puis, bien évidemment, il y a Jehan Sullivan ! Le beau et séduisant vampire au magnétisme irréel … On ne sait pas vraiment sur quel pied danser avec lui ! Une fois on se dit qu’il est le pire des goujats et, quelques pages plus tard, qu’il n’est finalement pas si mauvais que ça …

Mais n’allez pas croire à la romance niaiseuse, on en est loin ! Certes, il y a une attraction entre les deux qui ne peut être niée. Mais Evy ne se laisse pas faire et lutte contre cette faiblesse que lui impose Jehan ! Ce qui donne lieu à des situations légèrement cocasses et qui apporte, par la même occasion, une touche de légèreté à cette histoire sous tension.

Si mon corps est prisonnier, mon esprit, lui, est encore libre et j’ai bien l’intention de le lui faire sentir.

Ce que j’ai apprécié dans ma lecture, c’est que tout est réuni pour tenir le lecteur en haleine : la tension, les rebondissements, l’action, le suspense, … Parfois même un peu trop ! Tasha Lann ne laisse que peu de moment de répit à son héroïne. Ce qui « décrédibilise » (si je puis dire, parce qu’on parle quand même de vampire … Mais vous m’avez compris ^-^) légèrement certains évènements …

Que dire de plus si ce n’est que c’est toujours un plaisir de retrouver la plus de Tasha Lann !! J’ai encore une fois été emportée très facilement dans son histoire et j’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de son personnage dans cet univers ; certes, plutôt commun, mais qui va faire de la vie d’Evy un véritable enfer !

En bref : un peu déçue parce que j’aurais aimé être aussi enthousiaste avec « Esclave de sang » que je l’ai été avec les précédentes publications de Tasha Lann. Malheureusement, je pense que le sujet ne s’y prêtait pas … Cependant, je souligne la touche apportée au mythe du vampire classique, qui est parfaitement développée et très intéressante ! Tout comme le caractère de l’héroïne, survolté et déterminé. J’ai hâte de découvrir la suite et savoir si Evy va se sortir de ce pétrin.

Partenariat
Logo Calepin

« LiLi Mirage et la Fabrique Arc-en-ciel » de Karen Le Luron

Article - Présentation

Bienvenue à la Fabrique Arc-en-Ciel. Vous êtes au rez-de-chaussée. Veuillez prendre l’ascenseur et sélectionner un étage s’il vous plait.

Notification 4

Article - Résumé

En cette douce nuit d’hiver, une aventure extraordinaire attend Lili Mirage.

Aux côtés de la fée Frimousse, Lili plonge dans un monde magique regorgeant de merveilles : la Fabrique Arc-en-ciel. La petite fille y fait de bien belles rencontres et découvre de nouveaux secrets à chaque étage…

Qui fabrique les nuages et la neige ? D’où vient le vent ? Autant de mystères à découvrir au fil de cet incroyable voyage.

Article - Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calepin pour ce partenariat.

Du haut de mes 28 ans, sans enfant, et avec un seul petit garçon de 3 ans dans la famille : il est clair que je ne fais pas partie de la cible visée par cette lecture jeunesse ^-^ Mais, ayant travaillé sur la couverture avec l’illustrateur, j’avais malgré tout envie de découvrir ce qui se cachait derrière.

Globalement, l’histoire est vraiment toute mignonne ! On découvre Lili, une petite fille qui aime se plonger dans des univers imaginaires, alors qu’elle va visiter la Fabrique Arc-En-Ciel en compagnie de la fée Frimousse comme guide. Elles vont parcourir les différents étages tels que le Département des températures, le Bureau des nuages, la Division des Vents, ou encore le Ministère des précipitations.

N’as-tu jamais remarqué que les nuages gris étaient porteurs de pluie et les nuages noirs associés aux orages ? Bien entendu, nous proposons aussi des couleurs plus gaies. Les nuages qui accompagnent les couchers de soleil sont teintés de rouge, d’orange, de j’aune ou d’or. Des nuages roses sont aussi fabriqués en éditions limitées pour la Saint-Valentin.

L’auteur à de très bonnes idées et la Fabrique Arc-en-Ciel est réellement un endroit magique où Fées et Lutins travaillent consciencieusement. De plus, le style d’écriture est simple, sympathique et sans difficulté pour les plus petits. Malgré tout, j’ai trouvé dommage que cette lecture se limite à la présentation de ce monde magique … D’autant plus que Lili nous apparaît comme une petite fille curieuse et touche-à-tout, j’aurais donc aimé qu’elle y fasse une ou deux bêtises, histoire d’ajouter quelques obstacles ou une petite morale à l’histoire.

Concernant les illustrations, elles sont superbes ! Même si certaines pourraient, je pense, ne pas toujours être totalement comprise par le regard des plus jeunes. Kaltame a fait un travail formidable et toute la magie ressort parfaitement bien.

Maquette_Lili Mirage_VF   Maquette_Lili Mirage_2VF

En bref : une jolie petite histoire bien sympathique, pleine de magie et magnifiquement illustrée ; qui plaira aussi bien aux petits qu’aux grands. Dommage que Karen Le Luron n’y ajoute pas quelques bêtises et se limite à la présentation d’un monde qui, malgré tout, reste très intéressant.

Partenariat
Logo Calepin

« Le concierge qui rêvait de devenir détective privé » de Valérie Passello

Article - Présentation

C’est que, las d’attendre chaque mois son maigre salaire de concierge, et persuadé d’avoir un destin bien plus lumineux que le récurage d’une cage d’escalier, Balthazar avait un grand projet.

Notification 1

Article - Résumé

Balthazar Du Bousquet des Fignolles, concierge à ses heures perdues, tient à mettre ses talents au service de ses concitoyens. Armé de ses jumelles et de son flair inégalable, il saura mener des enquêtes de tous types et de toute envergure afin de devenir le plus célèbre détective de tous les temps.

Article - Mon avis

Afin de pouvoir parfaire la couverture de ce récit pour les Éditions Calepin, j’ai eu la chance de pouvoir le lire en « avant-première ». Malheureusement, c’est bien la première fois qu’une de leurs publications me laisse totalement indifférente … Cette chronique s’annonce donc assez difficile (et plutôt courte) étant donné que je ressors de cette lecture sans aucun ressenti. C’est ni bon, ni mauvais … Je dirais simplement que l’absurde n’est pas un style qui me correspond.

Balthazar Du Bousquet des Fignolles est le concierge de l’immeuble situé au 27, rue des Oliviers. Son passe-temps favoris ? Espionner quotidiennement ses voisins, armé de sa paire de jumelles ! Mais, n’étant pas dupe de son petit manège, tout l’immeuble lui donne le doux nom de « la fouine ».
Ainsi, inlassablement, il observe la veuve Bujard, toujours en peignoir et bigoudi, qui vit entourée de ces deux chats persans ; le violoniste du 9C, Mr Vavlovic, adepte des réceptions mondaine ; mais aussi le couple Ferrouti, qui semble faire de leurs disputes une véritable passion et dont les enfants, Amalia et Jean-Jacques, ne sont pas des mieux élevés !
Persuadé d’avoir un destin plus glorieux devant lui, c’est lors d’une se ces « rondes » que l’idée saugrenue s’est insinuée au plus profond de lui-même : il allait devenir détective privé !

Ce gaillard était tout juste bon à fourrer son nez dans les affaires des autres. Et encore, tout le monde le savait : bonjour la discrétion !

À force de laisser trainer ces oreilles indiscrètes un peu partout, Balthazar est persuadé d’avoir trouvé la profession idéale pour qu’il puisse enfin avoir son heure de gloire ! Il va donc s’en donner les moyens et sortir tout l’attirail du parfait détective afin de laisser paraître une image de professionnel devant ses futurs clients. Mais c’est loin d’être gagné, Balthazar étant le roi de la déduction hâtive et … inexacte !

Malgré tout, un premier client lui réclame ces services assez rapidement. Et c’est de là que va démarrer l’enquête la plus rocambolesque de tous les temps. Il faut dire qu’avec un détective de son envergure, il ne fallait pas s’attendre à moins ! Trafique d’arme, faux papiers, adultères, meurtres, … Tout y passe ! Mais Balthazar n’est pas des plus réfléchis ; et il faut dire que les « magic cake » ne vont pas l’aider !

Valérie Passello a un style bien à elle qui se laisse lire facilement ; nous offrant même la possibilité d’avoir une vue globale des habitants de l’immeuble et donc, de faire notre propre enquête. Et au final, je suis même prête à parier que beaucoup d’entrevous n’auraient pas abouti aux bonnes conclusions !

Mais comme je vous le disais, c’est un récit humoristique et absurde auquel je n’ai pas été réceptive ! J’ai trouvé le tout extrêmement plat (et, oserais-je dire ? Vieillot ?) et sans grandes actions qui m’auraient tenue éveillée … Je ne sais pas quoi vous dire d’autres étant donné que c’est une grosse bulle de néant qui remplit mon esprit quand je pense à ce récit.

En bref : je ne suis pas déçue, c’est juste que je suis restée de marbre ! Si ce n’est le côté « enquête » de ce récit, rien n’a su retenir mon attention …

« Éclat Nocturne » de Tasha Lann

Article - Présentation

Suis-je la seule à être obsédée par la liberté ? Je ne comprends pas pourquoi personne ne se rebelle. Le monde réel est-il si atroce qu’ils préfèrent tous perdre leurs droits en faveur de leur don surnaturel ?

Coup de coeur

Article - Résumé

Pour Kate, tout a changé cette nuit-là.
Cette nuit où sa liberté lui a été arrachée.
Cette nuit où sa vie lui a été volée.

Loin de ses proches, Kate se retrouve prisonnière d’un univers aussi fascinant qu’effrayant, aux côtés de son bourreau, le beau et troublant Matt… Face à ses ennemis et ses sentiments naissants, Kate se bat pour préserver son identité. Mais sait-elle seulement qui elle est ?

Article - Mon avis

ENFIN, je l’ai lu ! Et ENFIN, voici ma chronique ^^
Merci aux Éditions Calepin pour leur patience, leur confiance, … pour TOUT !

« Éclat Nocturne », c’est l’histoire de Kate Lineter, une jeune fille qui se réveille dans une chambre médicalisée sans aucun souvenir de sa soirée de la vieille. Retenue contre son gré, on lui parle de test, de don, de mutation, … Elle n’y comprend rien mais une chose est sur, elle veut sortir de là et retrouver sa vie d’avant, sa famille, ses amis. Mais, Kate est loin de s’imaginer qui elle est vraiment !

Au début, j’avoue que j’avais peur d’être déçue. J’avais tellement adoré « A.B.I.E », la précédente publication de Tasha Lann, que, pour moi, il était difficile de faire mieux. Et, finalement, ô joie, j’ai tout autant adoré cette histoire. Encore une fois, l’auteure nous embarque dans une aventure atypique grâce à un imaginaire qu’elle maitrise et une plume totalement additive. Je suis conquise !

Je ne sais si je dois être soulagée ou non. Soit je suis une folle entourée de gens normaux, soit je suis saine d’esprit, mais entourée de détraqués. Dans un cas comme dans l’autre, les perspectives ne sont guère réjouissantes.

Parmi les personnages, j’ai particulièrement apprécié Soren. Alors, d’accord, c’est un personnage secondaire mais je l’ai trouvé très amical, sincère et attachant. Ce petit côté surprotecteur qu’il a envers les personnes qu’il aime est très touchant ! Il fait partie de ces personnages qu’on aimerait compter dans notre cercle d’amis ^^

Ensuite, il y a Kate, bien sur, que je classerais plutôt dans les personnages attachant mais qu’on aurait bien envie de baffer de temps en temps quand même ! Pourquoi ? Simplement parce qu’elle a le don de se mettre dans la merde (autant dire les choses telles qu’elles sont, non ?). Elle a beaucoup de mal à ne pas l’ouvrir quand quelque chose ne lui convient pas ! Mais c’est aussi ce que j’ai apprécié chez elle : sa combativité et son caractère bien trempé ! Cette situation ne lui plaît pas et elle le fait savoir. Disons que ça change des personnages principaux qui tombent subitement amoureux de leur bourreau et accepte tout et n’importe quoi de leur part sans rechigner.

Quoi que, ce n’est pas tout à fait vrai … Car le bourreau en question, Matt, a quand même réussi à faire chavirer son cœur, bien qu’elle lutte avec acharnement contre ces sentiments ! Il faut avouer qu’au départ, il est plutôt attirant quoiqu’il soit du côté des méchants. Son côté mystérieux m’a intrigué sur le début mais il m’a également lassé par la suite … J’ai eu beaucoup de mal à le cerner et donc, à m’attacher !

Je n’ose bouger. Malgré moi, sa présence à mes côtés me réconforte. Je veux qu’il s’en aille et en même temps, j’ai peur dès qu’il me quitte.

La bonne surprise, toujours au niveau des personnages, est Sébastien. Un vrai salaud sur le début, qui ne montre pas de réelles émotions mais qui, par la suite, se révèle être un atout de taille ! Je n’en dirai pas plus …

Dans cette lecture, Tasha Lann a réussi à lier science-fiction et romance sans que cette dernière ne soit trop présente ou ne vienne gâcher toute l’intrigue de base. J’y ai retrouvé tout ce que j’avais tant apprécié dans « A.B.I.E » : un univers maitrisé, des personnages intéressants, une plume fluide… Tout est réuni pour passer un super moment ! Les actions s’enchainent sans pour autant alourdir le texte, au contraire, elles ne font qu’attirer notre curiosité et notre envie d’en découvrir toujours plus !

Tu es une personne exceptionnelle Kate, ton caractère est ta plus grande force.

Vous l’aurez compris, c’est encore une fois un sans-faute pour les Éditions Calepin !
Je ne sais pas quoi vous dire d’autre si ce n’est que c’est un livre à ajouter à votre wishlist (ou votre PAL directement, c’est encore mieux !) de toute urgence !

Vous remarquerez que je n’en dis pas trop concernant l’intrigue et le monde mit en place par l’auteur mais c’est totalement voulu. Je pense sincèrement que vous en dire trop vous gâcherais le plaisir, je préfère donc m’abstenir et vous laisser dans l’impatience de la découverte, si ce n’est pas déjà fait … 😉

Partenariat
logo-calepin

« Seconde chance » d’Alexandre Jaqua

Article - Présentation

Oui ? Non. Si, c’est moi ! Non, voyons, ce n’est pas moi. Si ce n’est pas moi, alors qui suis-je ? Je ne sais pas. Je dois être Grégory.

Notification 5

Article - Résumé

« Vous n’existez pas. »

Cette simple phrase suffit à faire basculer la vie douillette et sans histoire de Grégory Hectolitre. Lorsqu’il vient chercher son diplôme au lycée, ceux qu’il côtoie depuis des années ne le reconnaissent pas : aux yeux du monde, sa vie n’est qu’un leurre, une histoire inventée de toutes pièces.

Perdu dans cette réalité qui le dépasse, Grégory doit survivre comme il peut et tenter de dénouer les fils de ce mystère. Chaque détail revêt soudain une importance insoupçonnée, à commencer par sa rencontre inattendue avec Elena. Qui est cette jeune fille plutôt secrète qui lui offre spontanément son aide ? Pourquoi s’intéresse-t-elle tant à lui ?

Déterminé à obtenir des réponses, Grégory est prêt à tout, même à affronter son passé. Mais il est loin de se douter de ce qu’il va découvrir…

Article - Mon avis

Puisque nous sommes le 27 novembre, jour de parution officielle de cette nouvelle publication des Éditions Calepin, autant en profiter pour partager mon avis avec vous !

Gregory Hectolitre est un jeune étudiant en terminale scientifique. Enfin, c’est ce qu’il croit … Car une fois au lycée pour récupérer les résultats de son baccalauréat, son nom ne se trouve pas sur la liste. Pire, la directrice de l’école lui affirme qu’il ne l’a jamais passé et que son nom ne figure même pas dans les registres. C’est à ni rien comprendre …. Pour couronner le tout, alors qu’il se fait contrôler par un gendarme sur la route pour rentrer chez lui, celui-ci lui apprend qu’il n’y a aucune trace de son existence nulle-part et que la voiture qu’il conduit n’a même jamais été fabriquée  …
Tout son petit monde s’écroule, il n’existe pas. Mais Grégory est bien décidé à obtenir des réponses, à comprendre !

Je n’étais pas fou, c’était le monde qui l’était devenu …

Dès le début, l’intrigue est présente ! L’existence de Gregory est mise en doute et attise notre curiosité quant au fait d’une telle possibilité. Des souvenirs inexistants, une vie entière transformée en un énorme point d’interrogation et un personnage totalement dans le brouillard. Tous ces éléments nous amènent à réfléchir et font que nous sommes transportés assez rapidement !

Cette intrigue va vraiment être le fil conducteur de ce livre ! Non seulement parce que les révélations arrivent au compte-gouttes mais surtout parce que aucun indice ne nous est donné concernant le dénouement. Nous avançons petit à petit, à la même vitesse que Gregory, et c’est ce que j’ai vraiment apprécié. C’est ce qui nous permet de ne pas lâcher notre livre du début à la fin.

L’auteur manie le suspense aussi bien que la plume ! Alors que nous pensons avoir compris, on se rend compte que non, nous avons simplement été bernées par les mots de l’auteur, par sa manière d’amener les choses. Il arrive à faire en sorte que l’on fasse confiance aux différents personnages alors que certains mériteraient certainement plus de méfiance ! Tout ça grâce à une plume réfléchie, attractive et fluide. Les chapitres sont plutôt courts et les pages se tournent à vitesse grand V, du coup, il est difficile de poser notre lecture !

Une semaine plus tôt, je n’étais plus personne. Aujourd’hui, je n’étais plus sûr de pouvoir déterminer qui j’étais.

Les personnages sont, tout comme l’intrigue, très bien aboutis !

Gregory est rapidement attachant de par sa situation. On a de la peine pour lui, qui se retrouve seul alors qu’il ne sait même pas qui il est vraiment. Il est perdu, et nous aussi ! Cependant, il ne perd pas son humour tout du long et c’est très agréable. Il est également motivé à retrouver sa vie, son identité, mais également prêt à explorer d’autres horizons ! C’est un personnage qui a du caractère, qui est courageux, et qui n’a pas peur d’affronter l’inconnu.

Il y a aussi Elena, cette jolie blonde très énigmatique que Gregory rencontre à la gare. Elle est drôle, sympathique, et lui propose même de l’héberger quelques jours. Journaliste, elle voit en lui et son histoire un futur article sensationnel. Mais, au bout de quelques jours, alors qu’il découvre des micros et des caméras miniatures planqués dans tout l’appartement, ces explications ne sont pas claires, elle lui cache quelque chose … Tout du long, je n’ai pas su sur quel pied danser avec elle, elle me paraissait suspecte alors que bizarrement, j’avais malgré tout cette envie de lui faire confiance.

Elle avait plutôt l’air de la bonne amie avec qui l’on boit un verre au bar. Et cela tombait bien car c’était exactement ce dont j’avais besoin. L’amie, pas le bar.

Le fait que tout nous soit raconté à la première personne du singulier nous permet plus facilement de prendre la place de notre protagoniste principale, Gregory ! Nous sommes donc transportés dans un monde parallèle, dans une vie qui n’est pas la nôtre mais dont nous ressentons quand même ce besoin de découvrir la vérité !

L’auteur nous offre un parfait suspense avec tout ce qu’il faut : de l’action, une bonne intrigue et des révélations dosées comme il faut ! La fin se découvre mais ne se devine pas, ce qui permet de l’apprécier à sa juste valeur.

Je n’ai pas envie de vous en dire plus sur l’histoire sous peine de spoiler, comme toujours … Mais sachez que, si vous êtes adeptes des suspenses, vous ne serez pas déçu !

Il ne vous reste plus qu’à vous diriger vers la boutique des Éditions Calepin pour vous le procurer 🙂

Partenariat
logo-calepin

Et n’oubliez pas le concours, il vous reste une semaine pour tenter votre chance !

Concours Seconde Chance

« A.B.I.E » de Tasha Lann

Article - Présentation

Je veux être consciente de tout pour ne jamais oublier de vous haïr !

Coup de coeur

Article - Résumé

A.B.I.E : Quelle vérité se cache derrière ces quatre lettres ?
Sam n’a que dix-sept ans lorsqu’elle est enlevée par le Labo. Tout semble lui échapper : son passé, son destin, ses sentiments et même sa force. Mais c’est sans compter sur la rage de cette jeune fille qui a encore tout à vivre et tout à espérer.

Devenue l’ABIE la plus convoitée du Labo, Sam se bat sans relâche pour sa liberté, puisant son courage dans les yeux mystérieux de Conan, enfermé de l’autre côté du couloir.

Une chose est certaine : rien ne sera plus jamais comme avant…

Article - Mon avis

Vous vous souvenez du « manuscrit mystère » que j’ai lu il y a de cela quelques semaines ? Et bien voilà, vous savez maintenant, il s’agissait bien de la prochaine publication des Éditions Calepin : A.B.I.E ! Afin de m’aider dans la réalisation de sa couverture, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir cette pépite en avant-première et il est maintenant tant de vous donner mon avis.

Sam Connor est une jeune femme de 18 ans au style garçon manqué qui adore les sensations fortes, voire extrêmes. La seule chose qui l’effraye : les aiguilles, elle est bélonéphobique. Et cette phobie va être mise à rude épreuve lorsqu’elle est enlevée par le Centre de Recherche Secret International, autrement appelé « Le Labo » afin de devenir une A.B.I.E ! Mais, contrairement aux autres A.B.I.E., Sam à du caractère et l’envie de se sortir de cet enfer. De plus, elle va se découvrir un allié qui saura l’aider à surmonter tout ça et à garder espoir.

Dans ce roman, j’ai été de surprise en surprise ! L’intrigue, l’histoire, les rebondissements, la romance, les personnages ainsi que leurs liens, la plume de l’auteure … tout est réuni pour en faire un coup de cœur comme je les aime tant !
C’est parti pour détailler tout ça ^^

On m’a toujours dit que pour éliminer une peur, il faut éradiquer ce qui la provoque. Or, je doute qu’ils se décident à supprimer tous les médecins et les infirmiers de ce Labo !

Tout d’abord, l’intrigue ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous sommes directement dans l’action et j’adore ça. Pas besoin de présentation, on s’en occupera plus tard, nous sommes tout de suite interpelés par l’enlèvement de Sam et suivons ces premiers pas dans ce Labo aseptisé et immaculé. Des tonnes de questions nous viennent à l’esprit mais surtout : pourquoi ? Et, à cette question, les réponses viendront petit à petit, comme un sac de nœuds que l’on défait boucle après boucles. Et c’est aussi grâce à cette entrée en matière rapide que nous nous attachons à Sam. Son statut de « cobaye » fait qu’on ne peut que la soutenir dans cette épreuve !

Ensuite, l’histoire ! Je vous l’accorde, si on s’imagine que cela pourrait se passer « in real life », ça fait peur ! Mais je tiens à souligner le côté original de la chose quand même, que j’ai adoré, et qui m’a interpelé du début à la fin ! L’auteur nous propose une série de rebondissements et de révélations qui nous tiennent en haleine sans interruption et qui sont toujours extrêmement bien placées. En mélangeant la science-fiction avec l’émotionnel et une légère touche de romance, nous avons là un savant mélange pour ne pas décrocher de notre lecture un seul instant.

Vient ensuite la romance ! Et, ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est le fait qu’elle soit légèrement relayée au second plan. Elle ne prend pas le dessus sur l’intrigue principale. Elle est présente mais sans entacher le cours de l’histoire et surtout, sans rendre notre héroïne totalement dépendante. Cette romance va l’aider, lui donner de l’espoir, certes ; mais elle ne va pas l’obsédée. J’ai trouvé ce côté très intéressant mais surtout, quel soulagement ! Parce que bon, j’aime bien les romances mais quand je suis dans de la science-fiction, je préfère qu’elle reste secondaire. Je peux donc dire que j’ai été ravie de ce côté-là ^^

J’ai fait la paix avec mon passé. Je suis juste une ado morte-vivante qui rêve de liberté.

Et bien sur, les personnages ! Ils sont tous plus ou moins attachants à un moment ou à un autre, qu’ils soient du côté des gentils, ou des côtés des méchants.
Nous avons bien évidemment notre Sam et son caractère un peu buté qui ne se fait pas prier pour nous sortir des répliques cinglantes qui m’ont plus d’une fois fait sourire. L’auteur nous offre aussi ces réflexions personnelles, souvent vulgaire il faut le dire (mais ce n’est pas péjoratif car je trouve que ça lui donne un aspect plus réel), qui nous permettent de la cernée plus facilement, de découvrir qui elle est sous cette carapace qu’elle s’est forgée au fil du temps.
Et puis, Conan … Le beau Conan. Cet autre rat de laboratoire possédant encore de la vie dans ces yeux et qui va se battre au côté de Sam pour leur liberté. Très vite, ils vont se sentir lier, comme s’ils se connaissaient déjà. Leur désirs de combativités et de liberté est palpable, tout comme leurs émotions et leurs sentiments !
Il y a Mora aussi, le référent de Sam. Rempli de patience et de tact, il ne semble pas méchant mais plutôt mystérieux. Il va s’intéresser à Sam, lui expliquer la situation, lui donner quelques privilèges, … Il est assez intrigant et nous allons, petit à petit, comprendre qui il est vraiment.

Vous l’avez compris, encore une fois, j’adhère totalement au choix de publications des Éditions Calepin ! Avec Tasha Lann, nous découvrons une plume très agréable et fluide. Les descriptions nous transportent en un clin d’œil au côté de Sam tellement elles sont justes et sans longueurs superflues. Son imagination débordante nous emmène dans un univers que j’ai vraiment aimé. Aucun reproche, c’est un coup de cœur !

Partenariat
logo-calepin

« Saulnier et la petite morte » de Caterine Coss

Article - Présentation

À première vue on dirait un vieux râleur, un blasé mais je pense qu’en fait c’est un homme sensible que la misère du monde emmerde profondément.

Notification 4

Article - Résumé

Pierre Saulnier, lieutenant de police à l’ancienne ne supporte rien ni personne, encore moins ses collègues qui le lui rendent bien. Usé et désabusé, il traîne sa vie comme on traîne un vieux boulet et noie parfois sa triste existence dans l’alcool.

Pourtant, en ce matin frileux de décembre, Saulnier est loin d’imaginer qu’il est sur le point de se lancer dans une enquête bien particulière, une enquête qui va bouleverser sa vie…

Qui aurait cru qu’une Petite Morte….

Article - Mon avis

Avec (encore) un train de retard, voici enfin mon avis sur la 4ème publication des Éditions Calepin dont j’ai fait la couverture : Saulnier et la petite morte ! À première vue, l’histoire me semblait intéressante, sans plus. Mais c’était sans compter la plume additive de Caterine Coss et sa très belle leçon de vie.

Pierre Saulnier, lieutenant de police depuis déjà quelques années, est un homme brisé par la vie. Bourru et blasé, il traine des pieds et ne vois que le mauvais de ce que la vie peut lui offrir. Mais, alors qu’il enquête sur le meurtre de Marion, une jeune fille dans la fleur de l’âge assassinée de plusieurs coups de couteau, Saulnier va devoir faire face à un événement des plus inattendus : le fantôme de la petite morte va entrer en contact avec lui afin de l’aider dans son enquête. Mais pas que …

Nous allons donc suivre l’enquête de Saulnier concernant l’assassinat de Marion. Une enquête en apparence plutôt banale mais qui va se révéler être beaucoup plus que ça ! En effet, alors que le lieutenant piétine magistralement dans son enquête, Marion va se manifester à lui par le biais de son ordinateur. Même si elle est bel et bien morte, son esprit est décidé à retrouver son assassin !

Dès les premières lignes, le ton est donné concernant l’état d’esprit de Saulnier ! Il râle, ne s’intéresse à rien, il est du genre pessimiste et cette enquête l’ennuie plus qu’autre chose …
Mais, suite à sa « rencontre » avec Marion, ce personnage va évoluer. Il va devenir plus « vivant », plus ouvert et épanouit. Et même si nous sommes toujours dans l’enquête, j’avoue l’avoir relégué au second plan et m’être plus intéressée aux états d’âme de ce personnage car son évolution est vraiment belle à voir et très bien amenée !

J’ai également bien apprécié le personnage de Marion, la jeune fille assassinée. Lorsqu’elle évoque son passé, nous comprenons qu’elle n’a pas eu une vie facile. Marion a quitté Paris pour Grenoble mais, une fois sur place, elle s’est retrouvée seule … Les Leroy l’ont soutenue et aider en lui donnant un logement ainsi qu’un travaille. Elle était appréciée de tous au restaurant, que ce soit les clients ou des Leroy, ces employeurs. Les chapitres la concernant nous permettent de mieux la connaitre étant donné que, dès le début, elle meurt alors qu’elle n’avait que 23 ans et toute la vie devant elle.

Le lien qui va unir nos deux protagonistes est vraiment beau ! On sent parfaitement le côté bénéfique qu’apporte Marion à Saulnier ! Depuis la mort de sa femme et de son fils de 7 ans dans un grave accident de voiture, il s’est refermé sur lui-même. Marion va le faire revivre, lui redonner du courage ! Il va être plus joyeux, plus enjoué, et va reprendre soins de lui.

Marion va également nous permettre d’avoir un point de vue différent sur le lieutenant. Elle parle de lui avec beaucoup d’affection, ce qui lui donne un petit côté très attachant qu’on ne lui attribuerait pas au début.

En conclusion, Caterine Coss nous offre un récit policier qui, tout en faisant évoluer son enquête, fait également évoluer la psychologie des personnages. Si vous cherchez un roman avec une enquête détaillée, là, par contre, je vous dirais que ce n’est pas le livre qu’il vous faut ! Mais pour ma part, le côté fantastique et relationnel mi en avant est largement suffisant pour me faire apprécier ma lecture. De plus, l’auteur à une plume entrainante et maitrisée ! Elle réussit à nous faire passer par différentes émotions grâce à des personnages très attachants et à une histoire maitrisée du début à la fin !

Bref, si vous êtes à la recherche d’un roman à mi-chemin entre le policier et le fantastique, n’hésitez pas !

Partenariat
logo-calepin

« Tout ira bien Salomé… » de Renaud Blondel

Article - Présentation

Tu sais papa, ne t’inquiète pas pour moi. Si je meurs, je serai contente parce que je sais que je retrouverai maman. Si je suis vivante, je suis contente aussi parce que je suis avec toi. Tu vois papa, je suis tout le temps contente.

Notification 5Article - Résumé

Matthias n’a plus le temps…
Du haut de ses cinq ans, sa fille Salomé lutte contre une pathologie génétique grave.
Une transplantation pourrait la sauver, mais le greffon n’arrive pas. Désormais, le pronostic vital est engagé à très court terme.

Le hasard d’une rencontre ouvre alors de nouveaux horizons et redonne espoir à ce père attentif. Pour Salomé renaît peut-être enfin un avenir… mais en terre inconnue et au prix d’un impensable dilemme.

Article - Mon avis

Je sais, je sais, j’ai pris un peu de retard et du coup, voici seulement mon avis sur l’une des dernières publications des Éditions calepin dont j’ai fait la couverture. Honte à moi ^^ Mais que voulez-vous, les journées ne sont pas assez longues pour faire tout ce dont j’ai envie … Soit, on n’est pas là pour parler de moi mais de « Tout ira bien Salomé … », roman de Renaud Blondel que j’ai littéralement dévoré !

Mathias est un papa célibataire qui vit seul avec sa fille d’à peine 5 ans, Salomé, depuis le décès de sa femme quelques années plus tôt.  Après le rituel du coucher, il laisse sa fille sous la surveillance de sa nounou afin de se rendre au vernissage organisé par son amie Emmanuelle. L’état de santé de Salomé ne va pas en s’améliorant, il n’a donc vraiment pas le cœur de « l’abandonner » mais ne tiens pas non plus à décevoir son amie. C’est donc la mort dans l’âme qu’il se dirige vers la galerie d’art. Une fois sur place, Medhi, linguiste et chercheur universitaire,  se présente à lui et à force de discussions, la soirée lui semble plus agréable. Le contact passe bien entre les deux hommes et c’est donc naturellement qu’il se retrouve de temps en temps autour d’un verre. Le jour où Mathias lui parle de la maladie de Salomé, du besoin urgent d’un greffon pour son foie, Medhi lui propose de se diriger vers l’Iran, pays ou le commerce d’organe y est légal. C’est sceptique mais avec espoir que Mathias réunit les documents nécessaires. Mais … Est-ce vraiment prudent ? Cette solution est-elle la bonne ? Salomé va-t-elle survivre assez longtemps ?

Je vous avoue avoir été très surprise par l’histoire, et en bien ! Elle traite d’un sujet à la fois fort et délicat, tout en nous sensibilisant face au problème du don d’organes. Il est tout simplement impossible de poser le livre tellement le sort de Salomé est indécis. J’ai eu peur pour elle, pour son avenir, pour sa vie ! Ce récit a été une torture émotionnelle tellement je suis passée de la joie à la tristesse en quelques secondes selon les rebondissements. Et rebondissement il y a, alors, je vous laisse imaginer mon état lors de la fermeture du bouquin : bouleversée ! On ne peut simplement pas rester indifférents au sort de cette petite tête blonde ainsi qu’à la détresse palpable du père.

Le récit est réellement bien construit et assez poétique également. Dès la première scène, je me suis attendrie devant ce papa aimant et protecteur. J’étais quasi sûr, même si je connaissais un peu l’histoire de par mes échanges avec les éditions et l’auteur, de me plonger dans un récit émouvant qui relaterait l’amour sans failles d’un père prêt à tout pour sauver sa fille. Et c’est bien ce que j’ai eu ! Mais j’ai surtout été surprise de me retrouver au beau milieu d’un récit sous tension ou mon cœur faisait des bons et criait à l’injustice ! Parce que, oui, j’ai ressenti tout ça au même rythme que ce père les vivait.

Je déplore quand même une petite chose … Une certaine longueur au niveau du (zut, je ne sais plus … Et je n’ai pas le livre sous la main bien sur !) 12 ou 13ème chapitre. Il est extrêmement long et j’ai quelque peu décroché par moments. C’est dommage car tout le reste est vraiment bien construit et nous avons là un savant mélange d’action et de sentiments, le tout dans une intrigue incroyable et avec des personnages très attachants.

Mathias Lardier, le papa de Salomé, est attaché parlementaire. C’est un homme brisé et fatigué depuis la mort de sa femme. Ces nuits sont hantées de cauchemars et il supporte la vie plus qu’il ne la vit et ce, entièrement pour sa fille. C’est un père attentif et sensible au bien-être de Salomé. Il fait de son mieux pour s’occuper d’elle malgré l’acharnement de la vie à lui prendre toutes les personnes qu’il chérit. Il va se retrouver au centre d’une machination et chacun de ces faits et gestes seront effectuées pour sa fille, car c’est pour elle qu’il fera tout ce qu’il lui sera demandé. Et c’est dès ses premiers mots que je l’ai apprécié ! Il est attendrissant et on ne peut qu’aimer le personnage face à tant d’amour.

Salomé est une petite fille pleine de vie, de courage et d’innocence. Elle est lucide quant à sa maladie mais également concernant son espérance de vie sans la rapide greffe d’un foie. Elle aime son papa si protecteur et le rassure lorsqu’elle sent qu’il se pose trop de questions. Elle est attendrissante et son histoire fait qu’on ne peut pas ne pas s’attacher à elle. J’avais juste une envie, la protéger envers et contre tous !

Un petit mot pour Shireen également, infirmière à l’hôpital Milad de Téhéran, qui est un personnage furtif mais qui m’a tout de même marqué pour l’espoir qu’elle représente ainsi que son courage à risquer sa vie pour une petite qu’elle ne connaît pas. J’ai été un peu déçue de ne pas avoir de nouvelles plus précises la concernant sur la fin par contre …

Que vous dire de plus ? Renaud Blondel à un style d’écriture soutenu et très mature qui plaira, j’en suis sur, aux amoureux des mots. Il a même réussi l’exploit de me faire comprendre la politique ! Et ce n’est pas chose simple étant donné que s’il y a bien une chose à laquelle je ne m’intéresse pas, c’est la politique. Il connaît sa matière et met tout en œuvre pour nous emporter avec lui sur des sujets sensibles. L’intrigue avance tout en suspense, aucun moyen de savoir ce qu’il va arriver si ce n’est de dévorer ligne après lignes ce récit incroyable. Le tout est magnifiquement décrit, sans surcharge inutile, ce qui est très agréable.

Je pense que vous l’avez compris, je suis conquise ! Ce n’est pas un coup de cœur à cause de certaines longueurs dont j’ai parlé plus haut, mais on y est presque. Je n’en dirai pas plus afin de ne rien dévoiler de l’histoire, à vous de succomber pour savoir la suite !

Partenariatlogo-calepin

Bonus de « Mal dans la peau » de Ghislaine Bizot

Article - Présentation« Que de chemin parcouru … Je n’aime pas regarder en arrière, j’ai toujours préféré avancer. Enfin presque toujours, parce que, dans la période douloureuse de ma vie, que vous connaissez, j’ai fait du sur place et je me suis perdue … « 

Article - Résumé

Ghislaine Bizot, l’auteure de Mal dans la peau, a décidé d’écouter ses lecteurs, frustrés de ne pas en savoir plus sur le destin de Carole, l’héroïne de son roman. Aussi, elle vous propose de vous inscrire afin de recevoir, chez vous, dans votre boîte aux lettres, une lettre de Carole, dans laquelle la jeune femme retrace son cheminement depuis le 30 juillet.

Article - Mon avis

Les Éditions Calepin nous proposaient il y a peu, un bonus de « Mal dans la peau » de Ghislaine Bizot, nous promettant par la même occasion d’avoir des nouvelles de Carole. J’ai donc sauté sur l’occasion vu que la fin du livre m’avait quelque peu frustrée.

Souvenez-vous, Carole nous laissait alors qu’elle quittait Fabrice pour retourner chez ses parents. Nous ne savions pas si son retour s’était bien passé, si elle avait surmonté cette épreuve.

C’est donc avec une véritable impatience que j’ai lu cette lettre et ce fût un véritable plaisir de retrouver Carole. C’est avec facilité que je me suis replongée dans l’histoire, et retrouver le style d’écriture de Ghislaine Bizot fût très agréable.

J’ai donc englouti ces pages l’une après l’autre dès mon réveil, comme si je lisais le courrier d’une amie. J’ai enfin pu savoir de quoi est faite sa vie, si elle est heureuse, si elle s’est reconstruite, si elle a toujours des contacts avec Marie, si ses parents vont bien … Carole nous raconte et j’absorbe le moindre de ces mots.

Je voudrais également souligner que, faire ce bonus sous forme de lettre manuscrite nous remet directement dans l’ambiance du livre et nous donne également l’impression de faire partie de la vie de Carole. Ça reste dans la lignée de « Mal dans la peau » et c’est parfait !

Si vous aussi, vous l’avez lu et que, comme moi, vous étiez frustrés d’abandonner Carole lors de ce tournant dans sa vie, n’hésitez pas à vous procurer le bonus, vous n’en serez pas déçus !

Notification 5

Pour rappel, ce bonus est disponible sur le site des Éditions Calepin pour la modique somme de 2 € 🙂